Non, un dollar, ce n’est pas un dollar. Entre 1998 et 2000, un petit groupe citoyen a soutenu un dialogue avec le ministère des Finances du Québec pour peser sur les finances publiques depuis le bas de l’échelle sociale. Car un dollar de plus pour une personne en situation de pauvreté n’équivaut pas à un dollar de plus pour une personne plus riche.


L’aventure commence à Québec, à l’automne 1997, à l’occasion d’un « parlement de la rue » d’un mois tenu par plusieurs organisations qui ont formé une coalition panquébécoise pour protester contre une réforme de l’aide sociale inacceptable et réclamer un programme d’élimination de la pauvreté sur dix ans. À la veille de la...


Cet article est réservé aux abonnés. Vous pouvez l’acheter à l’unité ou par question en débat.
Revue-Projet.com offre l’accès gratuit aux articles de moins de 2 mois ou plus de 4 ans.

Pour accéder à cet article :
abonnez-vous en ligne.
ou ajoutez à votre panier.

Si vous êtes déjà abonné, identifiez-vous.

Fonctionnalit\E9 r\E9serv\E9e aux abonn\E9s




Vous devez être abonné pour pouvoir consulter l'article intégral et réagir à cet article.