Logo du site

Vivre en ville. Observatoire mondial des modes de vie urbains

Julien Damon Puf, 2008, 250 p., 14 €

En 2008, la population mondiale devient majoritairement urbaine, transformant, selon le mot de Thierry Paquot, l’homo sapiens en homo urbanus. Veolia Environnement a lancé un Observatoire mondial des modes de vie urbains, pour mener une enquête dans quatorze grandes villes. L’ouvrage réunit des universitaires mais aussi des auteurs issus du milieu associatif ou du monde de l’entreprise, pour en présenter les résultats. Insistant sur les différenciations culturelles et les décalages d’évolution historique, il plaide pour une « géohistoire comparée » de l’urbanisation mondiale. Il croise les données recueillies avec celles d’une autre enquête sur les jeunes en Europe, en Asie et aux États-Unis. Le thème de la mobilité, au centre des préoccupations actuelles, fait l’objet d’une attention particulière qui souligne l’explosion de la mobilité en ville, souvent considérée comme une contrainte. Vient ensuite une réflexion sur le développement durable. Malgré l’augmentation de la pauvreté urbaine, J. Damon prend toutefois le parti de considérer la ville comme un moteur de progrès économique et d’amélioration des conditions de vie, et il rappelle les enjeux de la gouvernance métropolitaine. L’ouvrage se termine sur un essai de prospective pessimiste, qui nous alarme par des scénarios d’évolution des villes si certains défis actuels, en particulier celui du changement climatique, ne sont pas relevés. On regrettera l’inégal intérêt des chapitres, plus ou moins novateurs, ainsi que l’absence de prise en compte du contexte géographique dans l’analyse des résultats et la focalisation exclusive sur les « grandes villes ».

Fanny Leostic
6 juin 2012
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules