Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !
Logo du site

L’envol de la chouette

Crédits : Simon Shutter / iStock
Crédits : Simon Shutter / iStock

Le confinement mis en place pour contenir l’épidémie s’est traduit par toute une série de restrictions : limitation des déplacements, couvre-feu, port du masque… Comme les secouristes de haute montagne, nos comportements étaient dictés par une injonction à ne pas penser pour éviter une chute fatale. Un vent de liberté souffle à présent et l’on se réjouit de retrouver, petit à petit, nos libertés suspendues.

Mais n’avançons-nous pas en terrain miné ? L’histoire nous enseigne que c’est dans les temps de transition que les monstres se font jour. Fondamentalement ambiguë, effrayante et fascinante, cette figure surgit entre des visions du monde en contradiction. Les réponses aux urgences économique, écologique et sociale parviendront-elles à nous sortir d’une logique purement productiviste ? Le retour de l’État-providence durant la pandémie ne sera-t-il qu’une parenthèse ? Pourrons-nous reprendre une vie « normale » sans se solidariser avec l’Inde, le Brésil ou Haïti ? Nul ne saurait le dire.

Il ne s’agit certes pas de démissionner, ni de la pensée, ni de l’engagement, mais d’être vigilant pour laisser place à ce qui peut advenir.

« Ce n’est qu’au début du crépuscule que la chouette de Minerve prend son envol. » Hegel utilise cette métaphore à la fin de la préface des Principes de la philosophie du droit (1820), essentiellement pour dire que l’histoire est radicalement imprévisible et impensable. Dans la mythologie, Minerve est la déesse de la sagesse et son symbole est la chouette. Le crépuscule est ce moment où l’on cesse d’être dans le feu de l’action et dans l’agitation du monde. De là cette métaphore de la chouette, qui ne se réveille que lorsque le jour de l’action est tombé. Il ne s’agit certes pas de démissionner, ni de la pensée, ni de l’engagement, mais d’être vigilant pour laisser place à ce qui peut advenir. En se détachant d’un futur prévisible, verrouillé par la logique de compétition et la performance, qui prétend garder la maîtrise des faits et gestes.

En février prochain, en partenariat avec le « Pacte du pouvoir de vivre », qui réunit 65 organisations de la société civile, la Revue Projet vous proposera un dossier spécial sur l’importance de l’imagination en politique, dernier volet de notre série de six dossiers sur les fondements démocratiques. Le monde d’après ne sera différent du monde d’avant que si nous sommes capables d’ouvrir de nouvelles perspectives et d’entreprendre des actions alternatives. Ce qui compte aujourd’hui, c’est la sortie de l’isolement. Ne nous cantonnons pas à la tyrannie de l’intime, où l’on est facilement gagné par le sentiment d’impuissance. C’est l’interaction entre les personnes et l’appartenance à des communautés politiques qui permettront d’inventer de l’absolument nouveau.

Les plus lus

L'homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Resumé Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des hommes. Une ...

Par-delà les plafonds de verre

Les migrations féminines sont longtemps demeurées à l’ombre des gros titres et de l’attention générale dans les pays dits d’accueil. Pourtant, elles représentent aujourd’hui plus de la moitié des personnes migrantes. A-t-on enfin dépassé l’angle mort ?Un pan du voile a certes été levé au début de la pandémie du Covid-19. L’utilité sociale de certains métiers (caissières, aide à domicile, employées d’entretien, etc.) a jeté une lumière neuve sur celles qui les occupent : très souvent, des citoye...

Conditions du travail à Madagascar

Chaque société entretient avec la sphère du travail un rapport particulier qui dépend d’abord de sa culture et de son histoire, ensuite de son niveau de développement économique et social. L’exemple de Madagascar relève d’une situation globalement partagée par la plupart des pays africains subsahariens – sauf l’Afrique du Sud. Ces pays ont en commun la prédominance de la tradition et de l’oralité, et l’expérience de la domination coloniale. Et ils connaissent aujourd’hui des changements sociaux...

Du même auteur

L’Église contrainte à se réformer

Un an après la remise du rapport de la Commission indépendante sur les abus sexuels dans l’Église (Ciase), la succession de révélations accablantes concernant de hauts dignitaires accentue le discrédit sur le fonctionnement de l’Église catholique. Comment rétablir la confiance ? Elle exige, plus qu’un aggiornamento, une véritable révolution copernicienne, notamment sur deux points au cœur de ses égarements actuels : la culture du secret et le cléricalisme.Les deux instances mises en place après...

Pas de société sans solidarité

La pandémie du Covid-19, qui a donné lieu à bien des actes de solidarité, a permis un retour en force de l’État providence. En d’autres termes, en période de naufrage, l’État a retrouvé son rôle de protecteur et de régulateur du modèle économique. Simple parenthèse heureuse ? On a l’impression à présent que l’on « repart comme en quarante ». En témoigne le retour fortement médiatisé de la vieille rhétorique sur les « assistés » et les « paresseux ». Même la gauche – on l’a vu à la « fête de l’H...

L’attachement à plein régime

Notion clé de l’œuvre de Serge Paugam, l’attachement social articule mémoire collective, contrôle social et prédispositions à agir. La prise en compte de ces dimensions donne matière à renouveler une solidarité indispensable à nos existences.  Pour quelles raisons la question de la solidarité est-elle devenue un objet central de vos travaux de recherche ?À la fin des années 1990, j’ai commencé à étudier la quest...

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules