Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !
Logo du site

Babel et l’intelligence artificielle

La tour de Babel par Joos de Momper (1564-1635)
La tour de Babel par Joos de Momper (1564-1635)

La digitalisation est partout. Un continent est en train d’émerger : « Les données [numériques] constitueront le nouvel or noir du Septième continent, le pétrole du nouveau siècle. » (C.-É. Bouée, Confucius et les automates, 2014). D’aucuns ne parlent plus seulement de réalité virtuelle, mais d’extra-réalité. Nous quittons la réalité pour une destination tout autre, à la manière du train pour Poudlard à prendre au quai 9 ¾ dans Harry Potter.

Dans Petite poucette (Le Pommier, 2012), Michel Serres analyse de façon inspirante cette révolution digitale en termes topologiques. En mathématiques, cela revient à interroger son voisinage spatio-temporel. Les distances et le temps entre les hommes et les choses s’effacent pour une immédiateté qui modifie le rapport de chacun à la réalité.

Le raccourcissement des distances (proximité), la possibilité de maximiser la présence en tout lieu et temps (densité) et l’accessibilité à l’entièreté de l’espace-temps (globalité) permettent, sans exagérer, d’imaginer une « entité-toile » désincarnée, virtualisée, composée de purs esprits. Elle a tout des caractéristiques du divin : omniprésence, omniscience, éternité (on ne meurt pas chez Facebook), toute-puissance (capacité à contrôler la finance, le réseau des « amitiés » ou le commerce des objets), etc.

L’homme, depuis toujours, a rêvé d’être l’égal des dieux. Remémorons-nous la tour de Babel, dépassant les nuages et se rapprochant du domaine de ces derniers. On sait ce qu’il est advenu : les dieux, pris de peur, on fait régner la division parmi les hommes en multipliant les langues, ce qui a mis fin à ce projet prométhéen.

C’est dans ces zones d’incertitude que se révèlent notre audace, notre pouvoir, notre vitalité.

Mais, dans l’extra-réalité, le binaire est l’unique langage. La barrière surmontée des langues nous rendrait-elle le rêve de Babel accessible ? L’intelligence artificielle serait-elle cette extra-réalité que fantasme l’humanité ? Car la tour de Babel, version « IA », peut devenir notre nouveau mirage. Le monde virtuel idéal est sans zone d’ombre, sans « bugs ».

Heureusement, une telle entité virtuelle hors-sol n’existe pas, il n’y a pas de vaisseau pouvant rompre toutes ses amarres réelles. Les débats concernant l’énergie (fossile) nécessaire à la finance virtuelle, tel le Bitcoin, en sont la preuve. Salutaire piqûre de rappel à tous ces e-investisseurs qui s’imaginent se libérer de toute contrainte. Si les dieux ont pris peur face à Babel, comment se comporteront les humains face au « disembodiment » de leurs vies ?

Le doute, l’inexplicable, l’improbable, l’imprévisible sont liés à notre finitude ou à celle de la création. C’est dans ces zones d’incertitude que se révèlent notre audace, notre pouvoir, notre vitalité. C’est là également que se vivent nos peurs, nos craintes, nos hésitations. Lutter pour conserver ce monde d’ombres et de lumières, c’est faire alliance avec les dieux pour un avenir non écrit, riche de la diversité des cultures, des chairs, des histoires et des utopies.

Les plus lus

L'homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Resumé Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des hommes. Une ...

Les Marocains dans le monde

En ce qui concerne les Marocains, peut-on parler de diaspora ?On assiste à une mondialisation de plus en plus importante de la migration marocaine. On compte plus de 1,8 million de Marocains inscrits dans des consulats à l’étranger. Ils résident tout d’abord dans les pays autrefois liés avec le Maroc par des accords de main-d’œuvre (la France, la Belgique, les Pays-Bas), mais désormais aussi, dans les pays pétroliers, dans les nouveaux pays d’immigration de la façade méditerranéenne (Italie et ...

Rôle et nature de l'actionnariat dans la vie des entreprises

Resumé Si la croissance rentable est le principal objectif pour les actionnaires, elle ne peut être leur seule visée. Il importe de mettre en œuvre des processus qui précisent les modes de relation avec les dirigeants de l’entreprise. Celle-ci a les actionnaires qu’elle mérite : seront-ils les partenaires du développement social ? De nombreuses situations récentes ont montré l’influence grandissante des actionnaires. Dernier exemple en date, en France, celui de Danone : après avoir renoncé à acq...

Du même auteur

Quel est le prix d’une vie ?

« Toute personne a un prix, l’important est de savoir lequel », disait cyniquement le narcotrafiquant Pablo Escobar. Le marché peut-il tout monétiser ? Le marché peut-il tout vendre et tout acheter ? Étonnamment, la réponse est positive à la première question et négative à la seconde. Et c’est souvent parce qu’on ne distingue pas ces deux questions qu’on se perd dans un labyrinthe sans sortie. L’achat ou la vente de certains biens, tels que la vie humaine, en modifie la nature.D’êtres libres, l...

Faut-il toujours payer ses dettes ?

La Revue Projet referme son dossier sur la dette en quatre points saillants. Retenons-en un : la dette est affaire de courage politique. Commençons par un point sémantique : « Faut-il »appartient au domaine de l’éthique. De fait, certaines dettes sont réputées immorales ou illégitimes, comme celles contractées dans les dictatures des pays du Sud ou le surendettement – souvent inévitable – de certaines familles en précarité. L’obligation renvoie également au juridique : ne pas payer les dettes pe...

La spirale du surendettement

Alors que la crise sanitaire fait basculer de nombreux foyers dans la précarité, les dettes contractées pour assurer ses besoins essentiels – logement, alimentation, études – renforcent la pauvreté. Dès lors, doivent-elles être honorées ? En 2008, à la suite de la crise immobilière aux États-Unis, dix millions de familles ont été expulsées de leur logement car elles ne pouvaient plus honorer leurs dettes. La crise du coron...

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules