Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !
Logo du site

[VIDÉO] La pensée du pape François peut-elle faire bouger la société française ?


Le pape François parle et touche au-delà du monde catholique. Comment sa pensée est-elle reçue dans la société française ? Pour répondre à cette question, le Ceras (éditeur de la Revue Projet) a rassemblé, en clôture d’un colloque sur la pensée sociale du pape, trois personnalités : Cécile Duflot, ancienne ministre du Logement ; Dominique Dubois, préfet honoraire et Jean-François Serres, secrétaire général de l’association Les petits frères des pauvres.

Surprise par « cette invitation originale », c’est cependant une Cécile Duflot conquise par l’encyclique Laudato si qui a témoigné. Sur le ton tout à fait libre de celle qui « [s’]exprime à titre exclusivement personnel », elle a partagé avec la salle sa reconnaissance envers le pape pour « la richesse, la subtilité et le très grand courage politique dont il a fait preuve dans l’écriture » de l’encyclique. N’hésitant pas à qualifier le texte de « pavé dans la mare ». Pendant un quart d’heure, elle a exposé comment, à ses yeux, le texte était un appel au changement et un soutien d’une richesse « inespérée » pour les mouvements écologistes. Allant même, non sans humour, jusqu’à se dire prête à le soutenir, s’il présentait sa candidature aux élections présidentielles françaises.


Cécile Duflot et La pensée sociale du pape... par cerasvideo

« Une situation presque inconfortable »

Dans un second temps, l’ancienne ministre a souligné comment le pape François bâtissait des ponts avec ceux qui se sentent en dehors de l’Église. « C’est presque inconfortable » explique-t-elle, estimant désormais moins facile de ne pas dialoguer avec l’Église qu’à une autre époque : « À partir du moment où j’avais fait un enfant sans être mariée, l’affaire était réglée. »


Cecile Duflot et La pensée sociale du pape... par cerasvideo

« Un stimulant extraordinaire »

De son côté, Dominique Dubois constate que si la parole du pape est si bien reçue dans la société française, c’est parce qu’elle « associe à un diagnostic très précis de la situation des lignes d’action concrètes » et ceci « à tous les niveaux de la société. » L’ancien préfet observe que « dans le désert actuel de la pensée, et le relatif discrédit de la pensée politique, le pape nous apporte des repères et nous met en face de trois sujets essentiels : la crise migratoire, le chômage des jeunes et la question écologique ». En citant, par exemple son discours au Parlement européen en novembre 2014, Dominique Dubois qualifie la pensée sociale du pape de « stimulant extraordinaire qui nous oblige à nous prendre en mains et à faire bouger les choses. »


Dominique Dubois et La pensée sociale du pape... par cerasvideo

« Voir la question sociale comme un écosystème relationnel »

Face à « la nécessité de resserrer les liens sociaux. », Jean-François Serres aborde la pensée sociale du pape par la question de l’engagement. Le secrétaire général des petits frères des Pauvres s’est senti rejoint dans son intuition « à voir la question sociale comme un écosystème relationnel » : celle-ci demande « d’être cultivé et nourri, comme une terre. » Et il conclut sans oublier d’insister sur l’appel « à la révolution culturelle » du pape François.


Jean-Francois Serres et La pensée sociale du... par cerasvideo

Les plus lus

L'homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Resumé Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des hommes. Une ...

Les Marocains dans le monde

En ce qui concerne les Marocains, peut-on parler de diaspora ?On assiste à une mondialisation de plus en plus importante de la migration marocaine. On compte plus de 1,8 million de Marocains inscrits dans des consulats à l’étranger. Ils résident tout d’abord dans les pays autrefois liés avec le Maroc par des accords de main-d’œuvre (la France, la Belgique, les Pays-Bas), mais désormais aussi, dans les pays pétroliers, dans les nouveaux pays d’immigration de la façade méditerranéenne (Italie et ...

Ambivalente gouvernance

Définie comme un mode de décision partagée au service de la modernisation politique, la « gouvernance » se présente sous des atours séduisants. Or, le vernis démocratique de ce mot-valise issu du privé s’écaille rapidement. George Orwell brillait par sa capacité à montrer combien le glissement sémantique dit toujours quelque chose du pouvoir et de la manière dont il s’exerce. De Michel Foucault à Frédéric Lordon,...

Du même auteur

Villes : l’emprise du privé

Si le maire reste officiellement aux manettes dans l’aménagement de sa ville, dans les faits, le privé monte en puissance. Une pente dangereuse selon Jean-Luc Poidevin, issu du privé. Comment public et privé s’associent-ils dans l’élaboration d’un projet urbain ?C’est d’abord le maire qui propose un cahier des charges et lance un appel d’offres auprès des aménageurs urbains. Je me souviens d’un projet d’aménagement dans une métropole de l’ouest de la France où nous avo...

Des droits pour le vivant

Le droit est-il une voie pour faire entrer le non-humain en politique ? La juriste et eurodéputée Marie Toussaint et le philosophe Baptiste Morizot questionnent le concept d’une diplomatie du vivant.  Le 23 février 2021, l’État était reconnu « responsable de manquements dans la lutte contre le réchauffement climatique » par le Tribunal administratif de Paris, suite à l’action en justice menée par « Notre affaire à tous ». De quoi rendre politique la question du vivant ?M...

Gilles Vermot Desroches : « Le visage du pauvre est un jeune »

Initiateur de la Fondation Schneider Electric et ancien président des Scouts et Guides de France, Gilles Vermot Desroches n’a jamais cessé de vouer son engagement à la jeunesse. Vous arrivez en 1998 chez Schneider Electric1 après un long passage par le scoutisme. Est-ce une rupture ou une continuité ?Mon expérience chez les Scouts et Guides de France m’a permis de comprendre que si, dans sa mission, on ne porte pas une attention particulière aux plus démunis ou aux plu...

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules