Logo du site

Savoirs citoyens et démocratie urbaine

Collectif, Agnès Deboulet et Héloïse Nez PU de Rennes, 2013, 138 p., 12 €

Budget participatif de Séville, conseil des habitants à Berlin-Est ou dans un township du Cap, concertation sur le réaménagement des Halles à Paris ou sur la rénovation urbaine du quartier de la Coudraie à Poissy… Autant de dispositifs, visant à associer les citadins à l’élaboration de leur ville. Du Brésil à l’Inde, une place croissante est accordée à la participation et/ou à la délibération citoyennes dans les politiques publiques locales. Cet ouvrage, à partir de différentes disciplines de sciences sociales, donne à voir très concrètement la constitution de « savoirs citoyens » en ville : une notion définie comme « l’ensemble des connaissances, des expériences et des techniques » mobilisé par un acteur n’ayant ni un statut d’élu ni celui de professionnel des questions urbaines. Accessibles et cohérentes, les contributions permettent d’éprouver une typologie convaincante des savoirs citoyens dans l’urbanisme participatif, croisant la dimension individuelle ou collective de l’action et le type de savoir mobilisé (raison ordinaire, expertise citoyenne, savoir politique). Trois thématiques majeures se dégagent : la frontière incertaine entre savoirs « experts » et « profanes », les conflits de légitimité et les enjeux de pouvoir autour des savoirs citoyens et, enfin, la question essentielle de leur crédibilité. Bouleversant les modes institués de gouvernance urbaine entre élus et experts, les savoirs citoyens sont souvent cantonnés dans un rôle consultatif. Pourtant, ils peuvent aussi « instituer de nouveaux rapports de considération et de partenariat faisant prévaloir une parole publique reconnue et in fine, renouveler la démocratie ».

Jean Vettraino
17 mai 2013
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules