Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !
Logo du site

Dette : qui tranche ? (introduction)


Que la dette devienne insoutenable pour les populations ou qu’elle soit héritée d’un régime dictatorial, qui décide, au besoin, de son annulation? L’actualité européenne comme arabe rend la question brûlante.

À l’heure où nous écrivons, la Grèce presse certains de ses créanciers d’annuler volontairement une partie de sa dette. Si plus de 90 % des institutions bancaires et des compagnies d’assurance européennes renoncent à la moitié de leur créance (consentement en principe acquis depuis le 26 octobre 2011), la restructuration de la dette publique grecque pourra avoir lieu de manière « négociée », sans déclencher la mise en œuvre des contrats financiers d’assurance sur les événements de crédit que sont les Credit Default Swaps (CDS). Les créanciers et les spéculateurs (qui ont acheté des CDS dans l’espoir de s’enrichir si la Grèce faisait défaut) en seraient pour leurs frais. Dans le cas contraire, la Grèce menace d’imposer unilatéralement un défaut souverain dont la légitimité a été réaffirmée le 30 janvier dernier par l’Union européenne. La perspective d’une panique boursière ne serait pas à exclure.

Mais quelle que soit l’issue de ce bras de fer, la Grèce fera tôt ou tard défaut sur sa dette. Car le Mécanisme européen de stabilité ne permet nullement de garantir sa solvabilité : il reporte à plus tard l’heure des comptes en accordant de nouveaux prêts pour rembourser partiellement les précédents. Et même si les créanciers européens d’Athènes consentent à ce qui est inévitable, la dette publique de la Grèce représentera encore 120 % de son Pib (en forte récession) et continuera d’augmenter.

Par-delà la question presque épisodique (n’était le risque d’un krach) d’un défaut partiel grec, Jürgen Kaiser rappelle ici que les défauts souverains ne sont pas rares, jusque dans l’histoire récente, et constitueraient la moins mauvaise manière de surmonter le « mur de la dette ». Jean Merckaert tourne le projecteur sur la « dette odieuse » des pays du Sud, soulignant à juste titre que même lorsque la dette est héritée d’un dictateur, rien dans le sort des pays endettés n’émeut les créanciers, ni ne les oblige à aucune concession… hormis le défaut de paiement. La crise actuelle et ces deux mises en perspective le montrent, l’insolvabilité d’un État surendetté induit un « conflit » original avec ses créanciers : qui sera légitimement chargé de le régler ?

Les plus lus

Les Marocains dans le monde

En ce qui concerne les Marocains, peut-on parler de diaspora ?On assiste à une mondialisation de plus en plus importante de la migration marocaine. On compte plus de 1,8 million de Marocains inscrits dans des consulats à l’étranger. Ils résident tout d’abord dans les pays autrefois liés avec le Maroc par des accords de main-d’œuvre (la France, la Belgique, les Pays-Bas), mais désormais aussi, dans les pays pétroliers, dans les nouveaux pays d’immigration de la façade méditerranéenne (Italie et ...

L'homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Resumé Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des hommes. Une ...

Rôle et nature de l'actionnariat dans la vie des entreprises

Resumé Si la croissance rentable est le principal objectif pour les actionnaires, elle ne peut être leur seule visée. Il importe de mettre en œuvre des processus qui précisent les modes de relation avec les dirigeants de l’entreprise. Celle-ci a les actionnaires qu’elle mérite : seront-ils les partenaires du développement social ? De nombreuses situations récentes ont montré l’influence grandissante des actionnaires. Dernier exemple en date, en France, celui de Danone : après avoir renoncé à acq...

Du même auteur

Faut-il privatiser EDF ?

Le projet Hercule, qui vise à "réorganiser" EDF, laisse présager le pire quant à une potentielle privatisation de l'entreprise publique. Alors que la transition énergétique est l'un des piliers de la lutte contre le changement climatique, est-il pertinent d'ouvrir l'activité de ce fleuron national à la concurrence ? C'est cette question que Martin Monti-Lalaubie a posée à Gaël Giraud, économiste et jésuite, pour sa chronique à la Revue Projet.Les sources citées pendant la chronique :- Le guide ...

« Annuler les dettes est un choix politique »

Dans un contexte de pandémie, que faire de la dette publique ? Pour l’économiste Gaël Giraud, son annulation est d’ores et déjà possible, grâce à la Banque centrale européenne. Depuis le début de la pandémie, le déficit budgétaire se creuse. Le « quoi qu’il en coûte », nouveau credo du gouvernement, commence à susciter des questions sur les capacités du pays à rembourser ses dettes. Faut-il s’en inquiéter ?Gaël Giraud – Dans une si...

Y a-t-il de l'argent magique ?

"Il n'y a pas d'argent magique" expliquait Emmanuel Macron, il y a 2 ans, à une salariée du CHU de Rouen. Pourtant depuis, le gouvernement a lancé un plan de relance à plusieurs milliards d'euros pour encaisser le choc de la pandémie. De quoi se demander si, tout de même, l'argent ne serait pas magique ? C'est cette question que Martin Monti-Lalaubie a soumis à Gaël Giraud, économiste et jésuite, pour sa première chronique pour la Revue Projet.

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules