Logo du site

Entreprises et territoires (introduction)


L’opinion s’y montre très sensible : les rapports entre les entreprises et les territoires sont en pleine évolution. Beaucoup s’indignent des délocalisations, quand d’autres vantent « les entreprises sans usines »  ! Face à la libéralisation des échanges, d’aucuns en appellent au patriotisme économique… Ce dossier invite à décrypter les nouvelles règles du jeu et les difficultés pour les acteurs, publics et privés, de les infléchir du fait même qu’elles se négocient au niveau mondial.

Dans le modèle fordiste, le rapport était « connaturel », les entreprises exploitant les ressources naturelles et humaines du territoire qu’elles faisaient vivre. La richesse créée par l’intégration des ressources et la division du travail dépendait des économies d’échelle réalisées. Le nouveau modèle qui est en train de se mettre en place, met les territoires en compétition pour s’intégrer dans les réseaux mondiaux de connaissance et d’innovation et pour répondre au bien-être d’une population de plus en plus mobile. La richesse provient autant de la coopération des acteurs que de leur originalité sur des marchés en perpétuelle mutation.

En réalité, ces deux types de rapports se superposent toujours sur un même espace. La « nouvelle économie géographique » dépend de l’ancienne et s’appuie sur la vitalité des métropoles qu’elle met en compétition. Ainsi demeure la question d’Aristote : « Peut-être, n’est-il pas possible de rechercher son bien propre sans se préoccuper du sort de la famille ou de la cité » 1 ? Ce dossier interroge ainsi la finalité de cette compétition au regard des inégalités qu’elle favorise et de la fragmentation des territoires qu’elle induit.


Du même auteur

Le choix de l’hospitalité

Bertrand Hériard Dubreuil et Jean Merckaert
L'équipe de rédaction

Que l'hypothèse d'une victoire de Marine Le Pen à l'élection présidentielle ne puisse plus être écartée avec certitude en dit long sur le raidissement de la société française Dans un tel contexte le risque est grand que l'accueil des étrangers ne devienne toujours davantage un tabou Comme si pour paraître responsable il fallait donner des gages sur la fermeture de nos frontières rivaliser dans les obstacles mis sur la route de l'exil Laisser mourir en mer ou dans nos rues pour ne p...

Affronter les questions ultimes

Bertrand Hériard Dubreuil
Question de sens

La crise écologique questionne, de manière fondamentale, le destin de l’humanité sur la planète terre. Elle invite à relire les textes fondateurs de la tradition judéo-chrétienne qui sont déjà au cœur des débats contemporains. La crise écologique questionne de manière fondamentale le destin de l'humanité sur la planète terre Elle invite à relire les textes fondateurs de la tradition judéo chrétienne qui sont déjà au cœur des débats contemporains Crise catastrophe effondre...

Europe : reprendre en main notre destin

Bertrand Hériard Dubreuil et Jean Merckaert
L'équipe de rédaction

Qui l'Europe actuelle fait elle encore rêver En son nom on démantèle l'État providence sur l'autel de la dette On prive d'horizon la moitié des jeunes de Grèce d'Espagne ou du Portugal On tient le registre macabre des corps en Méditerranée En son nom la Commission négocie un traité transatlantique qui s'il était adopté marquerait l'étape ultime de capture de nos souverainetés par des intérêts privés Devant ce sombre tableau la tentation majoritaire est à la résignation ou au ...

1 / Aristote, L’éthique à Nicomaque , Livre VI, chap. V.


Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules