Logo du site

Le principe sécurité

Frédéric Gros Gallimard, 2012, 304 p., 21 €

La sécurité est un concept fondamental qui parcourt toute l’histoire de l’humanité en se reconfigurant constamment à partir de quatre foyers de sens : la sagesse d’une sécurité tout intérieure, le rêve millénariste d’une sécurité des derniers temps, la puissance de l’État veillant à sa propre sécurité et/ou se portant au secours des plus faibles, la biosécurité contrôlant des flux qui traversent et portent les vivants. Cette histoire est celle d’un combat permanent, dans tous les domaines, et d’une métamorphose de chacune des configurations lorsqu’elle se trouve transplantée loin de son sol originaire ou mise au contact d’autres cohérences. Elle est, à chaque fois, porteuse d’autant d’aliénations que de libérations. La lecture de style foucaldien des doctrines et des événements est systématisée par une grille de lecture homogène qui permet des rapprochements significatifs en croisant les différents types de sécurité (juridique, collective, policière et militaire) et les concepts qui les portent. Son efficacité est patente lorsqu’il s’agit de décrypter les mouvements qui se déroulent sous nos yeux, dans notre société. Ce n’est pas là un livre pessimiste, il ne se laisse à aucun degré capter par ce qu’il analyse et porte au jour. Il donne au contraire la vue la plus saine qu’on puisse avoir de la catastrophe au bord de laquelle le principe sécurité se tient toujours : « la retenue au bord du désastre » ou, en parodiant une formule de Walter Benjamin, la sécurité (la catastrophe) c’est quand tout continue comme avant, car « la catastrophe insiste, et la sécurité n’est rien d’autre que cette insistance ». Voyez le comportement contemporain de la finance.

Alain Cugno
21 mars 2013
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules