Logo du site

Le territoire, acteur majeur du social (introduction)


« Projet social territorial » des départements, responsabilité du Rmi, programmes de politique pour la jeunesse... Le territoire est devenu l'acteur majeur du social. Enjeux, chances et risques de cette évolution.

Etonnant retour de balancier ! Jusqu’à la mise en place de l’Etat Providence, les territoires étaient le cadre premier de la solidarité. La paroisse, puis la commune étaient responsables de l’aide sociale. La naissance de la protection sociale nous a fait dépasser ce cadre. Le « support salarial » (Robert Castel), la contribution à une même société ont inscrit la solidarité dans une perspective de « droits » et non plus d’assistance. En même temps, les questions sociales ont été détachées d’une approche caritative pour être pensées en termes de risques, pesant sur chacun à tel ou tel moment. Elles ont été segmentées.

Or ce modèle « déterritorialisé » est en difficulté. Et l’on retrouve les vertus du territoire, lieu d’une fraternité plus proche.

Il faut « réencastrer » la solidarité. D’autant que les précarités nouvelles, l’intégration de populations diverses, la marginalisation, appellent des réponses autres.

La volonté d’agir sur l’environnement, et non plus d’ouvrir un droit abstrait à une prestation, rejoint les critiques adressées à une énorme machine jugée aveugle et inefficace. Face à l’ébranlement des autres supports (dont le salariat), le territoire est considéré comme le premier levier pour une meilleure intégration. La décentralisation de l’action sociale rejoint à la fois le désir d’une démocratie de proximité et les critiques devant une solidarité contrainte.

Pourtant, la lutte contre les inégalités déborde cette approche territoriale, qui pourrait renforcer aussi une vision libérale, privilégiant la concurrence entre acteurs locaux pour répondre aux programmes décidés par les élus. Les contrepouvoirs habituels (associations, partenaires sociaux…) trouveront-ils une place pour soutenir cette solidarité du territoire ? Et pourront-ils peser sur des politiques qui concernent l’emploi, le foncier, la sécurité, domaines dont les contours sont à une autre échelle ?


Du même auteur

Entendre la parole des victimes

Bertrand Cassaigne
L'équipe de rédaction

Les victimes ont brisé le silence. Mais les écoutons-nous vraiment ? Au-delà de la plainte, c’est à un dialogue qu’elles nous invitent, pour renouer les liens que le traumatisme a rompus. Les victimes ont brisé le silence Mais les écoutons nous vraiment Au delà de la plainte c'est à un dialogue qu'elles nous invitent pour renouer les liens que le traumatisme a rompus Longtemps les victimes n'avaient pas la parole On ne cherchait pas à les entendre ou elles ne parvenaient pas à s'ex...

Autonomie et solidarité

Bertrand Cassaigne
L'équipe de rédaction

Autonomie dépendance Deux mots à l'opposé l'un de l'autre pour parler des enjeux autour de la vulnérabilité des personnes âgées Autonomie parle de la dignité des personnes dépendance de solidarité reconnue acceptée Les deux mots ne sont pas sans ambiguïté l'autonomie comme exigence où la vulnérabilité et les frustrations sont vécues comme un échec la dépendance comme passivité et infantilisation Notre espérance de vie à tous s'est heureusement allongée Un temps libre pour...

Les rapports sur la dépendance

Bertrand Cassaigne
L'équipe de rédaction

RésuméL’avis du Conseil économique, social et environnemental s’inscrit dans une longue liste de débats sur la solidarité, visant à assurer à tous les anciens des conditions de vie dignes et une place dans la vie sociale. Pour les uns, la perte d’autonomie est affaire de responsabilité individuelle et familiale; chacun doit s’y préparer par l’épargne, l’assurance et la solidarité intergénérationnelle. Pour les autres, elle est un risque à couvrir par la solidarité nati...

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules