Logo du site
© SOS Amitié - Déclics et des Mots - 2012
© SOS Amitié - Déclics et des Mots - 2012

L’écoute chevillée au cœur Le pouvoir d’agir des bénévoles


24 heures sur 24, les bénévoles de l’association SOS Amitié répondent aux appels et aux messages de ceux qui ont besoin d’être écoutés. Des règles claires, un accompagnement solide et des valeurs communes régissent l’engagement de ces oreilles discrètes et empathiques.


Pourquoi les 1 600 écoutants de SOS Amitié sont-ils bénévoles ?

SOS Amitié ne fait pas partie des services publics : il faudrait créer 155 emplois rémunérés pour remplacer SOS, sans avoir forcément la même qualité dans la relation. On ne voit pas comment un service privé lucratif serait financé, même si, dans une petite mesure, les psychologues, psychiatres et psychanalystes ont aussi une fonction d’écoutants. Mais le bénévolat a les couleurs du don et de la gratuité. Bien sûr, les écoutants de SOS trouvent dans leur activité de nombreuses satisfactions et salaires symboliques.
Le bénévolat est par définition sans rémunération, sans obligation, tourné vers les autres. Cela correspond entièrement au modèle de SOS Amitié. En lisant le merveilleux livre d’Émile Ajar, L’angoisse du roi Salomon, on comprend que la rencontre « humaine » en est le ressort essentiel. Il s’agit du care : du souci de l’autre, de la bienveillance et de la sollicitude. « Les valeurs sont à la vie morale ce que les racines sont à l’arbre », écrivait Paul Ricœur. Certains s’appuient sur des croyances religieuses, d’autres non. De toute manière, l’association est apolitique et areligieuse.

L’écoute est au cœur de ce « métier » bénévole…

Il existe trois manières de répondre aux appelants : le téléphone, la messagerie Internet et les tchats. Ces deux dernières font peu à peu leur chemin, tandis que le public appelant se fait plus jeune.

Ce sont de multiples appels à l’aide, des angoisses qui rencontrent une écoute : des récits de violences, des problèmes ayant trait à la solitude, la grande précarité, la sexualité…

Ce sont de multiples appels à l’aide, des angoisses qui rencontrent une écoute : des récits de violences, des prob

Cet article est réservé aux abonné.e.s

vous pouvez l'acheter à l'unité ou par Dossier
Pour accéder à cet article :

Déjà abonné.e ?

M'identifier

Revue-Projet.com offre l'accès gratuit aux articles de moins de 2 mois ou plus de 4 ans.

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules