Logo du site

Le droit de manifester menacé Édito

Philippe Leroyer (CC BY-NC-ND 2.0)
Philippe Leroyer (CC BY-NC-ND 2.0)

« Arrêté·e·s pour avoir manifesté. La loi comme arme de répression des manifestant·e·s pacifiques en France », titrait un récent rapport d’Amnesty International. Défiler pacifiquement expose-t-il au risque de finir en garde à vue ? Y a-t-il une volonté politique de pénaliser le fait de manifester, tout comme ce fut le cas, rappelez-vous, de certains actes de solidarité avec des exilés ? Ou, plus simplement, le gouvernement veut-il instiller une peur diffuse, afin de limiter le nombre de manifestants, s’étant trouvé débordé à plusieurs reprises ? Amnesty dénonce les « mesures inquiétantes » de l’arsenal législatif français destiné à « réprimer » des personnes qui, souvent, n’ont pas commis d’infraction1. Le constat est documenté : depuis fin 2018, la répression des manifestations a été d’une ampleur inédite. Les autorités françaises ont « instrumentalisé des lois contraires au droit international » pour verbaliser, arrêter arbitrairement et poursuivre en justice des gens qui n’avaient commis aucune violence. Les infractions, souvent formulées « de manière trop vague », amènent la justice à prononcer des sanctions « disproportionnées » contre des manifestants. Cela ne peut que dissuader de descendre dans la rue.

Comme trop souvent, la pensée du sociologue allemand Max Weber était ainsi détournée.

« Quand j’entends le mot “violences policières”, moi, personnellement, je m’étouffe. La police exerce une violence, certes, mais une violence légitime. C’est vieux comme Max Weber ! » Voilà ce que déclarait, le 28 juillet dernier, devant la Commission des lois de l’Assemblée nationale, le ministre de l’Intérieur pour justifier certaines violences policières. Comme trop souvent, la pensée du sociologue allemand était ainsi détournée. Bien sûr, les actes de violence à l’encontre des forces de l’ordre doivent être jugés et condamnés. Pour autant, le droit de manifester pacifiquement, lié à la liberté d’expression, doit être protégé, quelles que soient les revendications, à condition qu’elles ne propagent pas de préjugés et de discriminations ou ne constituent pas un appel à la haine.

Dans la situation actuelle de crise sanitaire, sécuritaire, écologique et économique, nous avons besoin, plus que jamais, d’espaces de contre-pouvoir. Comme le soulignait le philosophe Claude Lefort, le propre de la démocratie est précisément de faire advenir la différence et de faire émerger les sources de désaccord. Ce n’est donc pas le désaccord qui est problématique, mais l’absence de débat contradictoire. Ce n’est pas le conflit qui est dangereux, mais la violence. Utiliser la loi de manière abusive contre des manifestants constitue une forme de violence. Manifester est un droit, pas une menace.

Les plus lus

L'homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Resumé Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des hommes. Une ...

Dictature verte, la tentation

Face à l’urgence écologique, certains avancent l’idée d’un régime autoritaire, plus qualifié pour mener à bien la transition dans les temps impartis. Un grave contresens. En 2007, la Chine est devenue le premier émetteur de gaz à effet de serre. La même année, elle proclamait devant les caméras du monde entier qu’elle entrait dans une « civilisation écologique » et se positionnait comme leader international d’une politique environnement...

Ce que l’écologie fait à la politique

Un demi-siècle après les premières alertes scientifiques, l’écologie a bel et bien trouvé un débouché politique : de nouvelles instances, de nouveaux partis sont régulièrement mis sur pied. Mais pour faire advenir des changements politiques à la hauteur des enjeux, c’est notre cadre de pensée qu’il nous faut révolutionner. 1 « Écologisation » du politiqueLes enjeux écologiques sont désorm...

Du même auteur

L’envol de la chouette

Le confinement mis en place pour contenir l’épidémie s’est traduit par toute une série de restrictions : limitation des déplacements, couvre-feu, port du masque… Comme les secouristes de haute montagne, nos comportements étaient dictés par une injonction à ne pas penser pour éviter une chute fatale. Un vent de liberté souffle à présent et l’on se réjouit de retrouver, petit à petit, nos libertés suspendues.Mais n’avançons-nous pas en terrain miné ? L’histoire nous enseigne que c’est dans les te...

Climat : « Le processus international s’enlise »

Les négociations internationales sur le climat ont pris de l’ampleur au début des années 1990. Sont-elles en bonne voie ou vouées à l’impasse ? Décryptage avec Amy Dahan, spécialiste des interactions climat et science politique.  Dans un ouvrage de référence sur les négociations internationales pour le climat1, vous dressez le constat d’un immobilisme de la gouvernance mondiale. Qu’en est-il ?Amy Dahan – Le propos était de retrace...

« Les maires sont plus pragmatiques que les élus nationaux »

La lutte contre le réchauffement climatique mobilise aujourd’hui une centaine de maires de grandes métropoles, coalisés au sein du réseau C40. Entretien avec Caterina Sarfatti, directrice du programme « Action climatique inclusive ». Pourquoi les métropoles, au niveau mondial, vous semblent-elles la bonne échelle d’action contre le réchauffement climatique ?Caterina Sarfatti – La majorité des métropoles du réseau C40 sont d’ores et déjà très for...

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules