Logo du site

Jeunesses, l'avenir au présent


Chaque année, le Ceras propose à un large public une session de formation sur un thème de société qui lui semble important. Après « les mixités » (2005), la « société du risque » (2006), « banlieues : des cités dans la cité » (2007), ce sont les questions de la jeunesse – des jeunesses ? – qui ont été retenues pour la session qui aura lieu à Paris, en février 2008.

Acteurs sociaux dès aujourd’hui

Questions évidemment récurrentes : toute société, comme elle sait que son avenir est porté par les jeunes, s’interroge sur sa manière de les intégrer. Mais ne voir les jeunes qu’en fonction de l’avenir, n’est-ce pas faire l’impasse sur le présent, sur les questions du moment ? Ce n’est pas demain mais aujourd’hui que les jeunes doivent trouver leur place dans la société, comme acteurs d’une société à bâtir ensemble : « Jeunesses, l’avenir au présent » est le titre qui a été retenu pour cette session. Comment les jeunes vivent-ils concrètement, aujourd’hui, l’entrée dans la vie professionnelle, sociale, politique, familiale ? Et, pour ceux d’entre eux qui sont chrétiens, quelle place prennent-ils réellement dans l’Eglise, pour porter, avec les plus anciens, sa vie, sa mission, son dialogue avec la société ?

La question du « vivre ensemble » entre générations n’est pas simple. Mais elle se redouble d’une interrogation forte – déjà très présente dans la session sur les banlieues (voir Projet 299, juillet 2007) – sur le « vivre ensemble » entre les jeunesses elles-mêmes. Car leur diversité est frappante : que de distance entre nos classes prépa et nos « BEP force de vente » ! Que de différences entre les jeunes acteurs de la « crise des banlieues » de novembre 2005, et ceux des manifestations anti-CPE quelques mois plus tard ! L’ampleur de ces diversités empêche-t-elle les jeunesses de travailler ensemble à une société plus ouverte et plus juste ?

Premier aperçu du programme

Sur toutes ces questions, la session proposera les éclairages d’experts, mais aussi ceux d’acteurs de terrain et de représentants de mouvements de jeunes. Elle s’appuiera sur l’expérience des participants eux-mêmes.

Lundi 18 février : diversités

• « Une jeunesse difficile ? Portrait économique et social ».

• Histoire des mobilisations des jeunes chrétiens. Denis Pelletier.

•Visites de lieux liés aux jeunes et à la jeunesse.

Mardi 19 février : intégration

• Devenir adulte en Europe : étude comparative sur les jeunesses de France, Danemark, Royaume Uni et Espagne. Cécile Van de Velde.

•Les débuts de la vie de couple.

• L’entrée dans la vie professionnelle. Jean-François Giret.

•Comment le politique traite-t-il la question de la jeunesse ? Utilité et limites d’une « politique de la jeunesse ». Alain Vulbeau.

Mercredi 20 février : entre les générations

•Comment la société propose-t-elle un « devenir adulte » dans un contexte d’éclatement des modèles ? Approche éducative. Anne Furst.

•Comment l’Eglise propose-t-elle un « devenir adulte » dans un contexte d’éclatement des modèles ? Approche pastorale. Table ronde avec Arnaud Favart.

•La relation entre générations : une perpétuelle refondation de l’Eglise.  Philippe Bacq.

Jeudi 21 février : jeunes en projet

•Présentation de projets de jeunes diversement engagés dans la société. Analyse de ces projets. Pierre Martinot-Lagarde.

•Quelle place, pour les jeunes, dans notre société ? Table ronde avec des jeunes en responsabilité.

La session est agréée au titre de la formation permanente. Elle aura lieu à Paris, au Centre Sèvres (possibilités d'hébergement). Elle est organisée en collaboration avec le Centre d’Etudes pédagogiques, le Centre Sèvres, le Secrétariat de la Conférence des évêques de France, la Mission étudiante, les Scouts et Guides de France, le Secours catholique, le Secrétariat général de l’Enseignement catholique. Renseignements et inscriptions au Ceras auprès de Christine Ariste, 08 70 40 63 89 ssecretariat@ ceras-projet. com Programme détaillé sur wwww. ceras-projet. com

Du même auteur

Assouplissons les catégories migratoires !

Christian Mellon, Antoine Paumard, Marie-Caroline Saglio-Yatzimirsky et Catherine Wihtol de Wenden
Coup de projecteur

Si les catégories actuelles sont désajustées par rapport à ce que vivent les personnes migrantes, comment les faire évoluer ? Selon quels critères et quelles nécessités ? Deux chercheuses et deux acteurs de la société civile invitent à adoucir les catégories actuelles, pour traiter avec plus d’humanité les personnes. Si les categories actuelles sont desajustees par rapport a ce que vive...

Migrants : arrêtons de les mettre dans des cases !

Christian Mellon
L'équipe de rédaction

Qui ne connait un temps d'hesitation au moment de choisir un adjectif ou un substantif pour designer une personne venue d'ailleurs Vais je dire migrant refugie etranger demandeur d'asile exile sans papiers expatrie La question ne meriterait pas un dossier de la Revue Projet s'il ne s'agissait que d'exactitude lexicale Mais chacun percoit que toute application d'une categorie a une personne a d'importants enjeux juridiques politiques sociaux relationnels culturels etc C'est parce qu'il y a derri...

Migrations : qu’en dit l’Église ?

Christian Mellon
Question de sens

Faut-il accueillir les étrangers ? Tous ? Sans distinction ? Peut-on exiger d’eux une « assimilation » au pays qui les reçoit ? Ces questions divisent les catholiques. Le pape François en choque même certains. Le discours de l’Église est pourtant d’une grande constance. Faut il accueillir les étrangers Tous Sans distinction Peut on exiger d'eux une assimilation au pays qui les reçoit Ces questions divisent les catholiques Le pape François en choque même certains Le discours de l...

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules