Do not follow this hidden link or you will be blocked from this website !
Logo du site

Pays basque, le 11 mars


Ce matin du 11 mars, j’étais dans ma voiture écoutant la radio. Sur le coup de 8 heures et quart, le programme fut interrompu pour une information de dernière heure : un attentat venait d’avoir lieu dans un train de banlieue de Madrid. Très vite, les chiffres furent donnés : d’abord quelques morts sur les voies, puis peu de temps après des dizaines de victimes, une heure plus tard environ 90 victimes, selon des sources encore non officielles.

Voilà des années que j’écoute des nouvelles annonçant des attentats mortels, mais chaque jour elles me font plus mal. Je suis plus conscient chaque fois de la valeur d’une vie : si fragile, et pourtant si élevée. Ce 11 mars, le nombre des personnes assassinées et la cruauté manifestée m’ont frappé intérieurement avec une vivacité encore inconnue.

Dans ces premiers instants, je pensais que l’Eta avait commis cette atrocité – ce que beaucoup croyaient au début. Cette idée m’attristait encore plus. Je sentais bouillonner une rage terrible en écoutant intérieurement les voix de ceux qui, au Pays Basque, ne condamnent jamais les attentats de l’Eta, parce qu’ils les considèrent comme « une expression parmi d’autres du conflit ». Cet enchevêtrement de sentiments, me donnait une formidable envie de pleurer.

La journée fut longue. Beaucoup d’entre nous restaient l’oreille collée à leur transistor pour suivre les dernières nouvelles. Complètement abattu, je pouvais à peine travailler. A 19 heures 30, dans toutes les municipalités du Pays Basque, se tinrent des rassemblements devant les hôtels de ville. A Portugalete, où je vis, nous nous sommes réunis nombreux en silence durant quinze minutes. La manifestation s’est terminée par de vibrants applaudissements en l’honneur des victimes. Nous avions besoin d’exprimer notre proximité avec ceux qui étaient tombés et la douleur que nous partagions avec les leurs.

Mais une question rôdait. Il ne s’agissait pas seulement de ce qui était arrivé – un exécrable attentat – mais de ceux qui étaient derrière tout cela. Nous, Basques, savions que, si l’Eta en était responsable, une période sociale et politique bien sombre commençait pour nous.  Pendant les dernières années de majorité absolue du Parti Populaire de M. Aznar, la confrontation politique avait été croissante entre les institutions centrales et celles du Pays Basque. On pouvait prévoir un durcissement des relations et un appui de l’opinion publique au gouvernement, car sa politique intransigeante se montrait seule capable de venir à bout du monstrueux terrorisme Etarra. Cependant, aux dernières heures du 11 mars, circulaient déjà au Pays Basque de nombreuses rumeurs selon lesquelles l’Eta n’était pas l’auteur de l’attentat. La confirmation ultérieure de ce fait a permis à beaucoup de respirer avec un certain soulagement.

Les jours qui s’écoulèrent ensuite, jusqu’au dimanche 14, date des élections, furent aussi longs. L’une après l’autre, les évidences pointaient vers Al Qaida. Seul le gouvernement paraissait l’ignorer. Par sa rigidité dans l’entêtement à en attribuer la responsabilité à l’Eta et le soupçon auquel il donnait prise de cacher des informations, en raison d’intérêts électoraux, il fit preuve d’une grande maladresse politique. La participation aux élections fut massive et le Parti Populaire s’est vu infliger une défaite inimaginable cinq jours plus tôt, quand on s’attendait à ce qu’il atteigne de nouveau la majorité absolue.

Deux lectures de ce vote ont été proposées. Pour les uns, les citoyens ont voulu punir le gouvernement de les avoir entraînés dans une guerre qu’ils ne voulaient pas et dont ils subissent les conséquences. Pour les autres, les électeurs n’étaient pas prêts à soutenir une personne qui leur mentait par intérêt. A mes yeux, cette deuxième lecture est celle qui a eu le plus de poids. Le sentiment d’indignation et de colère face à l’instrumentalisation des victimes a influé de façon dramatique sur le vote.

Une nouvelle époque commence en Espagne, une époque pour le dialogue et la négociation, que le Parti Populaire au temps de sa majorité absolue a complètement bouchés. Ce sera un temps très ouvert. Beaucoup de questions figurent à l’agenda : de possibles modifications de la Constitution, une réforme du Sénat, des changements dans les statuts d’autonomie, une réorganisation territoriale, une nouvelle politique éducative, de protection sociale, extérieure… Nous avons besoin de changements dans les consensus politiques de base pour fonder la cohésion sociale, la solidarité, le vivre ensemble. Espérons que les nouveaux équilibres et le dialogue contribueront à nous y conduire.


Les plus lus

L'homme et Dieu face à la violence dans la Bible

Resumé Faut-il expurger la Bible ou y lire l'histoire d'une Alliance qui ne passe pas à côté de la violence des hommes ? Les chrétiens sont souvent gênés par les pages violentes des deux Testaments de la Bible. Regardons la Bible telle qu’elle est : un livre à l’image de la vie, plein de contradictions et d’inconséquences, d’avancées et de reflux, plein de violence aussi, qui semble prendre un malin plaisir à multiplier les images de Dieu, sans craindre de le mêler à la violence des hommes. Une ...

Rôle et nature de l'actionnariat dans la vie des entreprises

Resumé Si la croissance rentable est le principal objectif pour les actionnaires, elle ne peut être leur seule visée. Il importe de mettre en œuvre des processus qui précisent les modes de relation avec les dirigeants de l’entreprise. Celle-ci a les actionnaires qu’elle mérite : seront-ils les partenaires du développement social ? De nombreuses situations récentes ont montré l’influence grandissante des actionnaires. Dernier exemple en date, en France, celui de Danone : après avoir renoncé à acq...

Religions et violence (introduction)

Choc des civilisations, ou choc des religions ? Autour du monde, bien des événements récents ont mis la question religieuse au premier plan. Malgré les tentatives pour en nuancer les interprétations, le rôle de la religion et le mystère d’un rapport au « divin », apparaissent ambivalents, voire comme une menace ! Mais ce n’est qu’un aspect d’une lancinante question : même si la modernité a tenté d’établir et de maintenir une distinction entre les sphères politiques, morales, économiques, religi...

Vous devez être connecté pour commenter cet article
Aucun commentaire, soyez le premier à réagir !
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules