Logo du site

La Revue Projet, c'est...

Une revue bimestrielle, exigeante et accessible, au croisement entre le monde de la recherche et les associations de terrain.

Le territoire, acteur majeur du social (introduction)


« Projet social territorial » des départements, responsabilité du Rmi, programmes de politique pour la jeunesse... Le territoire est devenu l'acteur majeur du social. Enjeux, chances et risques de cette évolution.

Etonnant retour de balancier ! Jusqu’à la mise en place de l’Etat Providence, les territoires étaient le cadre premier de la solidarité. La paroisse, puis la commune étaient responsables de l’aide sociale. La naissance de la protection sociale nous a fait dépasser ce cadre. Le « support salarial » (Robert Castel), la contribution à une même société ont inscrit la solidarité dans une perspective de « droits » et non plus d’assistance. En même temps, les questions sociales ont été détachées d’une approche caritative pour être pensées en termes de risques, pesant sur chacun à tel ou tel moment. Elles ont été segmentées.

Or ce modèle « déterritorialisé » est en difficulté. Et l’on retrouve les vertus du territoire, lieu d’une fraternité plus proche.

Il faut « réencastrer » la solidarité. D’autant que les précarités nouvelles, l’intégration de populations diverses, la marginalisation, appellent des réponses autres.

La volonté d’agir sur l’environnement, et non plus d’ouvrir un droit abstrait à une prestation, rejoint les critiques adressées à une énorme machine jugée aveugle et inefficace. Face à l’ébranlement des autres supports (dont le salariat), le territoire est considéré comme le premier levier pour une meilleure intégration. La décentralisation de l’action sociale rejoint à la fois le désir d’une démocratie de proximité et les critiques devant une solidarité contrainte.

Pourtant, la lutte contre les inégalités déborde cette approche territoriale, qui pourrait renforcer aussi une vision libérale, privilégiant la concurrence entre acteurs locaux pour répondre aux programmes décidés par les élus. Les contrepouvoirs habituels (associations, partenaires sociaux…) trouveront-ils une place pour soutenir cette solidarité du territoire ? Et pourront-ils peser sur des politiques qui concernent l’emploi, le foncier, la sécurité, domaines dont les contours sont à une autre échelle ?


Les plus lus

L'homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Resumé Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des hommes. Une ...

Endettement, maux et bienfaits

Resumé L’endettement est devenu le levier le levier de l’économie. L’ouverture qu’il propose sur l’avenir est aussi un risque, une chaîne, inégalement supportés. Au début du XVIIIe siècle, Bernard de Mandeville avait fait scandale en publiant la Fable des abeilles : il y expliquait que la dépense ostentatoire des uns permettait de faire travailler les autres, donc contribuait à faire fonctionner la société correctement. Il en est de même aujourd’hui de l’endettement. Sans lui, l’économie contemp...

L'engagement politique dans la chaîne des générations

Dans un climat politique désenchanté, les jeunes s’engagent de façon intermittente, protestataire, pragmatique. A la question de savoir si les jeunes générations d’aujourd’hui sont plus ou moins politisées, plus ou moins engagées, que celles qui les ont précédées, on ne peut répondre de façon simple et univoque. Car toute génération nouvelle reprend en partie les usages de la citoyenneté et les modes de participation politique de celles qui l’ont précédée, mais elle les recompose et les réinvent...

Du même auteur

Mémoire vive d'une zone industrielle

Jean-Jacques Clément habite La Plaine, à Saint-Denis, un ancien secteur industriel en pleine métamorphose. Pour veiller à la mémoire de son quartier, il a choisi de le raconter. La rédaction de la Revue Projet se situe à La Plaine Saint-Denis. Vous êtes sans doute l’un des personnages que l’on croise le plus souvent dans le quartier…Je suis à La Plaine depuis l’an 2000. Et effectivement, je suis devenu un personnage un peu, parce que je circule beaucoup. C’est ...

Entendre la parole des victimes

Les victimes ont brisé le silence. Mais les écoutons-nous vraiment ? Au-delà de la plainte, c’est à un dialogue qu’elles nous invitent, pour renouer les liens que le traumatisme a rompus. Longtemps les victimes n’avaient pas la parole. On ne cherchait pas à les entendre ou elles ne parvenaient pas à s’exprimer. « Hosties » fut, en français, le premier mot pour les désigner : créatures offertes au destin, elles étaient silencieuses. Celui qui avait la parole, c’était le héros qui rétablissait la ...

Autonomie et solidarité

Autonomie, dépendance? Deux mots, à l’opposé l’un de l’autre, pour parler des enjeux autour de la vulnérabilité des personnes âgées! « Autonomie » parle de la dignité des personnes, « dépendance » de solidarité reconnue, acceptée. Les deux mots ne sont pas sans ambiguïté : l’autonomie comme exigence, où la vulnérabilité et les frustrations sont vécues comme un échec; la dépendance comme passivité et infantilisation…Notre espérance de vie à tous s’est heureusement allongée. Un temps libre pour s...

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules