Logo du site

Corruption: l'arrêt du 9 novembre 2010 (éditorial)


Pendant qu’à Séoul, les dirigeants du G20 adoptaient un « plan d'action contre la corruption » à la portée incertaine, à Paris la Cour de Cassation prenait une décision qui marque une révolution dans la défense du bien public. Le 9 novembre, elle déclarait recevable la plainte déposée par Transparence International-France, association spécialisée de lutte contre la corruption, à l’encontre des familles dirigeantes au Gabon, au Congo-Brazzaville et en Guinée équatoriale, accusées d’avoir placé en France des fonds volés à leur pays. L’enquête des juges d’instruction devra déterminer la source de financement des 39 biens immobiliers en France du clan Bongo, des 110 comptes bancaires de la famille Sassou Nguesso, des voitures de luxe du fils Obiang Nguema... Elle pourrait aboutir, à l’instar de l’affaire Elf, à la mise en cause des soutiens français à ces régimes. L’arrêt marque surtout la fin d’un mythe, celui de l’État unique garant du bien public. En matière de lutte contre la corruption, le ministère public avait seul, jusque-là, le pouvoir de déclencher une enquête judiciaire. La fin de ce monopole de l’action publique ouvre la possibilité, dans des limites restant à définir, à des associations de se porter partie civile lorsque des élus ou des fonctionnaires abusent de leur position à des fins personnelles. L’indépendance de la justice en sort renforcée. L’affaire des « biens mal acquis » a aussi une portée juridique internationale. La Convention des Nations unies contre la corruption réserve aux États spoliés la possibilité de demander la restitution des avoirs détournés. Une exclusivité protectrice pour qui reste au pouvoir ou garde une influence. Désormais, il pourra être fait à Paris le procès du pillage d’État… même en cours !

18 novembre 2010

Du même auteur

Pour une économie relationnelle

Jean Merckaert
L'équipe de rédaction

On peut en savoir beaucoup sur quelqu'un à ses chaussures où il va où il est allé qui il est qui il cherche à donner l'impression qu'il est À cette observation de Forrest Gump dans le film éponyme1 on pourrait ajouter Quel monde il invente Car l'analyse du secteur de la chaussure objet du quotidien s'il en est en dit long sur notre système économique Un système qui divise À commencer par les humains quel acheteur est capable de mettre un visage derrière la fabrication de sa paire de...

Libérons-nous de la prison !

Jean Merckaert
L'équipe de rédaction

Nous aurions pu comme en 1990 intituler ce numéro Dépeupler les prisons Projet n 222 Car de l'inventaire dressé alors il n'y a pas grand chose à retirer Les conditions de vie en détention notamment pour les courtes peines et les détenus en attente de jugement restent indignes d'un pays qui se veut patrie des droits de l'homme Mais à la surpopulation carcérale on préfère encore et toujours répondre par la construction de nouvelles prisons Sans mesurer que plus le parc pénitentiaire s...

Le logement n’est pas une marchandise

Jean Merckaert
L'équipe de rédaction

Nada mejor que volver a casa chante le Cubain Raúl Paz Rien de mieux que de rentrer chez soi Un chez soi digne de ce nom c'est un point d'ancrage qui nous sécurise un lieu de repli nécessaire à notre équilibre C'est de cela que sont privées les 4 millions de personnes mal logées en France Parmi elles 900 000 n'ont pas même un logement à elles un chiffre qui ne cesse d'augmenter1 Pour peu que l'on puisse rentrer chez soi en mesure t on encore toute la valeur À moins que nous en ayons u...

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules