Logo du site

Ouverture: Les riches vont bien, merci


L’argent mène le monde. Mais, peut-être, à sa perte : voilà la grande révélation de la crise financière, alimentaire et écologique. Les rendements frénétiques exigés par les marchés sont incompatibles avec la prudence financière, la décence au travail, la finitude des ressources et l’idée de solidarité publique obligatoire (l’impôt). La concentration des richesses, doublée d’une captation des pouvoirs, met à mal la démocratie.

À la faveur de la crise, la remise en cause de l’argent roi s’est répandue par-delà les clivages partisans. On dénonce ces « riches qui détruisent la planète »1 1 ; des débats que l’on croyait enterrés renaissent, sur le plafonnement des revenus, les paradis fiscaux ou les écarts de salaires. Plus fondamentalement, la mesure strictement monétaire de la richesse, individuelle ou nationale (Pib), est contestée. Au point que se multiplient partisans de la sobriété heureuse, objecteurs de croissance et autres collectifs citoyens « Sauvons les riches! ». D’aucuns allant jusqu’à brandir le spectre de « la haine des riches ». Pour autant, la crise a-t-elle modifié le rapport à la richesse, sinon la place des riches dans la société? Que traduit la cession par 40 milliardaires américains de la moitié de leur fortune à de bonnes œuvres ?2 Faut-il à présent s’excuser d’être riche?

Au contraire, expliquent les auteurs sollicités par Projet : les riches s’accommodent à merveille de la crise. Organisés en classe sociale comme nuls autres, selon M. Pinçon et M. Pinçon-Charlot, ils se défendent très bien, même de l’impôt! Et J. Gadrey d’analyser l’emprise que continue d’exercer le pouvoir de l’argent sur notre planète et sur nos vies, avant de poser le débat sur la conception de la richesse.



Du même auteur

Pour une économie relationnelle

Jean Merckaert
L'équipe de rédaction

On peut en savoir beaucoup sur quelqu'un à ses chaussures où il va où il est allé qui il est qui il cherche à donner l'impression qu'il est À cette observation de Forrest Gump dans le film éponyme1 on pourrait ajouter Quel monde il invente Car l'analyse du secteur de la chaussure objet du quotidien s'il en est en dit long sur notre système économique Un système qui divise À commencer par les humains quel acheteur est capable de mettre un visage derrière la fabrication de sa paire de...

Libérons-nous de la prison !

Jean Merckaert
L'équipe de rédaction

Nous aurions pu comme en 1990 intituler ce numéro Dépeupler les prisons Projet n 222 Car de l'inventaire dressé alors il n'y a pas grand chose à retirer Les conditions de vie en détention notamment pour les courtes peines et les détenus en attente de jugement restent indignes d'un pays qui se veut patrie des droits de l'homme Mais à la surpopulation carcérale on préfère encore et toujours répondre par la construction de nouvelles prisons Sans mesurer que plus le parc pénitentiaire s...

Le logement n’est pas une marchandise

Jean Merckaert
L'équipe de rédaction

Nada mejor que volver a casa chante le Cubain Raúl Paz Rien de mieux que de rentrer chez soi Un chez soi digne de ce nom c'est un point d'ancrage qui nous sécurise un lieu de repli nécessaire à notre équilibre C'est de cela que sont privées les 4 millions de personnes mal logées en France Parmi elles 900 000 n'ont pas même un logement à elles un chiffre qui ne cesse d'augmenter1 Pour peu que l'on puisse rentrer chez soi en mesure t on encore toute la valeur À moins que nous en ayons u...

1 Hervé Kempf, Comment les riches détruisent la planète, Seuil, 2007.

2 Gaël Giraud et Cécile Renouard, « De la philanthropie à la justice », La Croix, lundi 4 avril, p.27.


Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules