Logo du site

Nous sommes tous grecs


Nous sommes tous grecs. Par une commune humanité d’abord, qui fait nôtres les espoirs et les souffrances de nos frères lointains, qu’ils soient hellènes, russes, birmans, syriens ou sénégalais. Participant d’une même communauté politique, qui plus est : les sacrifices demandés aux Grecs le sont en notre nom. 21 % d’entre eux sont désormais au chômage (contre 10 % en 2009) et la baisse de 22 % du Smic (de 32 % pour les moins de 25 ans, soit 510 euros brut) va accroître encore le taux (14 % en 2009) – déjà record en Europe – de travailleurs pauvres. Ne voit-on pas, enfin, que le sort insensé réservé à ce peuple – tant il le conduit sûrement au déclin – pourrait préfigurer celui de quelques autres en Europe, même mieux armés économiquement pour résister?

« Nous sommes tous grecs ». Peut-être les pères fondateurs de l’Europe auraient-ils souscrit à ce slogan, eux qui ont voulu une Europe réconciliée, prospère, unifiée par l’économie, vectrice de paix. Aujourd’hui, il n’est, hélas, que quelques groupes d’extrême gauche pour s’en prévaloir. Quand la dignité de nos concitoyens est menacée, est-il si extrémiste de s’indigner?

Quand Kennedy se disait berlinois, en 1963, il dénonçait, dans le Mur, « la faillite du système communiste », mais aussi « une offense à l’humanité ». À présent, la prise en compte chez nos dirigeants de cette commune humanité semble s’arrêter devant le mur de la dette. Celui-ci serait-il si élevé qu’il faille y laisser s’échouer des droits économiques et sociaux, pourtant consignés dans les chartes qui font notre socle? Qu’il faille renoncer, même, à recourir au suffrage des citoyens dans ce berceau de la démocratie moderne?

Voilà quelques interrogations qui traversent ce numéro, de même que le suivant, consacré à l’euro. L’occasion de vous annoncer, chers lecteurs, que la prochaine livraison de la revue Projet vous parviendra dans une formule profondément renouvelée, et de vous remercier, par avance, de votre fidélité.

Du même auteur

Pour une économie relationnelle

Jean Merckaert
L'équipe de rédaction

On peut en savoir beaucoup sur quelqu'un à ses chaussures où il va où il est allé qui il est qui il cherche à donner l'impression qu'il est À cette observation de Forrest Gump dans le film éponyme1 on pourrait ajouter Quel monde il invente Car l'analyse du secteur de la chaussure objet du quotidien s'il en est en dit long sur notre système économique Un système qui divise À commencer par les humains quel acheteur est capable de mettre un visage derrière la fabrication de sa paire de...

Libérons-nous de la prison !

Jean Merckaert
L'équipe de rédaction

Nous aurions pu comme en 1990 intituler ce numéro Dépeupler les prisons Projet n 222 Car de l'inventaire dressé alors il n'y a pas grand chose à retirer Les conditions de vie en détention notamment pour les courtes peines et les détenus en attente de jugement restent indignes d'un pays qui se veut patrie des droits de l'homme Mais à la surpopulation carcérale on préfère encore et toujours répondre par la construction de nouvelles prisons Sans mesurer que plus le parc pénitentiaire s...

Le logement n’est pas une marchandise

Jean Merckaert
L'équipe de rédaction

Nada mejor que volver a casa chante le Cubain Raúl Paz Rien de mieux que de rentrer chez soi Un chez soi digne de ce nom c'est un point d'ancrage qui nous sécurise un lieu de repli nécessaire à notre équilibre C'est de cela que sont privées les 4 millions de personnes mal logées en France Parmi elles 900 000 n'ont pas même un logement à elles un chiffre qui ne cesse d'augmenter1 Pour peu que l'on puisse rentrer chez soi en mesure t on encore toute la valeur À moins que nous en ayons u...

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules