Logo du site

Les institutions et la liberté (éditorial)


C'est la bonne nouvelle de ce début 2011, la soif de liberté fait trembler les dictatures. Allié objectif : internet. Hier qualifié de « Big Brother », Facebook et ses deux millions de comptes en Tunisie ont été un vecteur essentiel pour la révolution de jasmin. Avec aujourd’hui deux milliards d’internautes (huit fois plus qu’en 2000), il est encore difficile de mesurer la propagation du tsunami démocratique, qui fait des vagues jusqu’au Gabon où l’élection frauduleuse d’Ali Bongo en 2009 est désormais contestée frontalement. Même les digues élevées en Égypte, en Syrie ou en Chine où le mot « Égypte » a été bloqué, pourraient ne pas suffire à freiner l’inventivité des internautes – qui déjouent la censure cairote, ou appellent à la révolte en Chine par une vidéo d’animation sur les lapins !

Rejetons aussi la « cyberutopie » qui ferait du web une force naturellement émancipatrice. Car les États, ébranlés par les fuites (Wikileaks) et les réseaux contestataires, peuvent aussi retourner l’outil à leurs fins – fussent-elles de surveillance, de subversion à l’image des blogueurs soutenus par Washington dans les pays hostiles, ou de répression comme en Biélorussie1 . Nul besoin d’insister, non plus, sur l’emprise marchande exercée sur le web – qu’il ait fallu compter sur une décision de Google pour rétablir l’usage de Twitter en Égypte, laisse perplexe.

Le web interroge aussi d’autres institutions. En France, les ados y passent 3 heures par jour. Lieu de perdition ? Loin s’en faut, pour Serge Tisseron, qui y voit un terrain d’apprentissage et de quête identitaire, appelant une redéfinition du rôle des éducateurs. Émetteur d’un flot continu d’informations, internet secoue aussi la presse. Pour le pire quand il se fait l’écho des rumeurs et des extrémismes. Pour le meilleur quand, réinventant leurs pratiques, les journalistes y trouvent une parole plus authentique, ou une soupape de liberté (cf. Rue89).

En somme, internet n’efface pas la question des institutions, il la repose d’une façon nouvelle. D’autant plus radicalement qu’il s’appuie sur une soif inextinguible de liberté.2 février 2011

Du même auteur

Pour une économie relationnelle

Jean Merckaert
L'équipe de rédaction

On peut en savoir beaucoup sur quelqu'un à ses chaussures où il va où il est allé qui il est qui il cherche à donner l'impression qu'il est À cette observation de Forrest Gump dans le film éponyme1 on pourrait ajouter Quel monde il invente Car l'analyse du secteur de la chaussure objet du quotidien s'il en est en dit long sur notre système économique Un système qui divise À commencer par les humains quel acheteur est capable de mettre un visage derrière la fabrication de sa paire de...

Libérons-nous de la prison !

Jean Merckaert
L'équipe de rédaction

Nous aurions pu comme en 1990 intituler ce numéro Dépeupler les prisons Projet n 222 Car de l'inventaire dressé alors il n'y a pas grand chose à retirer Les conditions de vie en détention notamment pour les courtes peines et les détenus en attente de jugement restent indignes d'un pays qui se veut patrie des droits de l'homme Mais à la surpopulation carcérale on préfère encore et toujours répondre par la construction de nouvelles prisons Sans mesurer que plus le parc pénitentiaire s...

Le logement n’est pas une marchandise

Jean Merckaert
L'équipe de rédaction

Nada mejor que volver a casa chante le Cubain Raúl Paz Rien de mieux que de rentrer chez soi Un chez soi digne de ce nom c'est un point d'ancrage qui nous sécurise un lieu de repli nécessaire à notre équilibre C'est de cela que sont privées les 4 millions de personnes mal logées en France Parmi elles 900 000 n'ont pas même un logement à elles un chiffre qui ne cesse d'augmenter1 Pour peu que l'on puisse rentrer chez soi en mesure t on encore toute la valeur À moins que nous en ayons u...

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules