Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !
Logo du site

Convergence des refus Édito

Greta Thunberg en 2018 - Anders Hellberg (CC BY-SA 4.0) / Joseph Wresinski en 1986 - ATD Quart Monde (CC BY 3.0)
Greta Thunberg en 2018 - Anders Hellberg (CC BY-SA 4.0) / Joseph Wresinski en 1986 - ATD Quart Monde (CC BY 3.0)

Refuser la misère. Non pas la soulager, la soigner, mais la détruire. Les mots d’Alwine de Vos van Steenwijk dans la revue Quart Monde, en 1992, résonnent particulièrement à l’approche de la journée mondiale du refus de la misère, ce 17 octobre. Celle-ci n’est jamais acceptable : parce qu’il n’y a pas de demi-misère, elle ne peut être combattue par des demi-mesures. La misère est radicale, au sens premier du terme, enracinée au plus profond de la personne.

Ce 17  octobre, plus de soixante-dix associations – dont la Revue Projetse mobilisent contre les injustices sociales et environnementales. En ces temps où l’insécurité d’emploi risque de remettre en cause le combat pour la planète, il est essentiel de réaffirmer qu’il n’y a pas de justice environnementale sans justice sociale, et inversement. Les premières victimes des changements climatiques et de la pollution sont les plus démunis, tels cette villageoise malienne devant chercher de l’eau de plus en plus loin à la suite du réchauffement, ou cet agriculteur indien respirant les pesticides « made in Monsanto ». Plus près de nous, la lutte contre le mal-logement et ses méfaits sur la santé des enfants passe par des rénovations dites écologiques. Et on pourrait continuer d’égrener les multiples corrélations entre pauvreté économique et vulnérabilité environnementale.

Cette imbrication des combats interpelle les défenseurs de l’environnement : s’il n’y a pas de demi-misère, comment accepterait-on des demi-mesures pour l’environnement ?

Cette imbrication des combats interpelle les défenseurs de l’environnement : s’il n’y a pas de demi-misère, comment accepterait-on des demi-mesures pour l’environnement ? « Le mouvement ATD Quart-Monde s’est fondé sur un triple refus […] : le refus de la fatalité de la misère, le refus de la culpabilité qui pèse sur ceux qui la subissent, le refus du gâchis spirituel et humain que constitue le fait qu’une société puisse se priver si légèrement de l’expérience de ceux qui vivent dans la misère. » (Joseph Wresinski, revue Igloos, 1977, n° 97-98).

Ce 17  octobre requiert une convergence des refus ! Greta Thunberg a ouvert la voie, elle qui a scandalisé le monde en appelant à la grève scolaire pour le climat. On la dit sans compromis, dangereuse pour la jeunesse. « Certaines personnes ont choisi de ne pas nous écouter. Ce n’est pas grave. Après tout, nous ne sommes que des enfants » (discours à l’Assemblée nationale, 21 juillet 2019). On retrouve ici le triple refus de Joseph Wresinski : celui de la fatalité, de la culpabilité et du déni de l’expérience des premiers concernés. Bâtir sur le refus ne signifie pas que l’on construit sur le vide ou de fragiles fondations. C’est enraciner radicalement son combat dans un « non » si profond qu’il nous définit comme des êtres solidaires avec le monde et l’univers.

Toutes les infos sur la Journée mondiale du refus de la misère 2020 « Agir ensemble pour gagner la justice sociale et environnementale pour toutes et tous » sont sur le site d’ATD Quart monde.

Les plus lus

L'homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Resumé Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des hommes. Une ...

Rôle et nature de l'actionnariat dans la vie des entreprises

Resumé Si la croissance rentable est le principal objectif pour les actionnaires, elle ne peut être leur seule visée. Il importe de mettre en œuvre des processus qui précisent les modes de relation avec les dirigeants de l’entreprise. Celle-ci a les actionnaires qu’elle mérite : seront-ils les partenaires du développement social ? De nombreuses situations récentes ont montré l’influence grandissante des actionnaires. Dernier exemple en date, en France, celui de Danone : après avoir renoncé à acq...

Le va-et-vient des Portugais en Europe

Resumé Ici pour travailler, à deux, en famille, dans le bâtiment, dans des associations... Là-bas, l’été, après deux jours de voyage, dans la maison de vacances, la casa às moscas le restant de l’année. Le mouvement est pendulaire. Quelles évolutions quand la retraite arrive ? Les Portugais sont sans doute aujourd’hui les Européens qui « pratiquent » le plus l’espace européen 1 Dans les décennies 60 et 70, est partie du Portugal une des plus importantes migrations intra-européennes du xxe siècle...

Du même auteur

Entreprises, volontaires ou rétives

Pressurisées par des intérêts contradictoires sur le plan environnemental, certaines entreprises changent leurs habitudes quand d’autres trouvent des subterfuges. De la parole aux actes, l’entreprise est un champ de tensions.  D’emblée, soulignons que la grande majorité des entrepreneurs reconnaissent la dimension environnementale comme une composante essentielle de leur métier. C’est ce qui ressort du rapport « Les entreprises face au défi climatique », publ...

Démocratie, espèce menacée ?

Le dernier indice démocratique des nations vient de sortir1. L’année 2021 fut marquée par la pandémie et les gouvernements ont dû se positionner face au Covid, en tant que crise nationale et mondiale. Pensons à la Chine, la première touchée, aux États-Unis gouvernés par Donald Trump, au Brésil de Jair Bolsonaro ou à la France sous Emmanuel Macron. Comment la démocratie a-t-elle traversé cette crise ? Le constat de ce rapport est sans ambiguïté : sur tous les continents, le Covid a eu un impact ...

Le matheux et le politique

École de créativité, les mathématiques nous invitent à embrasser une pensée « hors cadre ». Saurait-elle inspirer des réinventions de nos modes de gouvernement ? Parler d’imaginaire en mathématiques pourrait paraître incongru, celles-ci étant connues pour être le domaine par excellence de l’efficacité et de la rigueur. Les mathématiciens auraient-ils accès au rêve ? Il est vrai que le fameux nombre imaginaire – celui qui est tel...

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules