Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !
Logo du site

La solidarité, notre ciment collectif Édito


Après un printemps passé en confinement, beaucoup attendent avec impatience les vacances d’été. Le moment de souffler et de prendre le temps de vivre à son propre rythme. Personnellement, je poursuivrai le tour du parc de la Vanoise entrepris depuis trois ans. Marcher, c’est retrouver des gestes simples et cette petite mélodie dont parle Nietzsche : « Il faut avoir une petite musique en soi pour faire danser le monde. »

La reprise, nous le savons, sera difficile à bien des égards. Sur quoi allons-nous construire ce monde de demain, sinon sur la solidarité qui s’est manifestée de multiples manières durant le confinement ? Nous sommes appelés à développer une culture et des gestes infinis de solidarité. Une notion fourre-tout, certes, qui renvoie à un ensemble hétérogène de pratiques. À la différence de la philanthropie, la solidarité ne divise pas le monde entre ceux qui donnent et ceux qui reçoivent. Elle repose sur l’égale dignité des êtres humains et témoigne de la solidité ou non d’une communauté. Au-delà de nos intérêts divergents, la solidarité peut constituer ce « ciment » permettant un apprentissage de la citoyenneté et l’instauration d’un rapport de force constructif.

Le temps presse mais nous ne devons pas repartir tête baissée dans la myopie de l’urgence et du faire.

Après dix ans d’enquête sur la vie au Rwanda au lendemain du génocide, je reste convaincu que, dans les pires situations, les liens de solidarité sont fondamentaux. Oui, nous pouvons faire de la solidarité notre ciment collectif. L’urgence de la transition environnementale appelle un projet d’ensemble qui puisse fédérer pour conduire des mutations d’envergure. Aussi, c’est à travailler sérieusement les relations entre transition écologique et justice sociale que nous invite, par exemple, le Pacte du pouvoir de vivre, porté par une cinquantaine d’associations. Le temps presse mais nous ne devons pas repartir tête baissée dans la myopie de l’urgence et du faire.

Avant la fin de l’année, la Revue Projet vous proposera un dossier pour penser l’action dans un contexte de crise. L’année 2021 débutera par un dossier sur le financement de la pandémie et la question de la dette. Naturellement, nous poursuivrons notre série politique jusqu’à la présidentielle de 2022. Il est vital, en effet, de réinvestir la démocratie pour interroger nos modes de gouvernance et sortir de la litanie des vœux pieux. Le courage, ici aussi, appelle à se risquer : « Nous ne nous engageons jamais que dans des combats discutables sur des causes imparfaites. Refuser pour autant l’engagement, c’est refuser la condition humaine » (Emmanuel Mounier).

Les plus lus

L'homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Resumé Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des hommes. Une ...

Les Marocains dans le monde

En ce qui concerne les Marocains, peut-on parler de diaspora ?On assiste à une mondialisation de plus en plus importante de la migration marocaine. On compte plus de 1,8 million de Marocains inscrits dans des consulats à l’étranger. Ils résident tout d’abord dans les pays autrefois liés avec le Maroc par des accords de main-d’œuvre (la France, la Belgique, les Pays-Bas), mais désormais aussi, dans les pays pétroliers, dans les nouveaux pays d’immigration de la façade méditerranéenne (Italie et ...

Rôle et nature de l'actionnariat dans la vie des entreprises

Resumé Si la croissance rentable est le principal objectif pour les actionnaires, elle ne peut être leur seule visée. Il importe de mettre en œuvre des processus qui précisent les modes de relation avec les dirigeants de l’entreprise. Celle-ci a les actionnaires qu’elle mérite : seront-ils les partenaires du développement social ? De nombreuses situations récentes ont montré l’influence grandissante des actionnaires. Dernier exemple en date, en France, celui de Danone : après avoir renoncé à acq...

Du même auteur

Décider ensemble

Et si les Français étaient davantage impliqués dans les prises de décision ? Pour ce cinquième volet de notre série politique, nous souhaitons explorer les difficultés, mais aussi les avancées d’un processus de décision inclusif, voire participatif. Cette question représente la clé de voûte de l’édifice démocratique. Ne rien décider, et finalement laisser faire les choses, n’est-ce pas rester dans l’illusion de sa toute-puissance ? Inversement, la tentation autoritaire ne peut que renforcer la ...

Démocratie sous pandémie

La pandémie de Covid-19 a bouleversé l’équilibre traditionnel des institutions. En France comme dans de nombreux pays, la déclaration de l’état d’urgence s’est accompagnée d’une concentration des pouvoirs entre les mains de l’exécutif. Entretien avec Jean-Paul Gaudillière, spécialiste du gouvernement de la santé. Face à l’ampleur et la durée de la pandémie, comment s’organisent les circuits ...

L’envol de la chouette

Le confinement mis en place pour contenir l’épidémie s’est traduit par toute une série de restrictions : limitation des déplacements, couvre-feu, port du masque… Comme les secouristes de haute montagne, nos comportements étaient dictés par une injonction à ne pas penser pour éviter une chute fatale. Un vent de liberté souffle à présent et l’on se réjouit de retrouver, petit à petit, nos libertés suspendues.Mais n’avançons-nous pas en terrain miné ? L’histoire nous enseigne que c’est dans les te...

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules