Logo du site

L'identité nationale, une question de fraternité (éditorial)


Ironie du calendrier : l'avenir de la planète est en discussion à Copenhague ces jours-ci, mais en France nous sommes invités à débattre de notre identité nationale... Alors que son organisation a tout juste commencé dans les départements, déjà des débordements et paroles malheureuses, tout à fait prévisibles, justifient la méfiance devant ce qui risque de tourner au déballage d'arguments préélectoraux. Le mélange des genres, l'assimilation du religieux au politique, par le biais d'une autre controverse sur les minarets dans laquelle le Président de la République lui-même s'immisce, renforcent la conviction que ce débat est pernicieux, entretenant une vision de l'identité vécue comme un repli.

En même temps qu'est lancée au pays de la Déclaration universelle des droits de l'homme cette « réflexion » parfois nationaliste – au mauvais sens du terme –, le gouvernement propose de réduire à la portion congrue l'enseignement de l'histoire dans les sections scientifiques des lycées : pense-t-il mieux préparer les élites futures à un prochain débat ?

Pourtant, comme l'a dit le rabbin Gilles Bernheim dans une belle tribune (le Monde, 29-29 novembre 2009), « l'école est le lieu décisif de la formation d'un esprit collectif ». Il aurait été sain et sans doute plus facile de proposer aux Français – y compris aux lycéens – de débattre ensemble de notre devise. Donner des définitions précises et discuter du sens que nous entendons donner aux trois mots liberté, égalité, fraternité, aurait permis l'expression d'une autre identité de la France : celle d'hommes et de femmes ayant un projet commun à construire ensemble et à assumer. Si l'égalité ne se réduisait pas à une égalité des chances qui masque l'accroissement des inégalités sociales, et surtout si la fraternité était autre chose qu'un mot, le débat sur ce qui fait la France serait réel et fructueux.

Je me réjouis que le sous-titre qui figure sur la couverture de Projet nous invite en permanence à construire par le débat et la réflexion « un avenir en commun ».

Bonne année 2010 !

Les plus lus

L'homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Resumé Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des hommes. Une ...

Rôle et nature de l'actionnariat dans la vie des entreprises

Resumé Si la croissance rentable est le principal objectif pour les actionnaires, elle ne peut être leur seule visée. Il importe de mettre en œuvre des processus qui précisent les modes de relation avec les dirigeants de l’entreprise. Celle-ci a les actionnaires qu’elle mérite : seront-ils les partenaires du développement social ? De nombreuses situations récentes ont montré l’influence grandissante des actionnaires. Dernier exemple en date, en France, celui de Danone : après avoir renoncé à acq...

« Les religions diffèrent, mais les questions sont universelles »

Pour l’anthropologue Maurice Godelier, l’idée que les religions puissent disparaître de nos sociétés n’est pas crédible. Elles occupent une place unique, sans concurrencer directement le politique. Qu’est-ce qui est « au fondement des sociétés humaines », si ce n’est la parenté ?Maurice Godelier – La parenté est fondamentale pour le développement de chaque être humain : on naît dans une famille, on ne peut pas survivre sans des adultes qui s’occupent de nous et nous transmettent quelque chose, c...

Du même auteur

Quand Rome parle du travail

C’est avec la seconde révolution industrielle que l’Eglise s’engage sur le problème du travail. L’encyclique Rerum Novarum, pilier du Discours social de l’Eglise, a pour sujet la condition des ouvriers, mais elle consacre au travail lui-même un long développement. C’est à ce texte fondamental que se référeront toutes les encycliques suivantes. Retrouvez cet article et l'ensemble des textes du discours social de l'Eglise sur www.discours-social-catholique.fr C’est avec la seconde révolution indus...

Ouverture: La révision générale des politiques publiques

Resumé Depuis trente ans déjà, l’Etat se veut régulateur : il a transféré des compétences et développé des autorités indépendantes. Mais à quoi sert-il ? Et comment peut-il fonctionner avec un esprit d’entreprise, sinon dans une logique de privatisation ? Quels sont les effets de cette rationalisation ? Confrontées à la nécessaire maîtrise des dépenses mais aussi à l’évolution des besoins et des attentes des citoyens comme à celle des modes de gestion, les politiques publiques sont l’objet d’une...

Les Roms, une histoire européenne (éditorial)

Entre dix et quinze millions de personnes (on ignore leur nombre, tant il est dangereux pour elles de se laisser répertorier), citoyens européens, rejetées où qu'elles aillent, se retrouvent nomades souvent malgré elles. La communauté des Roms est, en ce mois d'août, au centre de l'actualité. En France, en Allemagne et en Italie, mais aussi en Belgique et au Danemark, les politiques ont décidé de renvoyer cette population de manière plus systématique dans son pays d'origine, Roumanie pour l'ess...

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules