Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !
Logo du site

Reprise économique La pente glissante du K


Suite au Covid, la reprise économique se profile aux États-Unis. Sous quelle forme ? Les économistes américains ont analysé plusieurs périodes de récession et schémas de remise en marche (shapes recovery), dont les contours s’apparentent selon l’approche aux lettres K, L, V, U ou encore W. Retenons ici le V et le K.

Les républicains, trumpistes ou non, détectent ainsi une reprise en V. Certes, Wall-Street se porte au mieux, les bénéfices des Gafam et des sociétés de type Uber explosent et les sociétés d’énergie et de transport font des superprofits. Mais les Américains ne constituent pas une seule et même entité, et tous ne bénéficient pas de ce bond du produit intérieur brut.

Les démocrates, eux, évoquent une reprise en forme de K, laquelle ne profite pas à tous. La classe supérieure voit son appétit consumériste enfin libéré. Les classes moyennes ou défavorisées s’enfoncent, en revanche, dans la crise. C’est le trait descendant du K.

Le vote, au cours de l’été, de l’Inflation Reduction Act, d’un montant de 430 milliards de dollars d’investissements, a souligné l’opposition entre tenants du V et du K. Pourquoi dépenser tant d’argent pour soutenir les classes populaires, alors que la nation semble se porter mieux ?

Avec sa courbe en forme d’éléphant, l’économiste serbo-américain Branko Milanović avait pourtant montré combien les classes moyennes occidentales avaient été les grandes perdantes de la mondialisation. Une analyse confortée, en France, par la crise des Gilets jaunes.

Les cigales sont minoritaires et la plupart s’avèrent impuissants face aux coups et aux coûts du sort.

Les divisions françaises sont d’ailleurs assez proches. La Loi du 16 août 2022 portant des mesures d’urgence pour la protection du pouvoir d’achat met en avant le paradigme de la consommation : « Quand l’appétit (de consommer) va, tout va. » Les débats parlementaires sur le sujet ont révélé l’impossible compromis entre le centre, allié à la droite, et la nouvelle union des gauches. On retrouve ici les figures en V et en K.

Il y a bien deux spirales, l’une vers le haut et l’autre vers le bas : « À ceux qui ont, on donnera davantage et à ceux qui n’ont rien, on prendra même ce qu’ils ont. » (Mt, 5). Les aléas de la vie, une mauvaise récolte, une pandémie ou un calcul erroné sont autant d’événements de nature à amener sur la branche basse et glissante du K.

Les malchanceux de la vie sont majoritairement victimes et non pas responsables de ce décrochage. Les cigales sont minoritaires parmi eux et la plupart s’avèrent impuissants face aux coups et aux coûts du sort.

Amartya Sen, Nobel d’économie 1998, a souligné combien l’impuissance est la caractéristique première de la pauvreté. Nobel d’économie 2019, Esther Duflo a démontré que des aides sociales solides sont efficaces pour sortir de la spirale de la paupérisation. Il s’agit dès lors moins de protéger le pouvoir d’achat que de garantir des filets de sécurité face aux tempêtes, aux maladies ou aux crises.

Au final, le débat ne doit donc pas se jouer sur la forme de la reprise, mais sur la capacité du plus grand nombre à recouvrer la maîtrise de sa vie face à un avenir incertain. Hors de toute spirale.

Les plus lus

L'homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Resumé Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des hommes. Une ...

Rôle et nature de l'actionnariat dans la vie des entreprises

Resumé Si la croissance rentable est le principal objectif pour les actionnaires, elle ne peut être leur seule visée. Il importe de mettre en œuvre des processus qui précisent les modes de relation avec les dirigeants de l’entreprise. Celle-ci a les actionnaires qu’elle mérite : seront-ils les partenaires du développement social ? De nombreuses situations récentes ont montré l’influence grandissante des actionnaires. Dernier exemple en date, en France, celui de Danone : après avoir renoncé à acq...

Les Marocains dans le monde

En ce qui concerne les Marocains, peut-on parler de diaspora ?On assiste à une mondialisation de plus en plus importante de la migration marocaine. On compte plus de 1,8 million de Marocains inscrits dans des consulats à l’étranger. Ils résident tout d’abord dans les pays autrefois liés avec le Maroc par des accords de main-d’œuvre (la France, la Belgique, les Pays-Bas), mais désormais aussi, dans les pays pétroliers, dans les nouveaux pays d’immigration de la façade méditerranéenne (Italie et ...

Du même auteur

Entreprises, volontaires ou rétives

Pressurisées par des intérêts contradictoires sur le plan environnemental, certaines entreprises changent leurs habitudes quand d’autres trouvent des subterfuges. De la parole aux actes, l’entreprise est un champ de tensions.  D’emblée, soulignons que la grande majorité des entrepreneurs reconnaissent la dimension environnementale comme une composante essentielle de leur métier. C’est ce qui ressort du rapport « Les entreprises face au défi climatique », publ...

Démocratie, espèce menacée ?

Le dernier indice démocratique des nations vient de sortir1. L’année 2021 fut marquée par la pandémie et les gouvernements ont dû se positionner face au Covid, en tant que crise nationale et mondiale. Pensons à la Chine, la première touchée, aux États-Unis gouvernés par Donald Trump, au Brésil de Jair Bolsonaro ou à la France sous Emmanuel Macron. Comment la démocratie a-t-elle traversé cette crise ? Le constat de ce rapport est sans ambiguïté : sur tous les continents, le Covid a eu un impact ...

Le matheux et le politique

École de créativité, les mathématiques nous invitent à embrasser une pensée « hors cadre ». Saurait-elle inspirer des réinventions de nos modes de gouvernement ? Parler d’imaginaire en mathématiques pourrait paraître incongru, celles-ci étant connues pour être le domaine par excellence de l’efficacité et de la rigueur. Les mathématiciens auraient-ils accès au rêve ? Il est vrai que le fameux nombre imaginaire – celui qui est tel...

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules