Logo du site

Quel est le prix d’une vie ?

Chayakorn Lotongkum/iStock
Chayakorn Lotongkum/iStock

« Toute personne a un prix, l’important est de savoir lequel », disait cyniquement le narcotrafiquant Pablo Escobar. Le marché peut-il tout monétiser ? Le marché peut-il tout vendre et tout acheter ? Étonnamment, la réponse est positive à la première question et négative à la seconde. Et c’est souvent parce qu’on ne distingue pas ces deux questions qu’on se perd dans un labyrinthe sans sortie. L’achat ou la vente de certains biens, tels que la vie humaine, en modifie la nature.

D’êtres libres, l’homme ou la femme marchandisés deviennent esclaves. « Un homme donnerait-il toutes les richesses de sa maison pour acheter l’amour, il ne recueillerait que mépris » (Cantique des cantiques). N’empêche que la valorisation monétaire est partout et s’étend à toute réalité : les objets, les êtres vivants, la planète, l’air, la pollution, l’art, etc. Récemment, lors du procès du Mediator, les victimes réclamaient un milliard d’euros, soit environ 150 000 euros par partie civile. Elles n’ont obtenu que 180 millions, cinq fois moins. Que faut-il en penser ? Le labyrinthe n’est pas loin.

En France, la valeur « statistique » d’une vie a été évaluée à 3 millions d’euros. 

En France, la valeur « statistique » d’une vie était évaluée à 3 millions d’euros en 2013, alors que celle d’un Américain tournait autour de 9 millions de dollars et celle d’un Bangladeshi était estimée à environ 5 000 dollars1. Très grossièrement, on peut chiffrer approximativement la valeur d’une Française ou d’un Français à quelque 35 000 euros par année qu’il lui reste, statistiquement parlant, à vivre. Le prix d’une vie est une notion bien définie : la vie d’un jeune vaut plus que celle d’un âgé.

La pandémie actuelle a remis cette question au premier plan. Le « quoi qu’il en coûte » a été analysé en coûts-bénéfices2. N’a-t-on pas trop (ou trop peu) dépensé pour sauver des vies ? En France, le coût cumulé des traitements hospitaliers représentait, en avril 2021, environ 8 milliards d’euros. Sachant que près de 400 000 personnes ont été soignées, on obtient un coût moyen de 20 000 euros par individu. Les mesures de confinement auraient coûté à l’État plus de 200 milliards d’euros, soit 3 000 euros par personne, mais pour combien de vies sauvées ? Impossible à dire. Il suffit de considérer un pays tel que le Brésil pour se rendre compte que l’inaction a un coût exponentiel en vies humaines.

De toute façon, les sommes dépensées sont loin de la valeur statistique des personnes les plus touchées, celles de plus de soixante-dix ans. Comme quoi, l’argent n’est pas le meilleur indicateur pour décider d’une politique. Le gouvernement se serait-il endetté cent fois plus, le résultat aurait sûrement été similaire car les contraintes n’étaient pas d’abord financières, mais structurelles : trop peu de ressources humaines, trop peu d’infrastructures, trop peu d’anticipation, etc. Des biens qui, s’ils peuvent être estimés, ne peuvent être achetés.

Les plus lus

L'homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Resumé Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des hommes. Une ...

Dictature verte, la tentation

Face à l’urgence écologique, certains avancent l’idée d’un régime autoritaire, plus qualifié pour mener à bien la transition dans les temps impartis. Un grave contresens. En 2007, la Chine est devenue le premier émetteur de gaz à effet de serre. La même année, elle proclamait devant les caméras du monde entier qu’elle entrait dans une « civilisation écologique » et se positionnait comme leader international d’une politique environnement...

Ce que l’écologie fait à la politique

Un demi-siècle après les premières alertes scientifiques, l’écologie a bel et bien trouvé un débouché politique : de nouvelles instances, de nouveaux partis sont régulièrement mis sur pied. Mais pour faire advenir des changements politiques à la hauteur des enjeux, c’est notre cadre de pensée qu’il nous faut révolutionner. 1 « Écologisation » du politiqueLes enjeux écologiques sont désorm...

Du même auteur

Faut-il toujours payer ses dettes ?

La Revue Projet referme son dossier sur la dette en quatre points saillants. Retenons-en un : la dette est affaire de courage politique. Commençons par un point sémantique : « Faut-il »appartient au domaine de l’éthique. De fait, certaines dettes sont réputées immorales ou illégitimes, comme celles contractées dans les dictatures des pays du Sud ou le surendettement – souvent inévitable – de certaines familles en précarité. L’obligation renvoie également au juridique : ne pas payer les dettes pe...

La spirale du surendettement

Alors que la crise sanitaire fait basculer de nombreux foyers dans la précarité, les dettes contractées pour assurer ses besoins essentiels – logement, alimentation, études – renforcent la pauvreté. Dès lors, doivent-elles être honorées ? En 2008, à la suite de la crise immobilière aux États-Unis, dix millions de familles ont été expulsées de leur logement car elles ne pouvaient plus honorer leurs dettes. La crise du coron...

Convergence des refus

Refuser la misère. Non pas la soulager, la soigner, mais la détruire. Les mots d’Alwine de Vos van Steenwijk dans la revue Quart Monde, en 1992, résonnent particulièrement à l’approche de la journée mondiale du refus de la misère, ce 17 octobre. Celle-ci n’est jamais acceptable : parce qu’il n’y a pas de demi-misère, elle ne peut être combattue par des demi-mesures. La misère est radicale, au sens premier du terme, enracinée au plus profond de la personne.Ce 17  octobre, plus de soixante-dix as...

1 Voir les travaux de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE).

2 Voir les travaux statistiques de Samuel J. Sender.


Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules