Logo du site

La vérité sur les OGM, c’est notre affaire !

Corinne Lepage Charles Léopold Mayer, 2012, 128 p., 8 €

Qui décide de ce qui compte ? En matière d’impact sur la santé de notre alimentation, il ne faut pas compter sur les multinationales productrices de semences génétiquement modifiées, comme Monsanto ou Syngenta. Ni sur les États et les agences publiques d’évaluation sanitaire (telle que l’EFSA, l’Autorité européenne de sécurité des aliments) minés par les conflits d’intérêt. C’est le cri d’indignation que pousse Corinne Lepage. Ce court essai accompagne l’étude médiatisée du professeur Éric Séralini, qui met en évidence les conséquences sanitaires très inquiétantes du maïs Nk603. Il en explique la genèse, dans le plus grand secret – tant le lobby pro OGM est puissant –, et la méthodologie : un travail sur 200 rats, pendant deux ans. Les tumeurs sont apparues à partir du quatrième mois, chose que les études (de trois mois) utilisées par la Commission européenne ne pouvaient démontrer. Coïncidence ? L’avalanche de critiques qui se sont abattues sur l’étude était anticipée par ses initiateurs, le Comité de recherche et d’information indépendantes sur le génie génétique (Criigen). L’échantillonnage était insuffisant ? La Commission européenne s’en contente quand elle donne le feu vert à certains OGM. Ce livre, écrit un peu hâtivement, ne concourra pas pour le Goncourt, mais il vaut par le parcours de son auteur. L’avocate découvre le sujet alors qu’elle est ministre de l’Environnement sous le gouvernement d’Alain Juppé. Devant la force des lobbies et la duplicité des instances de contrôle, elle contribue à fonder le Criigen. À défaut d’apporter des preuves irréfutables de la nocivité des OGM, elle veut ici convaincre que la question reste entière et qu’il est dangereux de laisser les seuls « experts » liés aux industriels y répondre.

Acheter La vérité sur les OGM, c’est notre affaire ! sur La Procure

Jean Merckaert
18 décembre 2012
* Champs requis
Séparé les destinataires par des points virgules