Logo du site

L’Occident face à la renaissance de la Chine Défis économiques, géopolitiques et culturels

Claude Meyer Odile Jacob, 2018, 336 p., 24,90 €

Dans l’abondante littérature consacrée à la Chine, ce livre se distingue par la profondeur de son information et l’originalité de sa démarche. Les défis économiques et géopolitiques chinois sont bien connus : l’auteur en détaille les moyens (un développement économique fulgurant, grâce à une stratégie originale et volontariste) et les objectifs (s’imposer en Asie, puis à la tête d’un nouvel ordre mondial). Mais il en souligne aussi les faiblesses structurelles, dont l’omnipotence de l’État-parti, les retards technologiques, les handicaps financiers, les dégâts environnementaux et, plus encore, une image dégradée du pays – sauf chez la plupart des dirigeants d’Afrique et d’Asie centrale. Et le recours au « soft power », pouvoir de persuasion auquel Pékin est très attaché, offre un bilan mitigé.

Le second défi, d’ordre idéologique, est interne et oppose le monopole du Parti marxiste-léniniste à l’héritage d’une pensée multimillénaire inspirée par Confucius. Or le rôle dirigeant du Parti est plus que jamais d’actualité avec le tournant autoritaire impulsé par le président Xi Jinping. Et la mise sous tutelle des individus et des groupes (ONG et religions, mouvements citoyens et médias) aboutit à l’asservissement sévère et durable de la société civile. Quant au recours surtout opportuniste aux traditions, il vise d’abord à donner une légitimité au Parti et des repères identitaires à une population qui en manque cruellement.

Enfin, troisième défi, la confrontation culturelle et idéologique de la Chine et de l’Occident, qui fait l’originalité de ce livre. Claude Meyer commence par évoquer la seule expérience de dialogue menée avec succès par les jésuites aux XVIIe et XVIIIe siècles : elle a tout à la fois enrichi la Chine des connaissances scientifiques européennes et a fait découvrir à l’Europe l’histoire, le système politique, la culture et les valeurs morales et religieuses d’une civilisation antérieure à la sienne – ce dont s’inspireront les philosophes des Lumières. Aujourd’hui, Chine et Occident offrent deux modèles antagonistes : altérité et méritocratie pour la Chine, universalité et démocratie représentative pour l’Occident, les divergences se cristallisant sur la question des droits de l’homme. Faut-il pour autant se résigner à l’affrontement, en attendant béatement que le régime chinois s’effondre ou se démocratise ? L’auteur propose plutôt d’engager un dialogue approfondi entre l’Occident et la Chine, hors champ politique, pour susciter des valeurs communes engageant des coopérations ambitieuses telles que le développement de l’Afrique et la lutte contre le réchauffement climatique. Une réflexion réaliste et stimulante, qui permet d’envisager avec sérénité l’avenir d’un monde où la Chine aura repris sa place.

Sylvain Urfer
6 décembre 2018
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules