Logo du site

Les mutations du travail

François Dubet (dir.) La Découverte, 2019, 268 p., 23 €

François Dubet, le maître d’œuvre de cet ouvrage consacré aux « mutations du travail », prévient d’emblée : « Il ne faut pas [le] lire comme […] une nouvelle plainte sur la dégradation du travail, mais comme une interrogation sur le sens même du travail ». La déploration est devenue, en effet une posture commode, qui fait écran à la prise en compte du mouvement en cours de redécouverte du travail comme valeur. Car « on n’attend pas seulement du travail qu’il apporte des revenus et qu’il insère dans des liens sociaux ; on attend de lui qu’il permette à chacun de se réaliser, de s’épanouir ». Et c’est le cas à travers ses métamorphoses actuelles envisagées ici sous trois angles d’attaque. D’abord, la révolution numérique, avec son cortège de menaces pour l’emploi et, en même temps, son potentiel de réhumanisation du fait de la mobilisation de capacités nouvelles favorisant le développement du travail indépendant (non sans effets de brouillages statutaires). Ensuite, le changement des modes d’organisation et de management, concrètement envisagé dans un certain nombre de secteurs d’activité. Enfin, la manière dont ces mutations impactent le style des relations collectives et le rôle des syndicats dans la négociation collective, ainsi que la forme des conflits du travail, la « grève froide » jouant désormais moins à l’avantage des salariés qu’à celui des directions d’entreprise, qui tirent profit d’un contexte favorable.
Un livre nuancé sur le présent et l’avenir probable du travail.

Jacques Le Goff
28 février 2020
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules