Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !
Logo du site

Contrastes indiens


Impossible de parler de l’Inde, aujourd’hui, sans évoquer son rapide développement économique. En neuf ans, j’ai pu en observer les effets : nombreuses constructions, nouvelles infrastructures, autoroutes, adductions d’eau, internet et téléphones portables partout, etc. Mais j’ai constaté aussi – et les experts économistes et sociologues rencontrés à l’ Indian Social Institute le confirment – qu’il ne s’accompagne pas d’une réduction de la pauvreté. Alors que des dizaines de millions d’Indiens, dans les villes, jouissent d’un niveau de vie analogue (voire supérieur) au nôtre, des centaines de millions de paysans ou travailleurs agricoles continuent à vivre – parfois survivre – au jour le jour, dans l’incertitude du lendemain. En Andra Pradesh et en Orissa, les suicides de paysans sont en forte augmentation : acculés au désespoir par la baisse des prix agricoles, ils ne peuvent plus rembourser leurs emprunts. En Occident, on souligne, à juste titre, les performances économiques remarquables de l’Inde (taux de croissance de 8, voire 9 %) ; mais on évoque rarement la persistance de la grande pauvreté dans les zones rurales et les bidonvilles, pas plus que l’exclusion des dalits et des tribals qui, bien qu’interdite par la loi, persiste dans les esprits et les comportements sociaux (voir wwww. ncdhr. org. in). Il est vrai que, mieux organisés politiquement, les dalits obtiennent parfois des promotions symboliques : l’un d’eux vient d’être élu président de l’université de Pune, la plus grande du monde (500 000 étudiants) ; une femme dalit, Maya Wati, dirige le gouvernement de l’Uttar Pradesh, le plus peuplé de l’Inde (160 millions). Dans l’épiscopat catholique, ils sont maintenant une dizaine (sur 150 évêques) ; mais il reste du chemin à parcourir : 70 % des catholiques indiens sont dalits ou tribals.

Un problème que la presse occidentale n’ignore plus, c’est celui du déficit des naissances féminines : il naît neuf filles pour dix garçons ; dans certains Etats, la proportion peut descendre en dessous de huit pour dix… Ce déséquilibre, signe de la persistance des atteintes à la condition féminine dans la société indienne, existe depuis longtemps, mais il s’est accentué depuis quelques années, grâce aux techniques permettant de connaître le sexe de l’enfant avant la naissance. Les lois qui interdisent au personnel médical de donner aux parents cette information sont contournées par la corruption : avec quelques milliers de roupies, on obtient de pratiquer discrètement l’examen interdit. C’est pourquoi l’avortement sélectif des fœtus féminins se pratique davantage chez les riches que chez les pauvres.

Autre dossier brûlant : les relations entre communautés. Personne n’a oublié le massacre de 2000 musulmans en juin 2002 au Gujerat ; pourtant, les responsables de ce massacre échappent toujours à la justice, étant protégés pas le gouvernement BJP de cet Etat. Les musulmans (qui représentent 12 à 13 % de la population) sont l’objet d’une forte méfiance, soupçonnés de connivence avec l’ennemi pakistanais. Dix jours après mon passage à Hyderabad (ville à 50 % musulmane) deux attentats, attribués aux extrémistes musulmans, ont fait quelques dizaines de victimes. Les chrétiens, moins nombreux (2,5 %) sont davantage estimés, mais restent une cible pour les extrémistes du courant dit Hindutva, dont l’idéologie ultranationaliste affirme que l’identité indienne est mise en danger par les religions venues de l’étranger (islam et christianisme). Ils ont réussi à faire adopter, dans plusieurs Etats, des « lois anti-conversion ». Les conversions au christianisme – qui ne concernent que des dalits et tribals – restent quantitativement marginales, mais sont ressenties comme symboliquement traumatisantes par ceux qui, contre toute évidence historique, prétendent identifier « indien » et « hindou ». Les défenseurs des dalits et tribals posent la question : pourquoi l’hindouisme, qui légitime leur marginalisation, devrait-il être leur religion ? Sur cette question délicate des conversions, Rudi Heredia, un jésuite de l’ISI de Delhi, vient de publier Changing gods, un livre couvert d’éloges par la presse, sauf celle de la mouvance Hindutva, bien sûr. Appelant à un « désarmement des religions », rappelant que le droit à la liberté religieuse suppose le droit d’abandonner une religion pour en adopter une autre, il montre combien ce droit est difficile à mettre en œuvre dans une société qui, même si elle se pense comme tolérante, est encore très structurée par les appartenances religieuses communautaires.

Economiquement et politiquement, l’Inde a un bel avenir. Mais en ce qui concerne la justice sociale, la réduction de la pauvreté de masse, le respect de la dignité humaine, l’harmonie entre communautés, l’avenir reste sombre, au moins pour les années qui viennent.


Les plus lus

L'homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Resumé Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des hommes. Une ...

Les Marocains dans le monde

En ce qui concerne les Marocains, peut-on parler de diaspora ?On assiste à une mondialisation de plus en plus importante de la migration marocaine. On compte plus de 1,8 million de Marocains inscrits dans des consulats à l’étranger. Ils résident tout d’abord dans les pays autrefois liés avec le Maroc par des accords de main-d’œuvre (la France, la Belgique, les Pays-Bas), mais désormais aussi, dans les pays pétroliers, dans les nouveaux pays d’immigration de la façade méditerranéenne (Italie et ...

Ambivalente gouvernance

Définie comme un mode de décision partagée au service de la modernisation politique, la « gouvernance » se présente sous des atours séduisants. Or, le vernis démocratique de ce mot-valise issu du privé s’écaille rapidement. George Orwell brillait par sa capacité à montrer combien le glissement sémantique dit toujours quelque chose du pouvoir et de la manière dont il s’exerce. De Michel Foucault à Frédéric Lordon,...

Du même auteur

Désobéir, un acte politique

Face aux inerties gouvernementales dans la lutte contre le dérèglement climatique, les jeunes multiplient les actions de désobéissance civile. Refus de la politique ou nouvelle forme de l’engagement citoyen ? Des mobilisations de plus en plus fréquentes, de jeunes notamment, intègrent des actions de désobéissance civile dans leurs luttes contre le réchauffement climatique. Certains décrochent des portraits du président de la République dans les mairies, d’a...

Arme nucléaire : en débattre, enfin ?

Le décès de M. Giscard d’Estaing, il y a quelques mois, a offert l’occasion de remettre sur le tapis une question qui semble avoir disparu de nos écrans : les armes nucléaires de la France. De tous nos anciens présidents – qui peuvent seuls « appuyer sur le bouton » – Giscard est l’unique à avoir reconnu, dans ses mémoires, qu’il aurait refusé d’accomplir le geste que prévoit pourtant la doctrine stratégique officielle en cas de grave menace sur le pays : « Quoi qu’il arrive, je ne prendrai jam...

Assouplissons les catégories migratoires !

Si les catégories actuelles sont désajustées par rapport à ce que vivent les personnes migrantes, comment les faire évoluer ? Selon quels critères et quelles nécessités ? Deux chercheuses et deux acteurs de la société civile invitent à adoucir les catégories actuelles, pour traiter avec plus d’humanité les personnes. Raoul, interviewé pour ce dossier de la Revue Projet, nous confiait : ...

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules