Logo du site

Le vertige de l'émeute De la Zad aux Gilets jaunes

Romain Huët Puf, 2019, 176 p., 14 €

L’émeute déstabilise. Au sens générique, elle vise « des opérations de mise en désordre de l’espace physique, d’intimidation ou encore de dommages matériels et corporels ». Romain Huët s’est ainsi immergé dans de nombreuses manifestations émaillées de violences, en France, entre 2012 et 2019. Il écarte la thèse d’un déchaînement de violence nihiliste et propose une lecture complémentaire aux études sociologiques, en appréhendant l’émeute dans sa réalité sensible. Pour l’auteur, la violence émeutière se vit avant tout dans les corps : la désorganisation de l’espace public éprouve les émeutiers dans leur chair. Par les efforts physiques qu’elle exige, par les émotions qu’elle provoque, par les organes qu’elle touche. Et cet affect sur les corps est collectif : ouvrant des espaces spontanés de solidarité au gré du face-à-face avec les forces de l’ordre et des blessures éventuelles, l’émeute donne de ressentir l’exaltation partagée d’avoir bousculé le pouvoir. Mais loin de faire l’apologie de la violence émeutière, Romain Huët tente d’en percer l’ambiguïté. Dans ses notes prises pendant les manifestations, il constate que les coups sont davantage feints que donnés. L’émeute tient plus du spectacle que de la révolution, destinée à être rejouée pour éprouver ce vertige qui rend vivant. L’auteur pointe ainsi le malaise qu’elle dévoile lorsque la politique ne trouve plus qu’à s’exprimer dans sa forme la plus expressive et la moins rationnelle. L’écriture est dynamique et le propos étayé par une solide bibliographie : un livre courageux et nécessaire.

Rémi Saintagne
15 février 2020
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules