Logo du site

G8-G20: opportunités et enjeux (éditorial)


Le G8 sous présidence italienne se tient d'ici peu à L’Aquila, en Italie (du 8 au 10 juillet). La réunion des sept pays les plus puissants de la planète, accompagnés de la Russie, est bienvenue tant l’agenda engage des questions vitales pour l’avenir : la poursuite du dialogue avec les pays émergents ; la réalisation des objectifs du millénaire pour le développement ; les négociations sur le changement climatique ; le développement de l’Afrique autour de quatre enjeux essentiels (sécurité alimentaire, santé globale, eau, éducation).

Cette réunion, néanmoins, soulève bien des questions : elle ne peut avoir d’autre sens, en effet, que celui d’une préparation du G20 de septembre prochain. Or ce dernier, en avril, avait laissé entrevoir un mode de régulation des questions mondiales, certes dénué de toute légitimité onusienne, mais plus « ouvert » aux pays émergents. Est-ce à dire que le G20 ne serait qu’un avatar du club des huit auquel les pays émergents, justement, auraient été priés de s’adjoindre pour mieux avaliser leur ralliement à un mode de régulation internationale qui a pourtant largement fait faillite ? Le précédent de 1977 où le précurseur du G7 avait rallié les pays exportateurs de pétrole à la cause des pays riches, fissurant l’unanimité de Bandoeng, suggère une analogie peu encourageante. La timidité des réformes engagées jusqu’ici à la suite du G20 d’avril n’invite pas non plus à l’optimisme… Le sort réservé à la population de L’Aquila, après le tremblement de terre d’avril, ne serait-il pas, à cet égard, révélateur ? Les ruines de la catastrophe servent de prétexte à des privatisations et des expropriations massives auxquelles les citoyens italiens, interdits d’accès au centre-ville et relégués sous des tentes en périphérie sous surveillance militaire et policière, n’ont guère les moyens de s’opposer.

Pour démontrer que L’Aquila n’est pas le symbole d’une gestion de la crise à plus grande échelle, reste au G8-20 à traiter réellement les questions que les pays riches ne sont pas toujours prêts à regarder avec d’autres : la régulation de la sphère financière, la correction des inégalités, la valorisation du salariat…

Les plus lus

L'homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Resumé Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des hommes. Une ...

L’envol de la chouette

Le confinement mis en place pour contenir l’épidémie s’est traduit par toute une série de restrictions : limitation des déplacements, couvre-feu, port du masque… Comme les secouristes de haute montagne, nos comportements étaient dictés par une injonction à ne pas penser pour éviter une chute fatale. Un vent de liberté souffle à présent et l’on se réjouit de retrouver, petit à petit, nos libertés suspendues.Mais n’avançons-nous pas en terrain miné ? L’histoire nous enseigne que c’est dans les te...

L’État, obstacle ou allié écologique ?

L’écologie politique s’est longtemps construite en opposition à l’État capitaliste. Or si l’État reconsidère sa façon d’administrer, il peut en devenir un levier. Depuis quelques années, l’écologie a investi le champ politique. La politique a-t-elle été pour autant écologisée au sens où les combats politiques seraient désormais pensés à partir de la grille de lecture écologiste, voire mieux, de la sensibilité écologiste ? L’...

Du même auteur

Faut-il privatiser EDF ?

Le projet Hercule, qui vise à "réorganiser" EDF, laisse présager le pire quant à une potentielle privatisation de l'entreprise publique. Alors que la transition énergétique est l'un des piliers de la lutte contre le changement climatique, est-il pertinent d'ouvrir l'activité de ce fleuron national à la concurrence ? C'est cette question que Martin Monti-Lalaubie a posée à Gaël Giraud, économiste et jésuite, pour sa chronique à la Revue Projet.Les sources citées pendant la chronique :- Le guide ...

« Annuler les dettes est un choix politique »

Dans un contexte de pandémie, que faire de la dette publique ? Pour l’économiste Gaël Giraud, son annulation est d’ores et déjà possible, grâce à la Banque centrale européenne. Depuis le début de la pandémie, le déficit budgétaire se creuse. Le « quoi qu’il en coûte », nouveau credo du gouvernement, commence à susciter des questions sur les capacités du pays à rembourser ses dettes. Faut-il s’en inquiéter ?Gaël Giraud – Dans une si...

Y a-t-il de l'argent magique ?

"Il n'y a pas d'argent magique" expliquait Emmanuel Macron, il y a 2 ans, à une salariée du CHU de Rouen. Pourtant depuis, le gouvernement a lancé un plan de relance à plusieurs milliards d'euros pour encaisser le choc de la pandémie. De quoi se demander si, tout de même, l'argent ne serait pas magique ? C'est cette question que Martin Monti-Lalaubie a soumis à Gaël Giraud, économiste et jésuite, pour sa première chronique pour la Revue Projet.

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules