Logo du site

Le temps des passions tristes Inégalités et populisme

François Dubet Seuil, 2019, 112 p., 11,80 €

L’hypothèse est clairement posée en première page : « C’est moins l’ampleur des inégalités que la transformation du régime des inégalités qui explique les colères, les ressentiments et les indignations d’aujourd’hui. » Éminent sociologue, François Dubet montre comment la France est passée d’un régime d’inégalités de classes sociales à un régime d’inégalités multiples. Ce dernier se caractérise par une complexification (aussi portée par les avancées des outils statistiques et de la recherche) et une individualisation des inégalités. Ce régime relève d’une conception (dominante) de la justice sociale, celle de l’égalité des chances, qui vise moins à réduire les inégalités qu’à les rendre « justes », c’est-à-dire basées sur le mérite. Le développement « d’une multitude de politiques et de dispositifs spécifiques visant des inégalités particulières et des problèmes sociaux singuliers » est la traduction concrète de cette évolution. Dès lors, le risque que la lutte pour une société plus égalitaire passe par pertes et profits est grand. La situation tient en effet du paradoxe : alors que l’on connaît mieux que jamais les inégalités et que certaines se creusent, aucun mouvement politique ou syndical d’ampleur ne semble pouvoir s’en saisir. Il n’y aurait « plus rien entre le sentiment d’injustice et les forces politiques et sociales ». D’où la montée de « passions tristes » – à commencer par la colère et l’indignation – qui favoriseraient la montée des populismes. Si l’analyse sociologique est lumineuse, l’analyse politique semble bien rapide. Le postulat selon lequel la politique serait le seul débouché possible à ces « passions » aurait mérité d’être creusé. De même pour la logique un peu mécaniste de la montée des populismes – bien que l’auteur s’en garde. Et la politique se réduit-elle à l’action de partis politiques et de syndicats à l’échelle nationale ?

Jean Vettraino
21 juin 2019
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules