Logo du site

L'illusion communautaire (éditorial)


Les « musulmans » constitueraient-ils, y seraient-ils contraints, un groupe, une classe, une entité politique dans la société française ? Les orientations législatives récentes sont dangereuses, elles risquent de figer des identités fermées, et finalement de contraindre, plus que d’intégrer. L’illusion communautaire n’est pas une voie d’avenir.

De plus en plus, la tentation existe de se dire « musulman ». Or l’identité dit un passage, en même temps qu’elle désigne un universel. Les enfants d’immigrés cherchent leurs marques. Leur affirmation, par des signes plus ou moins ostensibles, peut traduire une recherche d’authenticité, de vérité ou de transcendance. Elle s’arrête parfois sur un chemin jalonné de points de références : des mosquées où les différences de ton et d’orientation sont nombreuses, des familles héritières d’une histoire religieuse, des lieux de formation à l’étranger, parfois de longue tradition, parfois frôlant la manipulation et le sectarisme.

Dans l’itinéraire de chacun, chrétien ou musulman, la foi n’est pas un capital, mais d’abord une histoire où la reconnaissance d’un Autre se dit dans des balbutiements, des incertitudes. L’école, la société, la famille devraient être des espaces dans lesquels la vulnérabilité que représente pour chaque individu cette quête peut trouver dialogue et respect. Et cette recherche ne s’affine en liberté qu’en face d’hommes et de femmes qui osent risquer une véritable rencontre dans la confiance de leurs propres itinéraires.

La loi ne peut désarmer cette rencontre, elle doit l’encourager. Elle ne peut vider les échanges de leurs contenus ; elle doit aider chacun à relier cette expérience du plus intime à la réalité sociale et politique du moment. En ce sens, elle est mauvaise si elle exclut, elle est riche quand elle permet aux plus indécis de vivre leur présence dans la société occidentale sous le mode de la liberté.


Les plus lus

L'homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Resumé Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des hommes. Une ...

Rôle et nature de l'actionnariat dans la vie des entreprises

Resumé Si la croissance rentable est le principal objectif pour les actionnaires, elle ne peut être leur seule visée. Il importe de mettre en œuvre des processus qui précisent les modes de relation avec les dirigeants de l’entreprise. Celle-ci a les actionnaires qu’elle mérite : seront-ils les partenaires du développement social ? De nombreuses situations récentes ont montré l’influence grandissante des actionnaires. Dernier exemple en date, en France, celui de Danone : après avoir renoncé à acq...

« Les religions diffèrent, mais les questions sont universelles »

Pour l’anthropologue Maurice Godelier, l’idée que les religions puissent disparaître de nos sociétés n’est pas crédible. Elles occupent une place unique, sans concurrencer directement le politique. Qu’est-ce qui est « au fondement des sociétés humaines », si ce n’est la parenté ?Maurice Godelier – La parenté est fondamentale pour le développement de chaque être humain : on naît dans une famille, on ne peut pas survivre sans des adultes qui s’occupent de nous et nous transmettent quelque chose, c...

Du même auteur

Partage du travail : perspectives interreligieuses

Le christianisme, comme l’islam, le judaïsme ou le bouddhisme insistent sur la dignité de l’homme au travail, sur son inscription dans une communauté. L’idée d’un partage du travail est diversement accueillie. Partager avec qui ? Pourquoi ? L’auteur appelle à un engagement interreligieux concret sur le sujet. Replacée dans le cadre du dialogue interreligieux, la question du partage du travail ne tient pas de l’évidence1. Le travail se partage-t-il ? Avec qui ? On peut partager le travail, quand ...

De nouvelles formes d'engagement

Resumé Les jeunes de 2008 reproduisent-ils simplement les modèles d’engagement de leurs aînés ? Les jeunes s’engagent-ils sur des projets de manière différente que les plus âgés ? La réponse à cette question pourrait s’en tenir à souligner les écarts entre les jeunes et leurs aînés, ou à relever des changements entre les jeunes d’aujourd’hui et ceux d’hier - les nouvelles générations ne s’engagent pas comme celles qui les ont précédées. Elle peut aussi considérer que c’est toute la société qui e...

Recomposition des représentations familiales

Pour qui observe le champ de la famille, peut-on dire que le « moment mai 68 » correspond à une rupture ? Parler de moment, selon l’expression de Denis Pelletier, désignant une période ouverte des années 60 aux années 80, est plus pertinent que de se limiter à une date pour analyser les changements. Dans l’histoire sociale, le temps se fait glissant, les générations succédant aux générations. Et en effet, les évolutions de la famille révèlent une série de mutations suffisamment proches pour pou...

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules