Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !
Logo du site

Avec André Costes compagnon et disciple


Driss El Yazami est délégué général de l’association Génériques et vice-président de la Ligue des droits de l’homme. Il évoque ici la figure d’André Costes qui fut directeur du Ceras et directeur de la publication de Projet de 1990 à 1998.

Je ne me souviens pas de manière précise de la date de ma première rencontre avec André Costes, mais je garde le souvenir d’une conférence de presse du « groupe œcuménique », que je couvrais pour le journal Sans frontière : c’est sans doute à cette occasion que j’ai fait sa connaissance. En feuilletant la collection du journal, j’ai retrouvé dans le numéro 2 de mai 1979 une mention du document publié à cette occasion par le Centre d’information et d’études des migrations internationales (Ciemi) sous le titre : « Les immigrés en France aujourd’hui ». Il y avait là, je pense, Antonio Perotti, Roby Bois, Abdelmalek Sayad (que je connaissais déjà), Khélifa Mouterfi, Patrick Mony... qui présentaient le résultat de leurs réflexions à propos du sort fait alors à l’immigration algérienne.

Pour le tout nouveau parisien que j’étais, monté de Marseille fin 1978 pour participer au lancement du journal (le premier numéro était sorti en mars 1979), André a ainsi fait partie de ce premier cercle d’amis et de connaissances, constitué peu à peu dans une capitale qu’il me fallait apprivoiser. Je ne crois pas que nous ayons échangé longuement cette fois-ci, ni durant les mois qui ont suivi, même si l’actualité n’était pas avare en occasions de s’indigner et donc de se revoir. Tensions entre la France et les autorités d’Alger à l’occasion des négociations pour le renouvellement de l’accord franco-algérien de main-d’œuvre ; avalanche de mesures et de projets de loi sur l’immigration du gouvernement giscardien ; premières polémiques publiques avec les prises de position du Parti communiste et, à Ivry, Vitry, Montigny-les-Cormeilles, les initiatives de certains de ses élus locaux ; premières expulsions de « jeunes immigrés » et premières alertes à propos de leur sort en Algérie, leur nouvelle terre d’exil…

C’est à partir de 1984 que nos échanges se sont intensifiés, après la sortie du film « France, terre d’islam ? » que j’avais co-réalisé avec Bernard Godard et les premiers articles de Sans frontière où je traitais de la question de l’islam diasporique.

André Costes participe activement à la diffusion du film, organisant dans le cadre du Ceras ou du Service national de la pastorale des migrants de nombreuses projections suivies de débats, me permettant au fur et à mesure des discussions d’affiner ma réflexion et de découvrir d’autres univers et traditions philosophiques. Je me rends compte aujourd’hui que sans avoir l’air d’y toucher, André Costes a contribué de manière décisive à mon apprentissage de la laïcité à la française. Grâce à ses conseils de lectures et à ces échanges plus ou moins formels, j’entreprends un long cheminement qui m’amène à découvrir les conflits du 19e siècle entre l’Eglise et la République, les péripéties du processus de pacification de leurs rapports, la genèse des mouvements d’action catholique, en un mot l’histoire religieuse et politique de cet hexagone qui ressentait alors les premiers soubresauts de la confrontation à l’altérité musulmane.

A la même époque, j’adhérai à la Ligue des droits de l’homme (LDH) pour m’occuper plus tard, autour de 1990, de la commission laïcité. Y réfléchissant vingt ans après, je suis convaincu que tout autant que les lectures et les discussions, le compagnonnage avec André a été pour beaucoup, parmi d’autres motifs, dans mon engagement. Je découvrais peu à peu cette dimension pacificatrice de la laïcité française, grâce à son amitié et grâce aux dialogues que j’avais en même temps avec mes amis de la LDH (Bertrand Main, Michel Tubiana, Yves Jouffa, Madeleine Rebérioux, Bernard Wallon…), qui me permettaient, chacun à partir de sa tradition propre, de me familiariser avec l’univers laïque. Circulant entre ces « mondes » en apparence opposés, je m’imprégnais des vertus de cet espace public, qui permet à la fois le libre exercice des cultes, sans en imposer aucun, et l’expression des convictions philosophiques, tout en proposant un horizon universaliste et des valeurs communes.

Plus radicalement, et alors qu’enflaient les polémiques publiques autour du foulard et de l’affaire Rushdie (à quelques mois de distance, en 1989) la relation avec André Costes m’aide à me confronter à l’épineuse question du rapport avec l’origine. Je suis alors, et sans m’en rendre compte, le disciple de ce catholique (et de ses amis A. Legouy, A. Perotti, P. Mony, P. Farine) et j’apprends avec lui comment, dans le même mouvement, accepter l’origine et s’en détacher, comment à la fois l’assumer et la relativiser. Cette prise de distance avec certaines conceptions de la religion, ce détachement d’avec la tradition qui ne signifie pas nécessairement le rejet de la foi, est à mes yeux la leçon la plus précieuse que j’ai appris à sa fréquentation.

Du Maroc où j’écris ce mot, je n’ai pas accès à mes archives, mais je crois me souvenir d’un colloque organisé par André Costes (au milieu des années 1980 ?) sous le titre : l’exception française à l’épreuve du pluralisme. Cette problématique est aujourd’hui encore au cœur de nos préoccupations. Elle nous appelle à cheminer sur les pas de notre ami disparu, qui nous aidait à éclairer l’action par l’effort de la connaissance et la rigueur du débat d’idées.

Les plus lus

L'homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Resumé Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des hommes. Une ...

Rôle et nature de l'actionnariat dans la vie des entreprises

Resumé Si la croissance rentable est le principal objectif pour les actionnaires, elle ne peut être leur seule visée. Il importe de mettre en œuvre des processus qui précisent les modes de relation avec les dirigeants de l’entreprise. Celle-ci a les actionnaires qu’elle mérite : seront-ils les partenaires du développement social ? De nombreuses situations récentes ont montré l’influence grandissante des actionnaires. Dernier exemple en date, en France, celui de Danone : après avoir renoncé à acq...

Religions et violence (introduction)

Choc des civilisations, ou choc des religions ? Autour du monde, bien des événements récents ont mis la question religieuse au premier plan. Malgré les tentatives pour en nuancer les interprétations, le rôle de la religion et le mystère d’un rapport au « divin », apparaissent ambivalents, voire comme une menace ! Mais ce n’est qu’un aspect d’une lancinante question : même si la modernité a tenté d’établir et de maintenir une distinction entre les sphères politiques, morales, économiques, religi...

Du même auteur

Les Marocains dans le monde

En ce qui concerne les Marocains, peut-on parler de diaspora ?On assiste à une mondialisation de plus en plus importante de la migration marocaine. On compte plus de 1,8 million de Marocains inscrits dans des consulats à l’étranger. Ils résident tout d’abord dans les pays autrefois liés avec le Maroc par des accords de main-d’œuvre (la France, la Belgique, les Pays-Bas), mais désormais aussi, dans les pays pétroliers, dans les nouveaux pays d’immigration de la façade méditerranéenne (Italie et ...

Durban et les Ong

Resumé De manière souvent pernicieuse, le racisme perdure. A Durban, le concert des voix discordantes n’a pas permis de nommer les principales discriminations, d’en reconnaître toute l’histoire. Pour avancer dans cette prise de conscience, il importe de préciser et clarifier les règles du jeu de tels forums démocratiques. La « conférence mondiale contre le racisme, la discrimination raciale, la xénophobie et l’intolérance qui y est associée » aura été un événement marquant tant du point de vue d...

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules