© Dan4th/Flickr/CC© Dan4th/Flickr/CC



 

La victime occupe désormais une place importante dans le procès pénal. Est-ce, pour autant, la bonne place ? Que devient la présomption d’innocence si la parole de la victime est irrécusable ? Prendre en charge les victimes demande aussi de s’interroger sur la place et sur la parole accordées aux prévenus.


L’émergence du sujet du « droit des victimes » est indissociable d’un mouvement progressif d’émancipation autour des droits de l’homme. Il s’est développé sur le socle des idées du siècle des Lumières, socialement, puis politiquement et enfin juridiquement, depuis le XIXe siècle dans les lois des États, avec l’appui des...


Cet article est réservé aux abonnés. Vous pouvez l’acheter à l’unité ou par question en débat.
Revue-Projet.com offre l’accès gratuit aux articles de moins de 2 mois ou plus de 4 ans.

Pour accéder à cet article :
abonnez-vous en ligne.
ou ajoutez à votre panier.

Si vous êtes déjà abonné, identifiez-vous.

Fonctionnalit\E9 r\E9serv\E9e aux abonn\E9s




Vous devez être abonné pour pouvoir consulter l'article intégral et réagir à cet article.