Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !
Logo du site

La force symbolique du 11 septembre (éditorial)


Les symboles sont de retour : non qu’ils aient auparavant totalement disparu, mais voilà qu’ils dominent largement sur la scène internationale. Depuis le 11 septembre, devenu date-événement, beaucoup ont commenté le «commencement» du XXIe siècle, bien des analystes et des stratèges ont tenté de revoir leurs schémas : comme si tout changeait et si rien n’était plus comme avant. D’une certaine manière cela est vrai, à condition de voir dans cette évolution non pas l’émergence de problèmes inédits mais l’occasion de dessiner de nouvelles perspectives en amont de la formulation de tout projet politique.

La charge symbolique des attaques terroristes fut puissante. Elle marque l’érosion de modes traditionnels de prise en charge d’un jeu d’affrontement ou de domination. La guerre froide, achevée dans le velours de 1990, opposait deux manières de voir le monde et sa transformation économique. Au travers d’un conflit réel, les adversaires avaient développé une intelligence des raisons et motivations d’agir de l’autre qui permettait anticipation et contre-proposition en réduisant l’aléatoire. Durant la décennie qui a suivi, libéralisme et contractualisme sont devenus des modes de gestion des relations internationales. Tous les acteurs en avaient plus ou moins appris les règles, certains à leurs dépens tandis que d’autres avaient été exclus du jeu. Ils avaient aussi établi une certaine intelligence, une compréhension des réactions de l’autre, de ses intérêts ou de ses ambitions. Dans ce cadre, la politique était devenue affaire de gestion.

Nous sommes entrés dans une ère de l’incertain. Aucun événement, ni l’effondrement du World Trade Center, ni les frappes en Afghanistan, ni le ballet diplomatique, ni les mouvements qui traversent les opinions ne sont porteurs d’une signification complètement pré-déterminée. Les Américains ont été pour la première fois atteints sur leur propre continent. Ils en sont encore au stade des questions : que signifie ce carnage ? D’où provient une telle haine ? Les services de renseignements ont-ils failli ? Quelle politique construire ? Des questions analogues traversent l’ensemble du monde arabe : la destruction massive démontre-t-elle la vulnérabilité des maîtres du monde et du pétrole ? Permettra-t-elle de résoudre les conflits des décennies antérieures, hérités des colonialismes et nationalismes du siècle passé, des féodalités plus anciennes ? L’Europe elle-même se trouve prise en tension et bousculée dans son identité. Forme-t-elle une unité réelle ou cohérente, celle d’une terre d’accueil et de passage ? N’est-elle pas le sujet récurrent de luttes d’influence, celle des grands pays sur les petits, les uns pouvant prendre part au grand jeu du monde, les autres cantonnés à un rôle de suiveurs ? La longue histoire de ses liens avec les pays arabes et asiatiques lui permet-elle de parler d’une voix différente ? L’Afrique, enfin, se découvre tiraillée entre des aspirations contradictoires, celle d’un développement moins inégal et la reformulation d’une différence vis-à-vis d’un Occident dont les pieds pourraient se révéler plus fragiles. Cette liste est encore bien incomplète.

Réfractée abondamment à travers les différents médias, cette force symbolique des événements devient patente Dans un temps très bref, les images et représentations traditionnelles du monde sont chahutées, et chacun prend conscience de la diversité des interprétations des mêmes événements, de leur relativité, de leurs interrelations : à New York, Riyad, en Cisjordanie, le même attentat, le même mouvement de troupes ou la même déclaration politique sont repris, commentés voire manipulés par les médias, et plus encore par les citoyens. Le contrôle de la presse ou toute recherche de régulation ne sauraient empêcheront ce libre jeu. Il s’enracine dans des cultures et des traditions, aujourd’hui confrontées les unes aux autres, quotidiennement.

Ce tournant est décisif. Il invite à envisager les événements en liant sa propre réflexion à la perception de ce que l’autre pense ». Pour en donner une image, Projet a choisi de reprendre trois éclairages enracinés dans trois continents : en Amérique, en Europe, en Afghanistan. Les voix auraient pu être choisies plus proches, l’effet eût sans doute été analogue, car il s’agit, finalement, toujours de la même démarche, d’une réflexion, qui, comme le dit Hannah Arendt, « s’avère politique même quand elle traite de choses qui n’ont rien à faire avec la politique ; car elle témoigne toujours de ce mode de pensée ‘élargi’ dont parle Kant, et qui est par excellence le mode politique ». Les événements de New York et Washington nous forcent, bien malgré nous, à abandonner une manière de réfléchir notre monde commun. S’ils résistent comme symbole, ils nous conduiront peut-être à poser les bases d’une nouvelle promesse, d’un monde davantage solidaire, équitable et pacifié.


Les plus lus

L'homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Resumé Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des hommes. Une ...

Religion et conflits

Resumé Quand la religion est phagocytée par la menace et la peur, elle ne peut plus se mettre à distance de la violence souveraine. Existe-t-il des conflits à proprement parler religieux ? A priori, on serait tenté de répondre de manière affirmative au vu des incidents sanglants qui opposent des groupes et des communautés, se réclamant, de par le monde, de leurs croyances religieuses pour défendre et promouvoir des intérêts politiques. L’actualité internationale évoque avec constance ces guerres...

Rôle et nature de l'actionnariat dans la vie des entreprises

Resumé Si la croissance rentable est le principal objectif pour les actionnaires, elle ne peut être leur seule visée. Il importe de mettre en œuvre des processus qui précisent les modes de relation avec les dirigeants de l’entreprise. Celle-ci a les actionnaires qu’elle mérite : seront-ils les partenaires du développement social ? De nombreuses situations récentes ont montré l’influence grandissante des actionnaires. Dernier exemple en date, en France, celui de Danone : après avoir renoncé à acq...

Du même auteur

La décroissance : le chemin vers la sobriété ?

Soirée débat. La décroissance : le chemin vers la sobriété ?Mardi 6 décembre 2022 à 18h30, 11 Rue Biscornet, 75012 Paris, FranceRendez-vous le mardi 6 décembre à 18h30 chez Makesense dans le cadre de la clôture de notre cycle de conférence intitulé "Pensez autrement la place de l'économie", pour explorer les réflexions de Timothée Parrique sur le sujet !« La décroissance c’est un appauvrissement généralisé »« La décroissance ? Revenir à l’âge de pierre ? »« La décroissance, un antimodernisme ! ...

Repenser les inégalités face au défi écologique

Lutter contre les inégalités est le leitmotiv de bien des mobilisations. Mais la finitude de notre planète oblige à renouveler la réflexion. Une tâche à laquelle s’est attelé, avec la Revue Projet, un groupe d’associations, syndicats et chercheurs de sensibilités variées. D'où un texte fort, qui refuse d’opposer enjeux sociaux et environnementaux et qui inspire le colloque « Réduire les inégalités, une exigence écologique et sociale » (16 au 18 fév. 2017). Notre monde doit faire face simultanéme...

Inégalités monétaires : quelques repères

Multiples sont les visages de l’inégalité. Ainsi l’espérance de vie est de 50 ans en Sierra Leone contre 82 ans en France. Si l’on s’en tient aux inégalités monétaires :Une tendance au resserrement des inégalités entre paysDe très grandes disparités persistent entre pays, si l’on s’attache au Pib moyen par habitant en 2015 : de 270 $ environ au Burundi à 100 000 $ au Luxembourg (en dollars US courants) ; de 600 $ pour un Centrafricain à 140 000 $ pour un Qatari, si l’on tient compte du coût de ...

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules