Manifestant dénonçant des élections présidentielles truquées, Togo, 6 avril 2006. Les combats et les violences qui ont eu lieu à Lome et Aneho entre les forces de l'ordre togolaises et les jeunes de l'opposition après l'annonce du résultat des élections ont conduit plus de 4000 personnes à fuir vers le Bénin et le Ghana.© IRIN Manifestant dénonçant des élections présidentielles truquées, Togo, 6 avril 2006. Les combats et les violences qui ont eu lieu à Lome et Aneho entre les forces de l'ordre togolaises et les jeunes de l'opposition après l'annonce du résultat des élections ont conduit plus de 4000 personnes à fuir vers le Bénin et le Ghana.© IRIN



 

Fort d’une longue expérience dans la coopération en Afrique, Gérard Winter revient sur cinquante ans d’expérimentations pour en tirer les enseignements. Il esquisse les grands défis du continent et une nouvelle manière de faire, loin des potions amères prescrites par les bailleurs. Parce qu’il croit au développement.


Ce qu’on appelle depuis cinquante ans le développement est-il encore d’actualité ? La coopération pour le développement n’est-elle pas devenue obsolète ? Le monde a prodigieusement changé, au point qu’il peut paraître nécessaire, en ce domaine, de penser et d’agir autrement. Je voudrais ici, sur la base d’une expérience professionnelle...


Cet article est réservé aux abonnés. Vous pouvez l’acheter à l’unité ou par question en débat.
Revue-Projet.com offre l’accès gratuit aux articles de moins de 2 mois ou plus de 4 ans.

Pour accéder à cet article :
abonnez-vous en ligne.
ou ajoutez à votre panier.

Si vous êtes déjà abonné, identifiez-vous.

Fonctionnalit\E9 r\E9serv\E9e aux abonn\E9s




Vous devez être abonné pour pouvoir consulter l'article intégral et réagir à cet article.