Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !
Logo du site

Les agriculteurs et les Ogm (Introduction)


Deux agriculteurs prennent position dans le débat sur les Ogm. Pour les uns, les risques sur la santé et l'environnement sont sous-évalués. Pour les autres, on ne saurait interdire la recherche, avec des règles plus claires. Tous refusent les brevets sur le vivant.

En mai 2004, la Commission européenne a levé le moratoire de fait sur les organismes génétiquement modifiés. La décision préparée depuis cinq ans s’est faite apparemment sans vague : quelques bruits de couloirs à Bruxelles, quelques expertises contestées, quelques procès de « faucheurs volontaires »... Juste de quoi occuper périodiquement un espace médiatique en mal de scandales. Une analyse plus fine du dossier révèle pourtant que la controverse n’est point finie. La réunion du 22 juin 2005 où 22 ministres de l’Environnement ont décidé qu’ils pouvaient appliquer une « clause de sauvegarde », leur permettant d’interdire la culture de certaines plantes génétiquement modifiées (Pgm) sur leur sol contre l’avis de la Commission, en est la plus claire illustration.

Il s’agit de préciser un appareil législatif encore incertain. Après trois ans de navettes parlementaires, la directive 2001/18 relative à la dissémination volontaire d’Ogm dans l’environnement a fini par être adoptée ; les Verts ont voté pour, avec sans doute l’assurance d’obtenir l’introduction des Pgm dans la directive 2004/35 dite « pollueur-payeur ». La transposition des deux directives rend la culture des Pgm impossible en Allemagne : tout agriculteur serait tenu responsable de toute contamination des cultures voisines. Les assureurs ne se sont pas trompés qui, depuis l’affaire Starlink, refusent d’assurer les porteurs de dossier. Le gouvernement espagnol étudie les distances minimum entre parcelles. Quant au gouvernement français, il consulte discrètement, multipliant les missions à l’étranger, sans oublier la récente mission parlementaire. Nous sommes souvent les derniers à transposer les directives européennes.

Les agrochimistes devenus semenciers n’ont pas attendu la levée du moratoire pour déposer plus de 25 demandes d’autorisation de mise sur le marché. La culture des Pgm dans le monde vient de franchir un nouveau cap : plus de 36% du soja est génétiquement modifié (80% aux Etats-Unis) et 23% du maïs. L’enjeu est d’imprégner le marché jusqu’à un point de non-retour, pour rentabiliser des investissements considérables et réaliser d’importantes économies d’échelle. A l’autre bout de la filière, quelques poignées de militants font des actions d’éclat : fauchage volontaire, nouveau blocage de cargos livrant du soja pour l’alimentation animale…, face à une opinion publique de plus en plus indécise.

Les consultations discrètes du ministère de l’Agriculture, les jeux de go des industriels comme les « actions citoyennes » des faucheurs volontaires, ne relèvent-ils pas du même phénomène : l’absence d’un réel débat ?

Projet a voulu donner la parole à deux agriculteurs, choisis pour leurs engagements syndicaux opposés mais leurs jugements compétents et modérés. Ils donnent plus qu’une opinion théorique, puisqu’ils pourront peut-être bientôt cultiver les Pgm autorisées. Mais ils ne peuvent le faire indépendamment de leurs voisins qu’ils risquent de « contaminer », indépendamment des consommateurs inquiets, des distributeurs qui les servent et des industriels qui les fournissent. Ils savent qu’ils portent la responsabilité d’enclencher un processus innovant pour les uns, prométhéen pour les autres. Paradoxe de notre démocratie libérale qui fait peser sur quelques-uns une décision qui engage l’avenir de notre système alimentaire !

Les médias mettent souvent en avant ce qui les oppose ; soulignons ce qui les rapproche : avec le sentiment de leur responsabilité, une demande de sauvegarder leur liberté d’action ; leur prudence pour introduire les Pgm au cas par cas, après évaluation des risques ; leur désir d’une politique agricole qui prenne en charge l’innovation, depuis la nécessaire expérimentation en plein champ jusqu’à une juste répartition des bénéfices et des risques.

Les plus lus

L'homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Resumé Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des hommes. Une ...

Un mariage de raison

Les entreprises ne peuvent plus fermer les yeux sur leur responsabilité dans la transition écologique. Le cadre de pensée développé par Bill Sharpe permet de dégager des horizons, en évitant les déclarations d’intention. Retour sur les enseignements de ce dossier en trois points saillants. Les articles du présent dossier illustrent tous l’ampleur des discernements nécessaires quant à l’évolution des modèles d’affaires et au contenu de...

Rôle et nature de l'actionnariat dans la vie des entreprises

Resumé Si la croissance rentable est le principal objectif pour les actionnaires, elle ne peut être leur seule visée. Il importe de mettre en œuvre des processus qui précisent les modes de relation avec les dirigeants de l’entreprise. Celle-ci a les actionnaires qu’elle mérite : seront-ils les partenaires du développement social ? De nombreuses situations récentes ont montré l’influence grandissante des actionnaires. Dernier exemple en date, en France, celui de Danone : après avoir renoncé à acq...

Du même auteur

Le choix de l’hospitalité

Que l’hypothèse d’une victoire de Marine Le Pen à l’élection présidentielle ne puisse plus être écartée avec certitude, en dit long sur le raidissement de la société française. Dans un tel contexte, le risque est grand que l’accueil des étrangers ne devienne, toujours davantage, un tabou. Comme si, pour paraître « responsable », il fallait donner des gages sur la fermeture de nos frontières, rivaliser dans les obstacles mis sur la route de l’exil. Laisser mourir, en mer ou dans nos rues, pour n...

Affronter les questions ultimes

La crise écologique questionne, de manière fondamentale, le destin de l’humanité sur la planète terre. Elle invite à relire les textes fondateurs de la tradition judéo-chrétienne qui sont déjà au cœur des débats contemporains. Crise, catastrophe, effondrement… Nous discutons encore des termes, de l’imminence, de la durée, de l’importance de ce qui nous attend… Les signes, pourtant, sont déjà là : cyclones, sécheresses, tensions sur les marchés des matières premières, réfugiés climatiques… : « La...

Europe : reprendre en main notre destin

Qui l’Europe actuelle fait-elle encore rêver ? En son nom, on démantèle l’État-providence sur l’autel de la dette. On prive d’horizon la moitié des jeunes de Grèce, d’Espagne ou du Portugal. On tient le registre macabre des corps en Méditerranée. En son nom, la Commission négocie un traité transatlantique qui, s’il était adopté, marquerait l’étape ultime de capture de nos souverainetés par des intérêts privés. Devant ce sombre tableau, la tentation majoritaire est à la résignation ou au repli. ...

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules