Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !
Logo du site

In memoriam (éditorial)


Depuis bientôt un an, les Etats-Unis accusent les chocs. L’attaque terroriste du 11 septembre 2001 a mis à mal l’inviolabilité du continent, les faillites successives d’Enron, de Worldcom, secouent une société et un marché encore hésitants sur la reprise économique et de plus en plus incertains sur leurs propres capacités de régulation et de contrôle du capitalisme. Omniprésente sur la scène internationale, et pourtant souvent en manque de stratégie à moyen terme, pour ne rien dire du long terme ou du plus urgent, prenant tour à tour la figure du cow-boy et du shérif en ce qui concerne l’économie, l’administration Bush – et avec elle le pays tout entier – semble faire de la valse et des pirouettes les figures principales de sa politique. De ce côté de l’Atlantique, on est à la peine : comment comprendre, résister, comment orienter un engagement européen quand le principal interlocuteur apparaît aussi déconcertant ?

En revenant, tout d’abord, à la vieille grammaire qui structure les réactions de l’opinion, les jeux institutionnels d’une démocratie prise dans les tourments de l’introspection. N’a-t-on pas vu revenir, soudainement, mais avec quelle force, les grands plaidoyers patriotiques ? Ceux-ci sont de toutes les crises. Leurs déclinaisons, certes diverses, font appel à deux variantes principales : la défense d’un isolationnisme pragmatique et la volonté d’éradication (jusqu’au machiavélisme) de toute menace pressentie. Le premier versant paraît simple : on se replie sur soi, on s’enferme et on oublie le monde. Mais délimiter les contours du soi est plus complexe qu’il n’y paraît : il s’agit sans cesse de définir d’abord le proche et le lointain, mais aussi les bons et les méchants. Dès lors, le deuxième versant n’est pas loin : on dresse une liste de priorités dans la lutte contre le terrorisme, on décrète que certains Etats ne sont que des voyous. L’opinion suit les experts, la patrie est en danger.

Mais cette rhétorique est contrebalancée par le jeu institutionnel démocratique, souvent lent à se mettre en branle, car il suppose l’alliance des différentes forces politiques au sein du Congrès. Les auditions du Sénat surtout, de la Chambre des représentants dans une moindre mesure, donnent une assise plus réfléchie aux décisions publiques. Souvent d’une grande tenue, elles s’adossent à une philosophie de la chose publique : la valeur d’une décision dépend de la manière dont celle-ci paraît au grand jour. Les arguments traditionnels des faucons, joignant menaces et secret, y paraissent suspects. Les jugements cherchent à être plus équilibrés : la décision majoritaire est éclairée par les positions de la minorité. Sur l’Irak, la position du Sénat se veut plus nuancée que celle de l’administration Bush.

Le troisième acteur, qui interfère dans l’action publique américaine, est le pouvoir judiciaire. Il agit selon une troisième temporalité, à la fois plus lente ou plus saccadée que celle du Congrès. De peu de poids sur l’engagement extérieur américain – sauf lorsque les lois constitutionnelles sont transgressées par le Congrès ou le président –, il en a davantage sur l’économie. De manière relativement impartiale, il a étayé les craintes que l’on pouvait nourrir à propos d’Enron, d’Andersen, ou d’autres acteurs importants de la scène économique.

Dans cet espace public, les cohérences, les structurations qui véritablement orienteront l’avenir, se cherchent encore. N’a-t-on pas vu, durant le premier semestre, nombre d’analystes adopter un discours impérial ? L’accusation est ancienne – elle est récurrente aux quatre coins de la planète –, il est nouveau que les Américains eux-mêmes revendiquent une telle attitude et en assument les conséquences. Si cette logique était pleinement acceptée au point de devenir dominante, la défense de la « civilisation » et la lutte contre la barbarie y trouveraient un fondement rationnel mais ouvriraient le champ à l’absolutisme.

En deçà ou à côté de cette rhétorique, la crise financière a redonné force au vieux dicton « ce qui est bon pour l’Amérique est bon pour le reste du monde ». S’il concerne d’abord le champ économique – il faut défendre le pouvoir d’achat du petit épargnant et du retraité –, ce raisonnement peut avoir des implications secondes mais décisives pour l’engagement extérieur américain : une intervention en Irak aura des conséquences sur les marchés pétroliers, et par contrecoup sur le portefeuille de la classe moyenne des Etats-Unis.

Il est aujourd’hui malaisé de pronostiquer. La voix de « l’empire » demeure bien faible. La crise boursière a redonné force au souci de soi des Américains. Tacticien plutôt que stratège, George Bush pourrait bien, finalement, se montrer peu sensible aux sirènes de la « civilisation ». Ne préférera-t-il pas chausser ses pantoufles et raisonner à partir des intérêts immédiats de ses concitoyens ? Face aux incertitudes, ce serait peut-être la sagesse.


Les plus lus

L'homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Resumé Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des hommes. Une ...

Déclin de l’or blanc

Le tourisme de masse en montagne a vécu. Le réchauffement climatique et ses conséquences pressent de réinventer l’usage de ces espaces.  Certaines initiatives montrent la voie.  L’année 2022 constitue un moment charnière pour notre avenir et celui du vivant. Les exigences environnementales nous rattrapent inexorablement. La concentration en CO2 dans l’atmosphère a atteint son record depuis deux millions d’années et les quatre dernières décennies ont ét...

Planète B, attention danger!

Jusqu’où poursuivre l’exploration de l’espace, et dans quels buts ? L’historien des sciences Jacques Arnould questionne notre vision utilitariste de l’espace. Entretien. La vie terrestre serait-elle aujourd’hui possible sans l’espace ?Quand je suis arrivé au Cnes, mes collègues de la communication avaient réalisé une vidéo sur le thème « Pas un jour sans satellite ! » Ils avaient conçu un faux journal télévisé annonçant : « Tous les satellites sont hor...

Du même auteur

Partage du travail : perspectives interreligieuses

Le christianisme, comme l’islam, le judaïsme ou le bouddhisme insistent sur la dignité de l’homme au travail, sur son inscription dans une communauté. L’idée d’un partage du travail est diversement accueillie. Partager avec qui ? Pourquoi ? L’auteur appelle à un engagement interreligieux concret sur le sujet. Replacée dans le cadre du dialogue interreligieux, la question du partage du travail ne tient pas de l’évidence1. Le travail se partage-t-il ? Avec qui ? On peut partager le travail, quand ...

De nouvelles formes d'engagement

Resumé Les jeunes de 2008 reproduisent-ils simplement les modèles d’engagement de leurs aînés ? Les jeunes s’engagent-ils sur des projets de manière différente que les plus âgés ? La réponse à cette question pourrait s’en tenir à souligner les écarts entre les jeunes et leurs aînés, ou à relever des changements entre les jeunes d’aujourd’hui et ceux d’hier - les nouvelles générations ne s’engagent pas comme celles qui les ont précédées. Elle peut aussi considérer que c’est toute la société qui e...

Recomposition des représentations familiales

Pour qui observe le champ de la famille, peut-on dire que le « moment mai 68 » correspond à une rupture ? Parler de moment, selon l’expression de Denis Pelletier, désignant une période ouverte des années 60 aux années 80, est plus pertinent que de se limiter à une date pour analyser les changements. Dans l’histoire sociale, le temps se fait glissant, les générations succédant aux générations. Et en effet, les évolutions de la famille révèlent une série de mutations suffisamment proches pour pou...

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules