Logo du site

« Corruption, le parent pauvre de la campagne » (éditorial)


La France avance tête baissée vers une forme d’anorexie budgétaire présentée comme inéluctable par les présidentiables. L’État renonce à servir d’amortisseur en période de crise. Aux tensions sociales s’ajouteront privatisations et coupes sombres dans la dépense publique. Désillusionnés, 55 % des Français ne croient pas que l’action politique ait une prise réelle sur le chômage (sondage CSA, 9-10 janvier 2012). La période qui s’ouvre requiert des responsables politiques déterminés, capables de faire plier les lobbies et les corporatismes devant l’intérêt général, de faire évoluer les traités européens au besoin. Des personnalités irréprochables, aussi. Or le soupçon pèse sur plusieurs candidats.

Dominique de Villepin est mis en cause dans l’affaire Relais et châteaux (surfacturations). Il n’a finalement pas attaqué en diffamation Robert Bourgi, qui l’avait accusé d’être un récepteur de mallettes africaines pour Jacques Chirac.

Soupçonné dans l’affaire Karachi et dans l’affaire Bettencourt, Nicolas Sarkozy aurait aussi bénéficié, en 2007, des largesses d’Omar Bongo, à en croire son ancien directeur de cabinet, Mike Jocktane. Le grief est lourd quand on sait qu’il a effacé – contre l’avis de Bercy – 20 % de la dette de Libreville, avant d’évincer un ministre, Jean-Marie Bockel, à la demande de son ami gabonais.

La justice doit faire son travail. Mais cette accumulation d’accusations porte un coup à la crédibilité de l’action politique. Si quelques magistrats valeureux continuent de se penser en contre-pouvoir, le silence entourant certaines de ces révélations demeure assourdissant. L’intégrité du personnel politique ne semble pas devoir s’imposer comme un thème de campagne. L’évacuer, c’est pourtant faire le lit des populismes. Le parti socialiste est-il à ce point enlisé dans ses affaires internes, dans les Bouches-du-Rhône et le Pas-de-Calais? Les électeurs sont-ils à ce point résignés qu’ils n’en fassent pas un critère pour leurs choix? À défaut d’être omnipotent, puisse l’État être juste.

Ce qui lui reste d’autorité en dépend.

Du même auteur

Pour une économie relationnelle

Jean Merckaert
L'équipe de rédaction

On peut en savoir beaucoup sur quelqu'un à ses chaussures où il va où il est allé qui il est qui il cherche à donner l'impression qu'il est À cette observation de Forrest Gump dans le film éponyme1 on pourrait ajouter Quel monde il invente Car l'analyse du secteur de la chaussure objet du quotidien s'il en est en dit long sur notre système économique Un système qui divise À commencer par les humains quel acheteur est capable de mettre un visage derrière la fabrication de sa paire de...

Libérons-nous de la prison !

Jean Merckaert
L'équipe de rédaction

Nous aurions pu comme en 1990 intituler ce numéro Dépeupler les prisons Projet n 222 Car de l'inventaire dressé alors il n'y a pas grand chose à retirer Les conditions de vie en détention notamment pour les courtes peines et les détenus en attente de jugement restent indignes d'un pays qui se veut patrie des droits de l'homme Mais à la surpopulation carcérale on préfère encore et toujours répondre par la construction de nouvelles prisons Sans mesurer que plus le parc pénitentiaire s...

Le logement n’est pas une marchandise

Jean Merckaert
L'équipe de rédaction

Nada mejor que volver a casa chante le Cubain Raúl Paz Rien de mieux que de rentrer chez soi Un chez soi digne de ce nom c'est un point d'ancrage qui nous sécurise un lieu de repli nécessaire à notre équilibre C'est de cela que sont privées les 4 millions de personnes mal logées en France Parmi elles 900 000 n'ont pas même un logement à elles un chiffre qui ne cesse d'augmenter1 Pour peu que l'on puisse rentrer chez soi en mesure t on encore toute la valeur À moins que nous en ayons u...

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules