Logo du site

Les médias et la banlieue


Entre les médias et les habitants des banlieues, une nouvelle fracture est apparue. Déjà perceptible depuis quelques mois, elle était manifeste à Villiers-le-Bel (Val d’Oise) fin novembre : les journalistes n’étaient pas les bienvenus ! Outre celle avec la police – chaque accrochage se transformant en une vraie guérilla pour l’occupation d’un territoire –, c’est comme une ligne de brisure supplémentaire.

Les médias soupçonnent les habitants de refuser de voir la gravité de la situation : ils rassemblent tous les points de tension pour dresser le tableau d’une césure bien réelle. Ils soupçonnent les élus de ces quartiers d’occulter celle-ci. Ainsi, en juin dernier, quand un festival pour jeunes s’est achevé par d’importantes dégradations autour d’une gare, Le Monde titrait plusieurs jours après : « Des émeutes urbaines sont passées inaperçues » !

En 2005, les jeunes étaient heureux de voir donner un écho à leur colère, à leurs attentes. Aujourd’hui, ils voient l’irruption des journalistes avec la plus grande méfiance. De même, les animateurs de quartiers qui essaient de redonner aux habitants une certaine confiance dans les institutions, sont bousculés par la seule image renvoyée à ces habitants : celle d’un affrontement de plus en plus violent entre les « barbares des quartiers » et des forces de l’ordre massivement intrusives. Les médias accourent, donnant quelques bribes de parole aux uns et aux autres, qui alimentent la confrontation. Ils le font dans un souci d’équilibre, mais aussi à partir d’images qui réduisent les enjeux de la fracture. Les répercussions de cette mise en scène à laquelle ils contribuent sont lourdes pour l’avenir d’un quartier, d’une ville.

Du même auteur

Entendre la parole des victimes

Bertrand Cassaigne
L'équipe de rédaction

Les victimes ont brisé le silence. Mais les écoutons-nous vraiment ? Au-delà de la plainte, c’est à un dialogue qu’elles nous invitent, pour renouer les liens que le traumatisme a rompus. Les victimes ont brisé le silence Mais les écoutons nous vraiment Au delà de la plainte c'est à un dialogue qu'elles nous invitent pour renouer les liens que le traumatisme a rompus Longtemps les victimes n'avaient pas la parole On ne cherchait pas à les entendre ou elles ne parvenaient pas à s'ex...

Autonomie et solidarité

Bertrand Cassaigne
L'équipe de rédaction

Autonomie dépendance Deux mots à l'opposé l'un de l'autre pour parler des enjeux autour de la vulnérabilité des personnes âgées Autonomie parle de la dignité des personnes dépendance de solidarité reconnue acceptée Les deux mots ne sont pas sans ambiguïté l'autonomie comme exigence où la vulnérabilité et les frustrations sont vécues comme un échec la dépendance comme passivité et infantilisation Notre espérance de vie à tous s'est heureusement allongée Un temps libre pour...

Les rapports sur la dépendance

Bertrand Cassaigne
L'équipe de rédaction

RésuméL’avis du Conseil économique, social et environnemental s’inscrit dans une longue liste de débats sur la solidarité, visant à assurer à tous les anciens des conditions de vie dignes et une place dans la vie sociale. Pour les uns, la perte d’autonomie est affaire de responsabilité individuelle et familiale; chacun doit s’y préparer par l’épargne, l’assurance et la solidarité intergénérationnelle. Pour les autres, elle est un risque à couvrir par la solidarité nati...

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules