Logo du site

La solidarité, notre ciment collectif Édito


Après un printemps passé en confinement, beaucoup attendent avec impatience les vacances d’été. Le moment de souffler et de prendre le temps de vivre à son propre rythme. Personnellement, je poursuivrai le tour du parc de la Vanoise entrepris depuis trois ans. Marcher, c’est retrouver des gestes simples et cette petite mélodie dont parle Nietzsche : « Il faut avoir une petite musique en soi pour faire danser le monde. »

La reprise, nous le savons, sera difficile à bien des égards. Sur quoi allons-nous construire ce monde de demain, sinon sur la solidarité qui s’est manifestée de multiples manières durant le confinement ? Nous sommes appelés à développer une culture et des gestes infinis de solidarité. Une notion fourre-tout, certes, qui renvoie à un ensemble hétérogène de pratiques. À la différence de la philanthropie, la solidarité ne divise pas le monde entre ceux qui donnent et ceux qui reçoivent. Elle repose sur l’égale dignité des êtres humains et témoigne de la solidité ou non d’une communauté. Au-delà de nos intérêts divergents, la solidarité peut constituer ce « ciment » permettant un apprentissage de la citoyenneté et l’instauration d’un rapport de force constructif.

Le temps presse mais nous ne devons pas repartir tête baissée dans la myopie de l’urgence et du faire.

Après dix ans d’enquête sur la vie au Rwanda au lendemain du génocide, je reste convaincu que, dans les pires situations, les liens de solidarité sont fondamentaux. Oui, nous pouvons faire de la solidarité notre ciment collectif. L’urgence de la transition environnementale appelle un projet d’ensemble qui puisse fédérer pour conduire des mutations d’envergure. Aussi, c’est à travailler sérieusement les relations entre transition écologique et justice sociale que nous invite, par exemple, le Pacte du pouvoir de vivre, porté par une cinquantaine d’associations. Le temps presse mais nous ne devons pas repartir tête baissée dans la myopie de l’urgence et du faire.

Avant la fin de l’année, la Revue Projet vous proposera un dossier pour penser l’action dans un contexte de crise. L’année 2021 débutera par un dossier sur le financement de la pandémie et la question de la dette. Naturellement, nous poursuivrons notre série politique jusqu’à la présidentielle de 2022. Il est vital, en effet, de réinvestir la démocratie pour interroger nos modes de gouvernance et sortir de la litanie des vœux pieux. Le courage, ici aussi, appelle à se risquer : « Nous ne nous engageons jamais que dans des combats discutables sur des causes imparfaites. Refuser pour autant l’engagement, c’est refuser la condition humaine » (Emmanuel Mounier).

Les plus lus

L'homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Resumé Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des hommes. Une ...

Libéralisme et socialisme

Resumé Le libéralisme et le socialisme semblent s’opposer comme deux philosophies de l’homme et de la société. Pourtant, le socialisme est aussi une philosophie de la liberté. Les penseurs libéraux ne se sont pas privés d’attaquer violemment, dès ses premières formulations, la « présomption fatale » du socialisme, aussi bien dans son idée de buts assignés à l’activité économique et à la vie sociale que dans sa philosophie de l’homme et de la liberté 1.À partir des années 1930, et plus encore apr...

Le religieux face au politique

Resumé La société a-t-elle besoin du religieux ? Oui sans doute. Mais ce religieux est disséminé, vécu « à la carte » par l’individu. Quant au politique, il gère mais ne mobilise plus les citoyens. D’où la même relative faiblesse de l’Etat et des Eglises, le même déclin du militantisme. Le partage entre religion et politique, tel qu’il a été pensé depuis deux siècles, en France surtout, correspond à deux visions de base (certes en elles-mêmes très différenciées) du religieux et de ce qu’il repré...

Du même auteur

Faut-il toujours payer ses dettes ?

La dette publique française devrait dépasser les 120 % du produit intérieur brut pour la seule année 2020, soit près de 80 000 euros par ménage. Ces chiffres donnent le vertige ! Il faudra bien, à un moment donné, payer la facture. La dette n’est-elle pas liée par définition au devoir de rembourser ? Qui n’a pas entendu ce discours, voire ce dogme, difficilement contestable ?On peut pourtant réinterroger cette prétendue évidence morale, comme nous y invite David Graeber. L’anthropologue américa...

Le droit de manifester menacé

« Arrêté·e·s pour avoir manifesté. La loi comme arme de répression des manifestant·e·s pacifiques en France », titrait un récent rapport d’Amnesty International. Défiler pacifiquement expose-t-il au risque de finir en garde à vue ? Y a-t-il une volonté politique de pénaliser le fait de manifester, tout comme ce fut le cas, rappelez-vous, de certains actes de solidarité avec des exilés ? Ou, plus simplement, le gouvernement veut-il instiller une peur diffuse, afin de limiter le nombre de manifes...

Un monstre en gestation ?

« Le vieux monde se meurt, le nouveau monde tarde à apparaître et dans ce clair-obscur surgissent les monstres. » Cette citation d’Antonio Gramsci peut nous aider à comprendre la situation politique que nous traversons actuellement en France. Le niveau d’abstention historique lors des dernières élections municipales met à mal la légitimité des élus locaux. Les maires, pourtant les représentants politiques les plus appréciés des Français, se trouvent eux aussi confrontés à cette crise aiguë de c...

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules