Logo du site

La Revue Projet, c'est...

Une revue bimestrielle, exigeante et accessible, au croisement entre le monde de la recherche et les associations de terrain.

Etat et religions : cent ans après (éditorial)


2005 année anniversaire ? La loi de 1905 n’est pas un monument à visiter. Elle n’est pas le fondement de tout l’édifice républicain ; elle n’est qu’une pierre importante dans un ouvrage qui s’est construit progressivement. Ignorer les étapes de la pacification des relations entre les religions et la politique serait faire une erreur historique, ce serait aussi s’empêcher de trouver les accommodements nécessaires.

Les querelles n’ont pas commencé avec la IIIe République et la promulgation de la loi n’a pas fait taire les dissensions. Les révolutionnaires n’étaient-ils pas encore marqués par le souvenir des guerres de religion ? Les républicains n’ont pas mis en œuvre aisément un dispositif contraignant, que l’Eglise catholique a adopté en partie malgré elle. Aux étapes législatives, il faudrait ajouter le travail silencieux du Conseil d’Etat, qui a permis à la fois de négocier concrètement les ajustements nécessaires à la grande imbrication française du social, du culturel et du religieux et d’inventer des formes, si nécessaires en modernité, d’autonomie pour la politique et pour la religion.

C’est sur cette voie qu’il convient de continuer, avec prudence. Hier, on soulignait l’importance du culte musulman. Aujourd’hui, on rappelle la place d’un islam laïc. De multiples solutions existent pour organiser les rapports entre des pratiques cultuelles et culturelles dans la société française. Au tournant de 1905, l’Eglise catholique n’a pas adopté du jour au lendemain les nouveaux cadres associatifs, voire syndicaux, pour organiser sa vie sociale. Certains se sont révélés mal adaptés, d’autres, au contraire, lui ont permis une véritable intégration. De la même manière, une inscription plus sereine de l’islam dans la République demandera du temps. Ouvrir un chantier législatif n’est pas souhaitable : d’autres voies sont préférables.

Bonne année 2005


Les plus lus

L'homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Resumé Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des hommes. Une ...

Endettement, maux et bienfaits

Resumé L’endettement est devenu le levier le levier de l’économie. L’ouverture qu’il propose sur l’avenir est aussi un risque, une chaîne, inégalement supportés. Au début du XVIIIe siècle, Bernard de Mandeville avait fait scandale en publiant la Fable des abeilles : il y expliquait que la dépense ostentatoire des uns permettait de faire travailler les autres, donc contribuait à faire fonctionner la société correctement. Il en est de même aujourd’hui de l’endettement. Sans lui, l’économie contemp...

L'engagement politique dans la chaîne des générations

Dans un climat politique désenchanté, les jeunes s’engagent de façon intermittente, protestataire, pragmatique. A la question de savoir si les jeunes générations d’aujourd’hui sont plus ou moins politisées, plus ou moins engagées, que celles qui les ont précédées, on ne peut répondre de façon simple et univoque. Car toute génération nouvelle reprend en partie les usages de la citoyenneté et les modes de participation politique de celles qui l’ont précédée, mais elle les recompose et les réinvent...

Du même auteur

Partage du travail : perspectives interreligieuses

Le christianisme, comme l’islam, le judaïsme ou le bouddhisme insistent sur la dignité de l’homme au travail, sur son inscription dans une communauté. L’idée d’un partage du travail est diversement accueillie. Partager avec qui ? Pourquoi ? L’auteur appelle à un engagement interreligieux concret sur le sujet. Replacée dans le cadre du dialogue interreligieux, la question du partage du travail ne tient pas de l’évidence1. Le travail se partage-t-il ? Avec qui ? On peut partager le travail, quand ...

De nouvelles formes d'engagement

Resumé Les jeunes de 2008 reproduisent-ils simplement les modèles d’engagement de leurs aînés ? Les jeunes s’engagent-ils sur des projets de manière différente que les plus âgés ? La réponse à cette question pourrait s’en tenir à souligner les écarts entre les jeunes et leurs aînés, ou à relever des changements entre les jeunes d’aujourd’hui et ceux d’hier - les nouvelles générations ne s’engagent pas comme celles qui les ont précédées. Elle peut aussi considérer que c’est toute la société qui e...

Recomposition des représentations familiales

Pour qui observe le champ de la famille, peut-on dire que le « moment mai 68 » correspond à une rupture ? Parler de moment, selon l’expression de Denis Pelletier, désignant une période ouverte des années 60 aux années 80, est plus pertinent que de se limiter à une date pour analyser les changements. Dans l’histoire sociale, le temps se fait glissant, les générations succédant aux générations. Et en effet, les évolutions de la famille révèlent une série de mutations suffisamment proches pour pou...

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules