Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !
Logo du site

Haïti : abeilles et effet papillon

© Carmen Rodriguez
© Carmen Rodriguez

À Bédou, en Haïti, une école s’est dotée d’un rucher. Les abeilles, au cœur d’un cercle vertueux, ont eu sur le territoire des répercussions insoupçonnées.


On parle souvent de l’« effet papillon » pour évoquer une réaction en chaîne. Mais c’est de l’« effet abeille » dont nous allons parler ici. La zone de Ouanaminthe, dans le nord-est d’Haïti, est réputée pour sa production de miel. Pour bon nombre d’élèves de l’école rurale St-Ignace-de-Loyola, à Bédou, il s’agit même d’une tradition familiale. L’école, qui appartient au mouvement d’éducation transformatrice Foi et Joie, est confiée aux sœurs de la Compagnie de Marie-Notre-Dame. La sœur Carmen Rodríguez, apicultrice et éducatrice, a vu dans les abeilles une opportunité d’éducation alternative et intégrale, capable d’activer le potentiel du territoire.

Ainsi un rucher de trente-quatre ruches a-t-il vu le jour à l’école. Après un an d’activité, la pertinence de cette initiative est de plus en plus apparente, et dépasse même les attentes. Car un rucher peut dynamiser – directement et indirectement – plus d’un secteur d’activité. Chaque samedi, le rucher se transforme en salle de classe, où l’on apprend en faisant. Au lieu de l’écriture dans les livres ou sur un tableau, les élèves s’initient à l’interprétation d’autres signes : le temps, le vol des abeilles, la présence de prédateurs. Dans ces démarches, ils appliquent, bien sûr, ce qu’ils ont appris dans les classes formelles, élargissant ces savoirs à des problématiques concrètes et immédiates. Si les abeilles ne se plaisent pas au rucher, elles n’hésiteront pas à s’établir ailleurs, et il faudra recommencer. Les erreurs peuvent être coûteuses, mais servent à renforcer les apprentissages.

Les vraies enseignantes sont les abeilles elles-mêmes : elles éveillent l’appétit d’apprendre. 

C’est une salle de classe tout à fait libre : personne n’a l’obligation d’être là, et tout le monde est bienvenu. Environ vingt-

Cet article est réservé à nos abonné·e·s

vous pouvez l’acheter à l’unité pour 3€
Pour accéder à cet article :

Déjà abonné.e ?

M'identifier

La Revue Projet donne gratuitement accès aux articles de plus de 3 ans.

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules