Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !
Logo du site

Parents d'élèves, après la casse, agir


Une poignée d’élèves, une quinzaine de parents, une dizaine d’enseignants, des militants associatifs se pressent autour d’un thé à la menthe et de petits gâteaux. On pousse les tables et on installe les chaises en cercle. La Principale a accepté d’accueillir la première réunion de la nouvelle association dans les murs de son collège. Ici, comme dans toute la Seine-Saint-Denis, on sort tout juste des trois semaines de casse qui ont suivi la mort par électrocution de deux jeunes fuyant un contrôle de police, à quelques communes de là. Bilan pour ce collège situé en Zep : un gymnase incendié, et des élèves « encore plus difficiles à tenir, expliquent les membres de la direction, parce qu’ils ont vu des jeunes défier les autorités ».

« Nous sommes tous bouleversés par ces événements dramatiques. Comment en sortir ? » interpelle le tract d’invitation à la réunion distribué sur le marché quelques jours plus tôt. « Comment aider les jeunes à sortir de la rancœur et à construire leur avenir dans ce pays qui est le leur ? En se rassemblant ». Avec le directeur de la section d’enseignement adapté (qui ici compte une centaine d’élèves), ce sont des parents qui ont eu l’idée de créer une « association culturelle » réunissant profs et familles. Pourquoi ne pas proposer du soutien scolaire aux élèves, des cours de français à leurs parents, mais aussi des conférences ou des films ? « Au collège, explique un des parents organisateurs de la réunion, il y a des enfants d’origines diverses. Ils sont français mais ils ne se reconnaissent pas comme tels. Quel avenir auront-ils donc si nous ne faisons rien ? ». « Il n’y a pas « assez de langage » entre les parents et les profs du collège, poursuit un autre parent animateur. Il y a un trou à remplir entre la famille et l’école. Des parents isolés, humiliés, n’osent plus rien dire. Il faut chercher ceux qui ne viennent jamais au collège, aider les parents qui ne comprennent pas ce qui est écrit dans le carnet de correspondance».

L’échange s’engage. Comment « redonner des limites aux adolescents », comment « rendre l’autorité aux parents » ? « Il faut retrouver le respect lié à la dignité humaine », répond un père de famille. « Des parents se comportent mal et mènent leurs enfants à la dérive », estime une maman. « Les enseignants sont écœurés. Les élèves en profitent. Les parents désertent l’école, poursuit quelqu’un. C’est un cercle vicieux, tout le monde est dedans ». Une idée est lancée : mettre en place une permanence pour les parents. Pas pour doubler le travail de l’assistante sociale du collège, mais pour que « des parents aident d’autres parents ». Il sera utile d’aller voir comment fonctionnent les « maisons des parents » des communes voisines.

Association de travailleurs tunisiens, association de quartier… prennent la parole tour à tour. Une association interreligieuse se dit prête à faire le lien avec des représentants des religions afin d’organiser des conférences ; une autre, liée à un village de Kabylie, propose de dispenser des cours de berbère en utilisant les émissions de radio et de télévision qu’elle produit là-bas ; une autre pratique déjà le soutien scolaire et est disposée à aider au démarrage de cette activité. Des enseignants venus d’un collège voisin souhaitent que la nouvelle association ne se limite pas à un seul quartier : « Quelle ouverture ? Quelle mise en réseau ? » Mais l’établissement scolaire est « un bon lieu pour rejoindre les familles ». Une mère engagée à la FCPE raconte : « Derrière chaque échec scolaire, on trouve un problème de logement. Ce dont ont besoin les familles, c’est d’être accompagnées là où elles vivent ». L’association pourrait retransmettre les besoins aux élus ou à d’autres associations. Mais comment toucher les parents tout en préservant la confidentialité ? Pas question de mélanger les genres et de solliciter l’assistante sociale du collège pour identifier les besoins.

L’heure tourne. « Ras le bol des réunions dont on sort impuissant, s’inquiète quelqu’un. Il faut faire des choses concrètes ! » Comment mettre en place des structures qui durent ? Quels objectifs se donner ? Et une association peut-elle seulement répondre à tous les besoins énumérés pendant la réunion ? D’ailleurs, « pourquoi la Mairie ne fait-elle pas tout cela ? », intervient un syndicaliste : « Je suis postier et je ne demande pas aux gens de distribuer le courrier à ma place ! ». Une enseignante répond : « Pour moi, le rôle d’une association comme celle-ci serait de mettre les gens en réseau, en lien les uns avec les autres ; il existe beaucoup d’aides mais il manque souvent les petits liens humains ». « Souvent les systèmes d’aide ne sont pas visibles, pas lisibles pour les parents », renchérit une travailleuse sociale. L’équipe organisatrice tire les conclusions en faisant le point sur la première finalité de l’association « de fait » créée ce soir là : à travers des activités culturelles et éducatives, « créer une entraide » entre parents et enseignants du collège, mais plus largement encore. Rendez-vous est pris dans quelques semaines pour valider les statuts de l’association. Et pour faire une fête… de Noël, même si, au collège, les deux tiers des enfants appartiennent à des familles musulmanes : « C’est quelque chose de commun à tout le monde ! ».

Anne Furst


Les plus lus

L'homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Resumé Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des hommes. Une ...

Déclin de l’or blanc

Le tourisme de masse en montagne a vécu. Le réchauffement climatique et ses conséquences pressent de réinventer l’usage de ces espaces.  Certaines initiatives montrent la voie.  L’année 2022 constitue un moment charnière pour notre avenir et celui du vivant. Les exigences environnementales nous rattrapent inexorablement. La concentration en CO2 dans l’atmosphère a atteint son record depuis deux millions d’années et les quatre dernières décennies ont ét...

Planète B, attention danger!

Jusqu’où poursuivre l’exploration de l’espace, et dans quels buts ? L’historien des sciences Jacques Arnould questionne notre vision utilitariste de l’espace. Entretien. La vie terrestre serait-elle aujourd’hui possible sans l’espace ?Quand je suis arrivé au Cnes, mes collègues de la communication avaient réalisé une vidéo sur le thème « Pas un jour sans satellite ! » Ils avaient conçu un faux journal télévisé annonçant : « Tous les satellites sont hor...

Du même auteur

De l’évidence d’un collège à La Plaine

Quels liens entre la socialisation scolaire des élèves et de leurs familles et les évolutions de La Plaine ? Les collèges recherchent à la fois une articulation à un réseau local (social, associatif) et l’ouverture d’itinéraires pour s’extraire du quartier. La construction du collège Iqbal Masih, achevée en 1998, semble relever de l’évidence : pour un quartier appelé à doubler sa population, un établissement secondaire est indispensable. De plus, la localisation choisie, non loin de l’ancien « c...

Roms, une citoyenneté au rabais ?

Arrivant à La Plaine Saint-Denis, à l’automne 2005, l’une des  premières surprises – funeste, celle-ci, car il y en aura d’heureuses – fut la découverte de plusieurs bidonvilles logés dans les interstices de cette zone urbaine en train d’opérer sa mue, ici en quartier d’affaires, là en zones d’habitation, à quelques centaines de mètres de Paris.Des bidonvilles aux portes de ParisIl y eut d’abord, entre la gare RER La Plaine Stade de France et la rue de la Croix-Faron (où Projet est localisé), c...

Retour de campagne (introduction)

Presque oubliées, les longues semaines de campagnes électorales vécues au rythme des sondages. Le candidat Sarkozy est désormais Président de la République française, imposant à des médias souvent consentants son style, son calendrier, sa rupture, absorbant dans sa seule personne les fonctions exécutives, législatives et diplomatiques de l’Etat. Il y a bien sûr en tout cela matière à débat politique. Pour autant, il ne faudrait pas gommer trop vite ce qui, sous l’écume audiovisuelle, s’est joué...

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules