La Cop21 a mis en lumière la nécessité d’un développement limité en carbone. Mais comment créer les conditions économiques qui le permettront ? Mettre la finance au service de la transition passe notamment, pour l’auteur, par l’attribution d’une valeur au carbone non émis.


La Cop21, contrairement à la Cop15 de Copenhague, n’aura pas été un échec. Elle est certes décevante du point de vue de l’absence de réponse claire aux questions portées dans le débat public ces derniers mois : accord contraignant ? Prix unique du carbone ? Engagements quantifiés des États ? Transferts financiers Nord-Sud ? Objectifs en...


Cet article est réservé aux abonnés. Vous pouvez l’acheter à l’unité ou par question en débat.
Revue-Projet.com offre l’accès gratuit aux articles de moins de 2 mois ou plus de 4 ans.

Pour accéder à cet article :
abonnez-vous en ligne.
ou ajoutez à votre panier.

Si vous êtes déjà abonné, identifiez-vous.

Fonctionnalit\E9 r\E9serv\E9e aux abonn\E9s




Vous devez être abonné pour pouvoir consulter l'article intégral et réagir à cet article.