Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !
Logo du site

Une laïcité à renouveler (éditorial)


Au moment où les Européens cherchaient à tracer les orientations d’une route commune en rédigeant une charte des droits fondamentaux, des mots se sont heurtés : héritage religieux, patrimoine spirituel. La lutte autour de ces mots pourrait renvoyer, une fois encore, au passé plus qu’à l’avenir. Ce serait sans doute fausser la question qui nous est adressée : comment croyants et non-croyants faisons nous route commune dans nos sociétés ?

A la génération qui nous a précédés, les tâches de la cité – la reconstruction économique, les rapprochements économiques – se sont imposées dans leur impérieuse nécessité. Au cœur des camps, comme dans le combat de la résistance, chrétiens et non-chrétiens se sont rencontrés dans l’inhumanité. Le refus s’est révélé plus fort que les liens de l’héritage. Comme le rappelle René Rémond, une génération de chrétiens s’est ainsi construite dans la désobéissance à l’égard d’un épiscopat plus qu’hésitant, dans la fidélité à l’Evangile et dans l’urgence d’un ouvrage à accomplir. Structurée par l’expérience collective des mouvements, mais ayant aussi éprouvé une fraternité forte par-delà les clivages religieux et sociaux, elle mit en œuvre un processus de transformation et de réformes dont on connaît l’ampleur.

Aujourd’hui, dans une Europe où les lignes de fracture de nos sociétés ne correspondent pas aux frontières, pour beaucoup de nos contemporains, l’engagement sur cette route commune apparaît comme un choix personnel. Certes, nous savons la fragilité du tissu collectif, des liens sociaux et familiaux toujours à renouer, la fracture entre les quartiers de la périphérie et ceux des centres villes, la mobilité active des uns et la stabilité contrainte des autres. Mais nous savons aussi combien l’implication personnelle que représente l’option de soutenir une association de chômeurs, une maison de quartier, une banque alimentaire, un groupe d’alphabétisation, de participer à un mouvement pour peser sur les choix de société, d’entrer dans un conseil municipal, ou toute autre initiative qui contribue à faire vivre une solidarité. Plus que du temps, cette option demande que l’on accepte de se risquer.

Chacun de ces lieux devient le terrain d’une laïcité renouvelée. Les uns et les autres apprennent à se connaître, à trouver surtout les modes d’une compréhension et d’un respect. Ils s’éprouvent ensemble dans la recherche d’une plus grande humanité. Connaissant la vulnérabilité de cet engagement, ils en mesurent la fidélité, la durée, la constance. Les mots fréquents de « prochain », « d’accueil de l’étranger », ou toute autre expression qui dit la disponibilité, sont mesurés à l’aune des gestes et des paroles dites. C’est là leur plus grande vérité.

Dans les débats qui impliquent l’avenir de nos pays, espérons qu’au-delà de revendications quasi patrimoniales, nous sachions attester la force de ce creuset de l’engagement social et politique. Des croyants et des laïcs s’y sont retrouvés. Les dynamiques de solidarité ou d’intégration représentent le véritable défi de cette nouvelle phase de la construction européenne. Ne nous trompons pas d’enjeu !


Les plus lus

L'homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Resumé Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des hommes. Une ...

Rôle et nature de l'actionnariat dans la vie des entreprises

Resumé Si la croissance rentable est le principal objectif pour les actionnaires, elle ne peut être leur seule visée. Il importe de mettre en œuvre des processus qui précisent les modes de relation avec les dirigeants de l’entreprise. Celle-ci a les actionnaires qu’elle mérite : seront-ils les partenaires du développement social ? De nombreuses situations récentes ont montré l’influence grandissante des actionnaires. Dernier exemple en date, en France, celui de Danone : après avoir renoncé à acq...

Religions et violence (introduction)

Choc des civilisations, ou choc des religions ? Autour du monde, bien des événements récents ont mis la question religieuse au premier plan. Malgré les tentatives pour en nuancer les interprétations, le rôle de la religion et le mystère d’un rapport au « divin », apparaissent ambivalents, voire comme une menace ! Mais ce n’est qu’un aspect d’une lancinante question : même si la modernité a tenté d’établir et de maintenir une distinction entre les sphères politiques, morales, économiques, religi...

Du même auteur

La décroissance : le chemin vers la sobriété ?

Soirée débat. La décroissance : le chemin vers la sobriété ?Mardi 6 décembre 2022 à 18h30, 11 Rue Biscornet, 75012 Paris, FranceRendez-vous le mardi 6 décembre à 18h30 chez Makesense dans le cadre de la clôture de notre cycle de conférence intitulé "Pensez autrement la place de l'économie", pour explorer les réflexions de Timothée Parrique sur le sujet !« La décroissance c’est un appauvrissement généralisé »« La décroissance ? Revenir à l’âge de pierre ? »« La décroissance, un antimodernisme ! ...

Repenser les inégalités face au défi écologique

Lutter contre les inégalités est le leitmotiv de bien des mobilisations. Mais la finitude de notre planète oblige à renouveler la réflexion. Une tâche à laquelle s’est attelé, avec la Revue Projet, un groupe d’associations, syndicats et chercheurs de sensibilités variées. D'où un texte fort, qui refuse d’opposer enjeux sociaux et environnementaux et qui inspire le colloque « Réduire les inégalités, une exigence écologique et sociale » (16 au 18 fév. 2017). Notre monde doit faire face simultanéme...

Inégalités monétaires : quelques repères

Multiples sont les visages de l’inégalité. Ainsi l’espérance de vie est de 50 ans en Sierra Leone contre 82 ans en France. Si l’on s’en tient aux inégalités monétaires :Une tendance au resserrement des inégalités entre paysDe très grandes disparités persistent entre pays, si l’on s’attache au Pib moyen par habitant en 2015 : de 270 $ environ au Burundi à 100 000 $ au Luxembourg (en dollars US courants) ; de 600 $ pour un Centrafricain à 140 000 $ pour un Qatari, si l’on tient compte du coût de ...

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules