Logo du site

Avant le scrutin


Il faudrait de graves raisons pour dire non. Qui en a ? Il n’est pourtant pas impossible, selon l’information à ce jour, que l’Europe soit mise à mal par notre vote, affaiblie pour longtemps (car il n’y aura pas de renégociation rapide, où la voix de la France s’imposerait). Le pire n’est certes pas sûr, par ailleurs : l’est-il jamais en politique ? On y dépend de l’humeur. Parenthèse : il est sage de déléguer nombre de décisions à des représentants, pour plus de sérénité.

Je m’arrête à autre chose. On a tout dit et pensé, ces temps-ci, en France, sur nos concitoyens. Imitant le « Les Français sont des veaux ! » d’un certain Général… Qu’est-ce qui fait que, réunis en tout cas, nous soyons à ce point coléreux, nerveux ?

Une situation spirituelle ? Est-ce parce que nous ne sommes pas tellement en paix avec nous-mêmes ? Nous avons connu les mêmes décharges sur le voile, la laïcité, le fait religieux à l’école.

La situation sociale, ou économico-sociale ? Manque de croissance, chômage, course avec la Chine, surtout la perspective que tout cela puisse durer – quoi qu’il en soit des politiques, qui ne seront jamais qu’un peu plus à gauche, ou un peu plus à droite. Ne faudrait-il pas que nous apprenions à vivre plus sereinement : différents, dans un monde changeant et, de plus en plus, demain, avec la rencontre de multiples cultures chez nous, en paix malgré tout ?

Du même auteur

Orthodoxie russe et questions sociales

Jean-Yves Calvez
L'équipe de rédaction

Que de fois ne l'a t on pas dit Les Orthodoxes ceux de Russie spécialement n'auraient pas de doctrine sociale à la manière dont les Catholiques en ont une fort développée depuis la lettre de Léon XIII sur la condition ouvrière Rerum novarum en 1891 1 Ce fut longtemps vrai sans doute Et l'une des causes au moins de cette situation est bien connue depuis Pierre le Grand et pendant des siècles l'Église russe fut étroitement soumise au pouvoir politique Le grand tsar réformateur avait m...

Exporter la démocratie (introduction)

Jean-Yves Calvez
L'équipe de rédaction

L’Europe, vecteur de contagion de la démocratie, pour les candidats à l’Union, mais aussi pour ses partenaires. L'Europe vecteur de contagion de la démocratie pour les candidats à l'Union mais aussi pour ses partenaires Exporter la démocratie L'expression est aujourd'hui chez bien des Français lourde de dérision à l'endroit du président Bush en tout cas qui est empêtré dans l'aventure irakienne Mais en d'autres temps nos ancêtres auraient volontiers pris cette expression à leur ...

Le développement, d’hier à aujourd’hui

Jean-Yves Calvez
L'équipe de rédaction

Le développement est pensé comme un processus universel, une dimension de l’homme même. Question urgente, qui appelle des transformations audacieuses. Mais il faut aussi en considérer davantage aujourd’hui les effets ravageurs. Le développement est pensé comme un processus universel une dimension de l'homme même Question urgente qui appelle des transformations audacieuses Mais il faut aussi en considérer davantage aujourd'hui les effets ravageurs Le développement fut le grand sujet ...

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules