Logo du site
iStock
iStock

Coronavirus, un « mal commun » ? Édito


L’épidémie du Covid-19 nous prend littéralement à la gorge. À l’heure d’écrire cet édito, ce 19 mars, le Nord de l’Italie doit choisir à qui prodiguer des soins ou non et la France déclare l’état d’urgence sanitaire afin de ralentir, pas d’arrêter, la propagation du virus et son funeste cortège.

Il est de bon ton de parler dans cette revue de biens communs. Le coronavirus nous entraîne de l'autre côté du miroir. Explication. Les biens communs sont des biens partagés en commun, comme une copropriété ou une planète. Le coronavirus n'est-il pas un mal partagé collectivement, la face sombre de certains communs ?

Le Covid-19 nous rappelle que l’économie est affaire de contacts humains, que sans échange physique, il n’y a plus de commerce.

Prenons l’exemple de ce commun qu’est l’économie globalisée. Côté face, on nous prédit que les réseaux, l’intelligence artificielle et la robotisation seront les caractéristiques des futurs échanges planétaires. Le monde deviendrait une immense toile d'individus virtuellement connectés, un archipel d’îles individuelles. Côté pile, le Covid-19 nous rappelle que le monde est réellement connecté, que l’économie est affaire de contacts humains, que sans échange physique, il n’y a plus de commerce. Finalement, tous nos biens échangés, quels qu’ils soient, sont des biens partagés, des biens communs à un certain degré. 

Le virus s’est attaqué aux relations réelles en nous les rendant contagieuses et donc « dignes d’intérêt ». On ne peut plus ignorer notre voisin, surtout s’il se met à tousser. L’indifférence n’est plus de mise dès que nous sommes en contact.

Garrett Hardin, dans sa tragédie des communs1, affirme que trois solutions existent pour éviter l’épuisement incontrôlé et inexorable des communs : la privatisation des biens disponibles ; le contrôle d’autorité via la peur du gendarme ; le contrôle social démocratiquement accepté via l’éducation civique et citoyenne. La première proposition est à écarter car elle fait l’impasse sur la gestion commune, alors que les deux dernières solutions entendent empêcher les « passagers clandestins », qui profitent des communs sans participer à leur entretien.

Il reste le sens civique, le bon sens et l'entraide entre victimes.

Face au coronavirus, ce « mal commun », la tragédie des communs va-t-elle se vivre au carré, ou va-t-elle produire son contraire ? Telle est ma réflexion actuellement.

La tentation est grande de choisir la solution de privatisation de son espace de vie (masque, isolement, télétravail). Le contrôle d’autorité, à la chinoise, ne nous semblait pas envisageable ici en Occident, mais on a vite fait machine arrière dans nos préjugés. Il reste le sens civique, le bon sens et l'entraide entre victimes. Le « mal commun » met en lumière la nécessité d'un agir commun, d'une coresponsabilité. Que ce soit face au coronavirus ou au réchauffement climatique, la résilience sera collective ou ne sera pas.

Du même auteur

Une précarité qui s'aggrave

Marcel Rémon
L'équipe de rédaction

Le Secours catholique vient de publier, ce jeudi 7 novembre, son rapport statistique annuel sur la pauvreté. S’intéressant entre autres à la réalité des personnes migrantes, il nous montre que la précarité s’aggrave de façon alarmante. Au-delà de ce sombre mais nécessaire tableau, le rapport met en avant le dialogue et la rencontre pour fonder une solidarité résiliente. Le Secours catholique vient de ...

Inégalités : qui nous dit quoi ?

Marcel Rémon
L'équipe de rédaction

Piketty, Galbraith, Milanovic… De grands noms de l’économie se sont penchés sur la question des inégalités en 2019. Lecture croisée des sorties récentes, pour s’orienter dans ce labyrinthe. Piketty Galbraith Milanovic De grands noms de l'économie se sont penchés sur la question des inégalités en 2019 Lecture croisée des sorties récentes pour s'orienter dans ce labyrinthe Si la thématique des inégalités n'est pas nouvelle nous ...

Le travail, un bien commun à protéger

Marcel Rémon
L'équipe de rédaction

Certains rêvent d'un monde où les robots et l'intelligence artificielle auraient mis fin au travail D'autres annoncent l'effondrement de nos sociétés productivistes sous la pression des changements climatiques et de l'épuisement des ressources D'après le Global footprint network il faudrait aujourd'hui 1 7 planète Terre pour subvenir à notre mode de vie actuel Des centaines de millions d'emplois dépendent fortement de l'environnement en 2014 l'Organisation internationale du travail OIT...

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules