Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !
Logo du site

[VIDÉO] La pensée du pape François peut-elle faire bouger la société française ?


Le pape François parle et touche au-delà du monde catholique. Comment sa pensée est-elle reçue dans la société française ? Pour répondre à cette question, le Ceras (éditeur de la Revue Projet) a rassemblé, en clôture d’un colloque sur la pensée sociale du pape, trois personnalités : Cécile Duflot, ancienne ministre du Logement ; Dominique Dubois, préfet honoraire et Jean-François Serres, secrétaire général de l’association Les petits frères des pauvres.

Surprise par « cette invitation originale », c’est cependant une Cécile Duflot conquise par l’encyclique Laudato si qui a témoigné. Sur le ton tout à fait libre de celle qui « [s’]exprime à titre exclusivement personnel », elle a partagé avec la salle sa reconnaissance envers le pape pour « la richesse, la subtilité et le très grand courage politique dont il a fait preuve dans l’écriture » de l’encyclique. N’hésitant pas à qualifier le texte de « pavé dans la mare ». Pendant un quart d’heure, elle a exposé comment, à ses yeux, le texte était un appel au changement et un soutien d’une richesse « inespérée » pour les mouvements écologistes. Allant même, non sans humour, jusqu’à se dire prête à le soutenir, s’il présentait sa candidature aux élections présidentielles françaises.


Cécile Duflot et La pensée sociale du pape... par cerasvideo

« Une situation presque inconfortable »

Dans un second temps, l’ancienne ministre a souligné comment le pape François bâtissait des ponts avec ceux qui se sentent en dehors de l’Église. « C’est presque inconfortable » explique-t-elle, estimant désormais moins facile de ne pas dialoguer avec l’Église qu’à une autre époque : « À partir du moment où j’avais fait un enfant sans être mariée, l’affaire était réglée. »


Cecile Duflot et La pensée sociale du pape... par cerasvideo

« Un stimulant extraordinaire »

De son côté, Dominique Dubois constate que si la parole du pape est si bien reçue dans la société française, c’est parce qu’elle « associe à un diagnostic très précis de la situation des lignes d’action concrètes » et ceci « à tous les niveaux de la société. » L’ancien préfet observe que « dans le désert actuel de la pensée, et le relatif discrédit de la pensée politique, le pape nous apporte des repères et nous met en face de trois sujets essentiels : la crise migratoire, le chômage des jeunes et la question écologique ». En citant, par exemple son discours au Parlement européen en novembre 2014, Dominique Dubois qualifie la pensée sociale du pape de « stimulant extraordinaire qui nous oblige à nous prendre en mains et à faire bouger les choses. »


Dominique Dubois et La pensée sociale du pape... par cerasvideo

« Voir la question sociale comme un écosystème relationnel »

Face à « la nécessité de resserrer les liens sociaux. », Jean-François Serres aborde la pensée sociale du pape par la question de l’engagement. Le secrétaire général des petits frères des Pauvres s’est senti rejoint dans son intuition « à voir la question sociale comme un écosystème relationnel » : celle-ci demande « d’être cultivé et nourri, comme une terre. » Et il conclut sans oublier d’insister sur l’appel « à la révolution culturelle » du pape François.


Jean-Francois Serres et La pensée sociale du... par cerasvideo

Les plus lus

Les Marocains dans le monde

En ce qui concerne les Marocains, peut-on parler de diaspora ?On assiste à une mondialisation de plus en plus importante de la migration marocaine. On compte plus de 1,8 million de Marocains inscrits dans des consulats à l’étranger. Ils résident tout d’abord dans les pays autrefois liés avec le Maroc par des accords de main-d’œuvre (la France, la Belgique, les Pays-Bas), mais désormais aussi, dans les pays pétroliers, dans les nouveaux pays d’immigration de la façade méditerranéenne (Italie et ...

L’homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des...

Le clerc en sursis ?

La plupart des confessions religieuses excluent les femmes des charges sacerdotales. Pour combien de temps ? Patriarcale au superlatif, l’Église catholique voit son modèle vaciller. Le patriarcat demeure la règle dans le monde religieux. Dans des contextes très différents, les trois monothéismes le pratiquent. Tous invisibilisent les femmes, contrôlent leur corps et les tiennent éloignées de la sphère publique. Circonstance aggravante, ce bastion bien défendu l’est par...

Du même auteur

À l’épreuve de la communication

La vulgarisation des travaux du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (Giec) suscite des incompréhensions, voire des contresens, en particulier du fait des scénarios qu’il propose. Rencontre avec trois de ses auteurs. Retrouvez la discussion en podcastQui compose le Giec et quel est son mandat ?Robert Vautard – Le Giec a un mandat clair : dresser l’état des connaissances sur le changement climatique et en faire la synthèse. Le Giec ...

« Le passage par l'art nous rend sensibles »

La politique peut se nourrir d’expérimentations artistiques. À Sciences Po, l’idée a fourni son concept à un cursus dédié. Entretien avec sa directrice Frédérique Aït-Touati. Un master consacré aux arts politiques à Sciences Po ne va pas de soi. Quelle est sa raison d’être ?Créé par le philosophe Bruno Latour, ce master est né d’une conviction simple : l’art doit avoir une place dans la réflexion et la décision politiques. ...

La politique des rêves

Aujourd’hui, séries, jeux vidéo et romans à succès produisent une synchronisation inédite de nos imaginaires, canalisant la rêverie. Une tendance à rebours des sociétés chamaniques, où les rêves sont analysés en tant qu’objets politiques. Entretien avec un anthropologue. Nos sociétés occidentales contemporaines ont-elles dépolitisé le rêve ?Le rêve est un puissant révélateur de la façon dont les collect...

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules