Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !
Logo du site

Chili, page blanche constitutionnelle

Elisa Loncón, 2020.©elisaloncon.cl
Elisa Loncón, 2020.©elisaloncon.cl

Investie en juillet 2021, l’Assemblée constituante chilienne porte en elle la rémission d’un pays profondément fracturé. Quatre de ses représentants témoignent.


Des bancs de l’ancien Congrès national de Santiago s’écrira la future Constitution du Chili. Vidé de ses parlementaires au lendemain du coup d’État du 11 septembre 1973, le lieu n’en avait revu aucun depuis la fin de la dictature militaire d’Augusto Pinochet, en 1990. Le 4 juillet 2021, l’Assemblée constituante (ou « Convention constitutionnelle » de son nom officiel) a reçu son investiture là où la démocratie chilienne avait été mise sous cloche. Or c’est bien cette dernière qui doit non seulement soutenir, mais redéfinir la loi fondamentale appelée à remplacer celle adoptée en 1980, sous la dictature.

« La Constitution de 1980 était déjà en voie d’extinction », observe l’historien et politologue Alfredo Riquelme Segovia, professeur à l’Université catholique du Chili. « Elle a fait l’objet de multiples et importantes modifications dans un sens démocratique entre 1990 et 2005. Elle a néanmoins conservé durant quatre décennies ce noyau dogmatique imposé par la dictature, qui limite très fortement toute possibilité de réformer le modèle économique néolibéral qu’elle entérine. » Irréformable du fait de son assise idéologique, le corpus pinochetiste est logiquement devenu l’une des cibles du vaste mouvement social qui a irradié le pays d’octobre 2019 à mars 2020.

Déclenchée par une hausse des tarifs – déjà élevés - des transports publics, la protestation a tôt fait d’agréger l’ensemble des griefs adressés de longue date aux élites dirigeantes : de la quasi-absence de droits sociaux aux frais exorbitants de systèmes de santé et d’éducation largement privatisés ; de l’extrême concentration des richesses aux discriminations subies par les peuples indigènes.

Au plus fort de l’ébullition, la sortie de crise se noue dans l’accord dit de « paix sociale et pour une n

Cet article est réservé à nos abonné·e·s

vous pouvez l’acheter à l’unité pour 3€
Pour accéder à cet article :

Déjà abonné.e ?

M'identifier

La Revue Projet donne gratuitement accès aux articles de plus de 3 ans.

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules