Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !
Logo du site

Convergence des refus Édito

Greta Thunberg en 2018 - Anders Hellberg (CC BY-SA 4.0) / Joseph Wresinski en 1986 - ATD Quart Monde (CC BY 3.0)
Greta Thunberg en 2018 - Anders Hellberg (CC BY-SA 4.0) / Joseph Wresinski en 1986 - ATD Quart Monde (CC BY 3.0)

Refuser la misère. Non pas la soulager, la soigner, mais la détruire. Les mots d’Alwine de Vos van Steenwijk dans la revue Quart Monde, en 1992, résonnent particulièrement à l’approche de la journée mondiale du refus de la misère, ce 17 octobre. Celle-ci n’est jamais acceptable : parce qu’il n’y a pas de demi-misère, elle ne peut être combattue par des demi-mesures. La misère est radicale, au sens premier du terme, enracinée au plus profond de la personne.

Ce 17  octobre, plus de soixante-dix associations – dont la Revue Projetse mobilisent contre les injustices sociales et environnementales. En ces temps où l’insécurité d’emploi risque de remettre en cause le combat pour la planète, il est essentiel de réaffirmer qu’il n’y a pas de justice environnementale sans justice sociale, et inversement. Les premières victimes des changements climatiques et de la pollution sont les plus démunis, tels cette villageoise malienne devant chercher de l’eau de plus en plus loin à la suite du réchauffement, ou cet agriculteur indien respirant les pesticides « made in Monsanto ». Plus près de nous, la lutte contre le mal-logement et ses méfaits sur la santé des enfants passe par des rénovations dites écologiques. Et on pourrait continuer d’égrener les multiples corrélations entre pauvreté économique et vulnérabilité environnementale.

Cette imbrication des combats interpelle les défenseurs de l’environnement : s’il n’y a pas de demi-misère, comment accepterait-on des demi-mesures pour l’environnement ?

Cette imbrication des combats interpelle les défenseurs de l’environnement : s’il n’y a pas de demi-misère, comment accepterait-on des demi-mesures pour l’environnement ? « Le mouvement ATD Quart-Monde s’est fondé sur un triple refus […] : le refus de la fatalité de la misère, le refus de la culpabilité qui pèse sur ceux qui la subissent, le refus du gâchis spirituel et humain que constitue le fait qu’une société puisse se priver si légèrement de l’expérience de ceux qui vivent dans la misère. » (Joseph Wresinski, revue Igloos, 1977, n° 97-98).

Ce 17  octobre requiert une convergence des refus ! Greta Thunberg a ouvert la voie, elle qui a scandalisé le monde en appelant à la grève scolaire pour le climat. On la dit sans compromis, dangereuse pour la jeunesse. « Certaines personnes ont choisi de ne pas nous écouter. Ce n’est pas grave. Après tout, nous ne sommes que des enfants » (discours à l’Assemblée nationale, 21 juillet 2019). On retrouve ici le triple refus de Joseph Wresinski : celui de la fatalité, de la culpabilité et du déni de l’expérience des premiers concernés. Bâtir sur le refus ne signifie pas que l’on construit sur le vide ou de fragiles fondations. C’est enraciner radicalement son combat dans un « non » si profond qu’il nous définit comme des êtres solidaires avec le monde et l’univers.

Toutes les infos sur la Journée mondiale du refus de la misère 2020 « Agir ensemble pour gagner la justice sociale et environnementale pour toutes et tous » sont sur le site d’ATD Quart monde.

Les plus lus

Les Marocains dans le monde

En ce qui concerne les Marocains, peut-on parler de diaspora ?On assiste à une mondialisation de plus en plus importante de la migration marocaine. On compte plus de 1,8 million de Marocains inscrits dans des consulats à l’étranger. Ils résident tout d’abord dans les pays autrefois liés avec le Maroc par des accords de main-d’œuvre (la France, la Belgique, les Pays-Bas), mais désormais aussi, dans les pays pétroliers, dans les nouveaux pays d’immigration de la façade méditerranéenne (Italie et ...

L’homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des...

Aux origines du patriarcat

On entend parfois que le patriarcat serait né au Néolithique, près de 5 000 ans avant notre ère. Avant cela, les femmes auraient été libres et puissantes. Les données archéologiques mettent en doute cette théorie. De très nombreux auteurs, de ce siècle comme des précédents, attribuent la domination des hommes sur les femmes à l’essor de l’agriculture, lors du Néolithique. Cette idée est largement reprise dans les médias, qui p...

Du même auteur

Imposture du Nimby

L’adoption de la loi « immigration » par le Sénat et le Parlement français, le 19 décembre 2023, a été vécue comme un séisme par l’équipe du Ceras et de la Revue Projet. Avec soixante associations regroupées dans le Pacte du pouvoir de vivre, elle a dénoncé ce vote qui « a fait sauter des digues républicaines majeures et tourne le dos aux valeurs de la République en s’appuyant sur les idées portées par l’extrême droite ».Cette loi est « synonyme d’exclusion et d’atteinte aux droits notamment po...

On n’enferme pas l’eau

Pourquoi le projet des méga-bassines de Sainte-Soline a-t-il généré tant de violences ? Cette question, je l’ai entendue maintes fois. Pour tenter d’y voir clair, je me suis plongé dans le livre de Franck Galland, Guerre et eau. L’eau, enjeu stratégique des conflits modernes (Laffont, 2021). Cet ouvrage, écrit par un expert en stratégie militaire, m’a évoqué le mouvement des « enclosures », ou appropriation des communaux, à la fin du XVIe siècle, en Angleterre.Avant les enclosures, les terres a...

« Des compétences pour accueillir le monde »

Par son extrême diversité, la population de Seine-Saint-Denis constitue l’une des clés de la réussite des Jeux de 2024, assure Emmanuel Constant, vice-président départemental en charge du dossier olympique.  Était-il prévu à l’origine que la Seine-Saint-Denis occupe une place aussi centrale dans le dispositif des Jeux de 2024 ? Le département a-t-il dû s’imposer face à Paris ?On dit « Paris 2024 » puisque, par nature, les Jeux sont liés à une v...

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules