Commémoration des victimes de l'attentat du 25 juillet 1995 dans le RER B, station Saint-Michel, Paris © Lionel Allorge/Wikipedia/CCCommémoration des victimes de l'attentat du 25 juillet 1995 dans le RER B, station Saint-Michel, Paris © Lionel Allorge/Wikipedia/CC



 

Les victimes et leurs familles se sont progressivement fait reconnaître par la justice. Pour cela, elles se sont mobilisées, structurées en associations, au niveau national et au-delà. L’association Aide aux parents d’enfants victimes est l’une d’entre elles.


L’irruption brutale d’un drame provoque toujours la même interrogation : pourquoi ? Pourquoi elle, pourquoi lui, pourquoi moi ? Doit-on s’en remettre à la fatalité, au destin ? Subit-on une malédiction ? De quoi sommes-nous coupables ? Se dit-on un jour : « Je suis victime » ? Être victime, ce n’est pas un statut, c’est un état qui...


Cet article est réservé aux abonnés. Vous pouvez l’acheter à l’unité ou par question en débat.
Revue-Projet.com offre l’accès gratuit aux articles de moins de 2 mois ou plus de 4 ans.

Pour accéder à cet article :
abonnez-vous en ligne.
ou ajoutez à votre panier.

Si vous êtes déjà abonné, identifiez-vous.

Fonctionnalit\E9 r\E9serv\E9e aux abonn\E9s




Vous devez être abonné pour pouvoir consulter l'article intégral et réagir à cet article.