Logo du site

L'abbé Pierre, février 2004


L’imprécation de l’abbé Pierre, titrait Le Figaro. Il « a tancé » bien du monde. « Tancer », c’est « réprimander, admonester », dans le dictionnaire. L’abbé Pierre a en effet lu, à côté de l’appel, officiel en somme, préparé avec des responsables d’Emmaüs, un plus petit texte qu’il avait rédigé le matin. Disant : « Malheur à nous, gens heureux. Malheur aux enfants des gens heureux. Ils ne veulent pas faire de mal, mais savent faire comprendre à leurs élus qu’ils entendent que d’abord soit servi leur plaisir de vivre, avant qu’aux autres soient donnés les moyens de vivre ». L’abbé dénonçait aussi « l’abandon du pouvoir à ceux qui ignorent et méprisent la fraternité ».

Comme s’il n’était pas assuré que le plus long texte secoue l’indifférence ! Car c’est le problème aujourd’hui. La cause de la pauvreté n’entraîne pas facilement. On sait les chiffres. On a peut-être une idée de ce qu’ils signifient. Mais les experts, souvent, économistes surtout, pensent, avec froideur, que le système ne fonctionne bien que comme cela. « Torpeur », dit l’appel. Je ne suis pas sûr que ce soit cela, ou bien oubli, négligence. Plus d’un dit fixer son attitude en connaissance de cause. L’abbé Pierre et ses compagnons pensent alors qu’il n’en est rien: si on connaissait vraiment la pauvreté, on ne pourrait rester tranquille, on perdrait cœur. « Qu’est-ce qu’un voisin qui ne connaît pas ses proches ? » Connaître... Je pense que ceux qui y invitent ont cent fois raison. Projet reviendra en mai sur les pauvretés d’aujourd’hui. Dans le présent Cahier on lira déjà Anne Brunon sur la pauvreté, si marquée, dans la vieille Angleterre.


Du même auteur

Orthodoxie russe et questions sociales

Jean-Yves Calvez
L'équipe de rédaction

Que de fois ne l'a t on pas dit Les Orthodoxes ceux de Russie spécialement n'auraient pas de doctrine sociale à la manière dont les Catholiques en ont une fort développée depuis la lettre de Léon XIII sur la condition ouvrière Rerum novarum en 1891 1 Ce fut longtemps vrai sans doute Et l'une des causes au moins de cette situation est bien connue depuis Pierre le Grand et pendant des siècles l'Église russe fut étroitement soumise au pouvoir politique Le grand tsar réformateur avait m...

Exporter la démocratie (introduction)

Jean-Yves Calvez
L'équipe de rédaction

L’Europe, vecteur de contagion de la démocratie, pour les candidats à l’Union, mais aussi pour ses partenaires. L'Europe vecteur de contagion de la démocratie pour les candidats à l'Union mais aussi pour ses partenaires Exporter la démocratie L'expression est aujourd'hui chez bien des Français lourde de dérision à l'endroit du président Bush en tout cas qui est empêtré dans l'aventure irakienne Mais en d'autres temps nos ancêtres auraient volontiers pris cette expression à leur ...

Le développement, d’hier à aujourd’hui

Jean-Yves Calvez
L'équipe de rédaction

Le développement est pensé comme un processus universel, une dimension de l’homme même. Question urgente, qui appelle des transformations audacieuses. Mais il faut aussi en considérer davantage aujourd’hui les effets ravageurs. Le développement est pensé comme un processus universel une dimension de l'homme même Question urgente qui appelle des transformations audacieuses Mais il faut aussi en considérer davantage aujourd'hui les effets ravageurs Le développement fut le grand sujet ...

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules