Logo du site

Convergence des refus Édito

Greta Thunberg en 2018 - Anders Hellberg (CC BY-SA 4.0) / Joseph Wresinski en 1986 - ATD Quart Monde (CC BY 3.0)
Greta Thunberg en 2018 - Anders Hellberg (CC BY-SA 4.0) / Joseph Wresinski en 1986 - ATD Quart Monde (CC BY 3.0)

Refuser la misère. Non pas la soulager, la soigner, mais la détruire. Les mots d’Alwine de Vos van Steenwijk dans la revue Quart Monde, en 1992, résonnent particulièrement à l’approche de la journée mondiale du refus de la misère, ce 17 octobre. Celle-ci n’est jamais acceptable : parce qu’il n’y a pas de demi-misère, elle ne peut être combattue par des demi-mesures. La misère est radicale, au sens premier du terme, enracinée au plus profond de la personne.

Ce 17  octobre, plus de soixante-dix associations – dont la Revue Projetse mobilisent contre les injustices sociales et environnementales. En ces temps où l’insécurité d’emploi risque de remettre en cause le combat pour la planète, il est essentiel de réaffirmer qu’il n’y a pas de justice environnementale sans justice sociale, et inversement. Les premières victimes des changements climatiques et de la pollution sont les plus démunis, tels cette villageoise malienne devant chercher de l’eau de plus en plus loin à la suite du réchauffement, ou cet agriculteur indien respirant les pesticides « made in Monsanto ». Plus près de nous, la lutte contre le mal-logement et ses méfaits sur la santé des enfants passe par des rénovations dites écologiques. Et on pourrait continuer d’égrener les multiples corrélations entre pauvreté économique et vulnérabilité environnementale.

Cette imbrication des combats interpelle les défenseurs de l’environnement : s’il n’y a pas de demi-misère, comment accepterait-on des demi-mesures pour l’environnement ?

Cette imbrication des combats interpelle les défenseurs de l’environnement : s’il n’y a pas de demi-misère, comment accepterait-on des demi-mesures pour l’environnement ? « Le mouvement ATD Quart-Monde s’est fondé sur un triple refus […] : le refus de la fatalité de la misère, le refus de la culpabilité qui pèse sur ceux qui la subissent, le refus du gâchis spirituel et humain que constitue le fait qu’une société puisse se priver si légèrement de l’expérience de ceux qui vivent dans la misère. » (Joseph Wresinski, revue Igloos, 1977, n° 97-98).

Ce 17  octobre requiert une convergence des refus ! Greta Thunberg a ouvert la voie, elle qui a scandalisé le monde en appelant à la grève scolaire pour le climat. On la dit sans compromis, dangereuse pour la jeunesse. « Certaines personnes ont choisi de ne pas nous écouter. Ce n’est pas grave. Après tout, nous ne sommes que des enfants » (discours à l’Assemblée nationale, 21 juillet 2019). On retrouve ici le triple refus de Joseph Wresinski : celui de la fatalité, de la culpabilité et du déni de l’expérience des premiers concernés. Bâtir sur le refus ne signifie pas que l’on construit sur le vide ou de fragiles fondations. C’est enraciner radicalement son combat dans un « non » si profond qu’il nous définit comme des êtres solidaires avec le monde et l’univers.

Toutes les infos sur la Journée mondiale du refus de la misère 2020 « Agir ensemble pour gagner la justice sociale et environnementale pour toutes et tous » sont sur le site d’ATD Quart monde.

Les plus lus

L'homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Resumé Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des hommes. Une ...

Rôle et nature de l'actionnariat dans la vie des entreprises

Resumé Si la croissance rentable est le principal objectif pour les actionnaires, elle ne peut être leur seule visée. Il importe de mettre en œuvre des processus qui précisent les modes de relation avec les dirigeants de l’entreprise. Celle-ci a les actionnaires qu’elle mérite : seront-ils les partenaires du développement social ? De nombreuses situations récentes ont montré l’influence grandissante des actionnaires. Dernier exemple en date, en France, celui de Danone : après avoir renoncé à acq...

« Les religions diffèrent, mais les questions sont universelles »

Pour l’anthropologue Maurice Godelier, l’idée que les religions puissent disparaître de nos sociétés n’est pas crédible. Elles occupent une place unique, sans concurrencer directement le politique. Qu’est-ce qui est « au fondement des sociétés humaines », si ce n’est la parenté ?Maurice Godelier – La parenté est fondamentale pour le développement de chaque être humain : on naît dans une famille, on ne peut pas survivre sans des adultes qui s’occupent de nous et nous transmettent quelque chose, c...

Du même auteur

Quel est le prix d’une vie ?

« Toute personne a un prix, l’important est de savoir lequel », disait cyniquement le narcotrafiquant Pablo Escobar. Le marché peut-il tout monétiser ? Le marché peut-il tout vendre et tout acheter ? Étonnamment, la réponse est positive à la première question et négative à la seconde. Et c’est souvent parce qu’on ne distingue pas ces deux questions qu’on se perd dans un labyrinthe sans sortie. L’achat ou la vente de certains biens, tels que la vie humaine, en modifie la nature.D’êtres libres, l...

Faut-il toujours payer ses dettes ?

La Revue Projet referme son dossier sur la dette en quatre points saillants. Retenons-en un : la dette est affaire de courage politique. Commençons par un point sémantique : « Faut-il »appartient au domaine de l’éthique. De fait, certaines dettes sont réputées immorales ou illégitimes, comme celles contractées dans les dictatures des pays du Sud ou le surendettement – souvent inévitable – de certaines familles en précarité. L’obligation renvoie également au juridique : ne pas payer les dettes pe...

La spirale du surendettement

Alors que la crise sanitaire fait basculer de nombreux foyers dans la précarité, les dettes contractées pour assurer ses besoins essentiels – logement, alimentation, études – renforcent la pauvreté. Dès lors, doivent-elles être honorées ? En 2008, à la suite de la crise immobilière aux États-Unis, dix millions de familles ont été expulsées de leur logement car elles ne pouvaient plus honorer leurs dettes. La crise du coron...

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules