Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !
Logo du site
Dossier : Marché, acteurs et règles du jeu

Marché, acteurs et règles du jeu (introduction)


De la mondialisation, on a beaucoup parlé. Soit pour décrire les décisions politiques et les mécanismes qui depuis les années 70 ont contribué à élargir considérablement la sphère des échanges économiques. Soit pour souligner ses avatars dans les champs démographique, culturel ou politique : intensification des migrations inter-continentales, brassages des langues et des civilisations, métissage des cultures, fragilisation et multiplication des instances politiques à la recherche d’un nouvel équilibre à renégocier en permanence, fracture du monde en deux ensembles, entre les Etats de droit et les Etats « terroristes ».

Mais à généraliser le phénomène et à simplifier les schématismes révélés, ne risque-t-on pas de perdre de vue la donne proprement économique des mutations que nous traversons ? Un simple retour en arrière sur les représentations hier encore classiques en économie internationale pourrait suffire à s’en convaincre. Toutes ont pris de la patine, pour ne pas parler de craquelures et de fissures.

Ainsi, 1989 a vu disparaître le schéma bi-polaire qui opposait les Etats sous influence soviétique de ceux situés dans l’orbite américaine. Et que reste-t-il de la présentation en quatre grands blocs dominés par quatre pays plus développés : l’Urss, les Etats-Unis, le Japon et le couple franco-allemand. C’est aussi l’image des deux mondes, celle d’Alfred Sauvy ou d’autres, opposant d’un côté l’ensemble développé et de l’autre le tiers monde, qui s’effrite. Même si on l’affirme en ajoutant encore des sous-systèmes – sous-continents, cartels (Opep, etc.) –, on pressent que les nuances n’y suffisent pas. Ces représentations globales ne permettent pas de rendre compte des dynamismes en présence.

Chercher ailleurs ? Les divisions qui sous-tendaient ces analyses sont elles-mêmes caduques. Mises à part celles des sociétés traditionnelles, les économies nationales appartiennent toutes pour l’essentiel à la sphère capitaliste, où les échanges reposent sur un système monétaire plus ou moins internationalisé, et où s’élaborent des processus d’accumulation.

C’est à ce niveau qu’il convient donc de réexaminer le rôle de chacun des acteurs et de tenter d’en saisir le jeu. Parmi ceux qui « pèsent », on retrouve les entreprises et leurs actionnaires, les gouvernements, les instances internationales, celles composées formellement de représentants de tous les Etats (Omc, Onu, Fmi, Banque mondiale), celles structurées autour d’intérêts propres (Opep), ou encore celles non-gouvernementales. A l’inverse, les groupements patronaux et de travailleurs semblent aujourd’hui avoir moins de poids.

Entre tous, le jeu a un double sens. Il est d’abord inter-relations de chacun avec les autres, comme au sein d’une partie non encore jouée, mais pourtant façonnée par les habitudes des uns et des autres, leurs intérêts, leurs ambitions. Ce jeu ne s’élabore pas non plus sans règle : écrite ou non écrite, explicite ou implicite, n’y a-t-il pas des références communes qui se dessinent et prennent forme progressivement ? Placements éthiques et nouvelles formes de gouvernance peuvent-ils contribuer à un développement durable ? Quel sera l’impact d’une réforme de l’Etat et du renforcement de son efficacité ? Comment un cartel peut-il durablement influencer un marché énergétique désormais bien établi ? Les organisations économiques internationales obéissent-elles à une logique politique propre ?

Telle est l’hypothèse qui sous-tend ce dossier : malgré les mutations, le jeu n’est pas sans règle, le marché n’est pas dérégulé. Il est au contraire en train de se restructurer autour de nouveaux principes. Comment et à quelles conditions ceux-ci permettront-ils à tous, ou du moins au plus grand nombre, de participer ?  Trois moments structurent ce parcours. Les acteurs « privés », actionnaires, entreprises, débattent aujourd’hui des règles et des pratiques permettant de conjuguer le long terme et le court terme, de rapprocher les intérêts des actionnaires de ceux des autres acteurs de la vie économique. Dans le même temps, l’implication de l’Etat a été vivement questionnée dans les années 80. En France, sa réforme, en partie impulsée par la construction de l’Europe, pourra contribuer à relégitimer son intervention. Mais le jeu international ne cesse pas de se modifier. L’exemple choisi de la question énergétique, particulièrement sensible, montre comment l’organisation de pays en cartel n’a pas empêché la mise en place d’un marché. La reconnaissance d’autorités et de règles mondiales reste un défi.


Les plus lus

L'homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Resumé Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des hommes. Une ...

Rôle et nature de l'actionnariat dans la vie des entreprises

Resumé Si la croissance rentable est le principal objectif pour les actionnaires, elle ne peut être leur seule visée. Il importe de mettre en œuvre des processus qui précisent les modes de relation avec les dirigeants de l’entreprise. Celle-ci a les actionnaires qu’elle mérite : seront-ils les partenaires du développement social ? De nombreuses situations récentes ont montré l’influence grandissante des actionnaires. Dernier exemple en date, en France, celui de Danone : après avoir renoncé à acq...

Religions et violence (introduction)

Choc des civilisations, ou choc des religions ? Autour du monde, bien des événements récents ont mis la question religieuse au premier plan. Malgré les tentatives pour en nuancer les interprétations, le rôle de la religion et le mystère d’un rapport au « divin », apparaissent ambivalents, voire comme une menace ! Mais ce n’est qu’un aspect d’une lancinante question : même si la modernité a tenté d’établir et de maintenir une distinction entre les sphères politiques, morales, économiques, religi...

Du même dossier

Les placements éthiques dans la régulation du capitalisme

Après l’Etat et les salariés, après les consommateurs, les actionnaires, à travers des fonds communs, imposent de nouvelles normes sociales. Mais le système capitaliste montre ici sa capacité d’adaptation : il assimile les critiques sociales en les convertissant à sa logique. Les fonds éthiques jouent un rôle modeste mais effectif. Les fonds de placement éthiques, en progression rapide, représentent près de 3 000 milliards de dollars, les deux tiers d’origine américaine, un quart d’origine angla...

Les grandes instances régulent-elles l'économie mondiale ?

Resumé Si tous s’accordent sur un besoin de régulation pour résoudre des problèmes communs, nés d’une interdépendance croissante, les divergences sont fortes sur le modèle qui se cherche. Les institutions internationales sont aussi le résultat d’un rapport de forces. Les Ong se font davantage entendre, mais avec quelle légitimité ? Projet - Quels sont les objectifs des grandes institutions internationales ? Comment concevez-vous leurs rôles respectifs ? Doivent-elles simplement réguler le marché...

Rôle et nature de l'actionnariat dans la vie des entreprises

Resumé Si la croissance rentable est le principal objectif pour les actionnaires, elle ne peut être leur seule visée. Il importe de mettre en œuvre des processus qui précisent les modes de relation avec les dirigeants de l’entreprise. Celle-ci a les actionnaires qu’elle mérite : seront-ils les partenaires du développement social ? De nombreuses situations récentes ont montré l’influence grandissante des actionnaires. Dernier exemple en date, en France, celui de Danone : après avoir renoncé à acq...

Du même auteur

La décroissance : le chemin vers la sobriété ?

Soirée débat. La décroissance : le chemin vers la sobriété ?Mardi 6 décembre 2022 à 18h30, 11 Rue Biscornet, 75012 Paris, FranceRendez-vous le mardi 6 décembre à 18h30 chez Makesense dans le cadre de la clôture de notre cycle de conférence intitulé "Pensez autrement la place de l'économie", pour explorer les réflexions de Timothée Parrique sur le sujet !« La décroissance c’est un appauvrissement généralisé »« La décroissance ? Revenir à l’âge de pierre ? »« La décroissance, un antimodernisme ! ...

Repenser les inégalités face au défi écologique

Lutter contre les inégalités est le leitmotiv de bien des mobilisations. Mais la finitude de notre planète oblige à renouveler la réflexion. Une tâche à laquelle s’est attelé, avec la Revue Projet, un groupe d’associations, syndicats et chercheurs de sensibilités variées. D'où un texte fort, qui refuse d’opposer enjeux sociaux et environnementaux et qui inspire le colloque « Réduire les inégalités, une exigence écologique et sociale » (16 au 18 fév. 2017). Notre monde doit faire face simultanéme...

Inégalités monétaires : quelques repères

Multiples sont les visages de l’inégalité. Ainsi l’espérance de vie est de 50 ans en Sierra Leone contre 82 ans en France. Si l’on s’en tient aux inégalités monétaires :Une tendance au resserrement des inégalités entre paysDe très grandes disparités persistent entre pays, si l’on s’attache au Pib moyen par habitant en 2015 : de 270 $ environ au Burundi à 100 000 $ au Luxembourg (en dollars US courants) ; de 600 $ pour un Centrafricain à 140 000 $ pour un Qatari, si l’on tient compte du coût de ...

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules